browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Raquel Welch / Un colt pour trois salopards (Hannie Caulder) / La loi des hautes plaines

Posted by on 5 septembre 2016
Raquel Welch (Jo Raquel Tejada) ( 5 septembre 1940 à Chicago)

Raquel Welch

Les 100 fusils

Raquel Welch cinérevue 1973

De lointaine origine franco-espagnole, l’Américaine Raquel Welch commence à présenter la météo dans une émission de TV, devient mannequin à Dallas à 18 ans et part l’année suivante à Hollywood, là elle est lancée par les plus grands photographes, tremplin qui la fait ensuite bondir vers le cinéma ; ainsi nait au milieu des années 60 un véritable symbole sexuel…
Dans les westerns, elle jouait…

* Une fille de saloon dans un épisode du Virginien (1964), sa toute première apparition.

* Maria Stoner dans Bandolero ! (1965), une Mexicaine enlevée par une bande de hors-la-loi poursuivis par un shérif sur le territoire des bandoleros, des bandits mexicains.

* Sarita dans Les cent fusils (1969), une révolutionnaire mexicaine qui défend, avec un policier noir et un métis (Burt Reynolds) les Indiens Yaquis contre le gouvernement mexicain.

* Hannie Caulder dans Un colt pour trois salopards (Hannie Caulder(1971) de Burt Kennedy… dont elle est aussi productrice.

… Hannie Caulder demande à un chasseur de primes de l’initier à l’utilisation d’un revolver, avant de se lancer aux trousses des trois malfrats qui l’ont violée et ont tué son mari.

* « Une femme qui marche au loin » ou ‘Marche Vite’ dans le téléfilm La loi des hautes plaines (1982), c’est le nom de l’Indienne qui doit quitter sa tribu après avoir tué deux hommes qui ont assassiné son mari. Projet personnel de Raquel tourné en 1979, d’une durée initiale de 3 heures ramenée à deux…

Epouvante :
Barbe-bleue (1972)

Raquel Welch (Cinémonde)

L’irrésistible ascension de Raquel dans Cinémonde de novembre 65
:Raquel Welch (Cinémonde nov. 65)
Raquel Welch

cinerevue 1979

Raquel Welch (24-3-1966 Ciné revue)

cinerevue 1966

Raquel Welch dans Les Ogresses
Raquel Welch nov 68 cinerevueRaquel Welch (1968 ciné revue)

Myra Breckinridge : Raquel Welch, Roger Herren

John Richardson Raquel WelchBandolero ! Raquel Welch

Mae West Raquel Welch – Myra Breckinridge

Hannie Caulder :

Le plus vieux métier du monde :

pastiche

Raquel sexy…

Un colt pour trois salopards (Hannie Caulder)-Britannique de Burt Kennedy (1971) ***

Une femme (Raquel Welch) demande à un chasseur de primes (Robert Culp) de l’initier au maniement d’un revolver avant de se lancer aux trousses des trois malfrats qui l’ont violée après avoir tué son mari (Ernest Borgnine, Jack Elam, Strother Martin)…

Et avec Christopher Lee, Diana Dors, Florencio Amarilla, Luis Barboo, Stephen Boyd, Aldo Sambrell

 

Une distribution remarquable pour cette histoire de vengeance féminine qui comprend des scène de violence âpre -dont les cauchemars de l’héroïne dans lesquels elle revoit son viol-, et dans laquelle jouent le roi des films d’horreur Christopher Lee (c’est son seul western, mais Burt Kennedy le réemploiera dans sa série western La conquête de l’Ouest en 79), la voluptueuse Diana Dors et dans le petit rôle d’un prédicateur, Stephen Boyd.

dessin de Didgiv

Dans le rôle de cette femme vengeresse au cœur meurtri, Raquel Welch est extraordinaire, c’est un des films qui a le mieux exploité sa photogénie, et aussi son talent.
C’est un film dans lequel la comédienne s’est (financièrement) impliquée, le tournage eut lieu à Alméria, et quelques vedettes de western-spaghetti comme Aldo Sambrell ou Florencio Amarilla furent à l’occasion greffées à la distribution. Robert Culp, en chasseur de primes barbu, allié de la belle dans sa quête vengeresse, est étonnant.
Un autre western, de 1970, met en scène une femme (Michèle Carey) se vengeant des trois hommes qui l’ont violée : The animals (1970), on pense aussi à la vengeance de Michèle Mercier après la mort de son époux dans Une corde, un colt de Robert Hossein.
Un des meilleurs westerns de Burt Kennedy, qui a aussi participé au scénario. Musique flippante de Ken Thorne, dans un style ressemblant davantage au film d’horreur ou policier. Belle photographie aussi de Edward Scaife, à qui l’on doit aussi celles des DOUZE SALOPARDS ou du DERNIER TRAIN DU KATANGA, mais aussi d’un autre western, Catlow.



♥ Film en entier :


La loi des hautes plaines (The legend of Walks Far Woman)
De Mel Damski (1982-83) ***

fiche Télé 7 Jours

1874. Montana. Marche Vite, une jeune Indienne Pied Noir (Raquel Welch), doit fuir, après avoir tué deux hommes pour venger son mari assassiné. Elle trouve refuge dans une tribu de Sioux mais elle va tomber amoureuse de Singer (Bradford Dillman), un aventurier sang-mêlé.

Et avec Nick Mancuso, George Clutesi, Rudy Ramos, Eloy Casados, Hortensia Colorado, Nick Ramus, Branscombe Richmond, Rudy Diaz.

Très jolie histoire romantique tournée dans le Montana, les producteurs de westerns utilisaient parfois la télévision pour pouvoir en faire encore à une époque où le genre était tombé en disgrâce sur le grand écran (notamment à cause du cuisant échec de La porte du Paradis en 1980).
Des acteurs américains, canadiens, d’origine italienne comme Nick Mancuso, mais hélas pas d’acteurs indiens dans une histoire qui leur est pourtant dédiée, et qui fait penser à des films comme Un homme nommé Cheval, car elle nous plonge dans la vie d’une tribu. C’est dommage, même si la superbe Raquel Welch est parfaitement crédible dans la peau de l’héroïne sioux nommée Marche Vite...

Réalisé en 1979, à l’origine d’une durée de trois heures ramenée à 1,5 heure en 1982. C’est un projet personnel de Raquel Welch, basé parait-il sur une histoire véridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *