Alamo : 8 avril à 9h25… 10 avril à 22h50… sur TCM Cinéma…

De John Wayne (1960) ****

dessin de Didgiv

Scénario : James Edward Grant
Photo : William Clothier
Musique : Dimitri Tiomkin. Chansons : Green Leaves of summer, Tennessee Babe, Battle of the Alamo, Here’s to the Ladies.
Durée : 192 mn

Avec John Wayne (Davy Crockett) ; Richard Widmark : Colonel James Bowie ; Laurence Harvey (Colonel William Travis) ; Richard Boone (Général Sam Houston) ; Patrick Wayne (Capitaine James Bonham) ; Frankie Avalon (Smitty) ; Linda Cristal (Flaca) ; Joan O’Brien (Susanna Dickinson) ; Chill Wills (Beekeeper) ; Joseph Calleia (Juan Seguin) ; Denver Pyle (Thimblerig) ; Hank Worden (Parson) ; Ken Curtis ( Capitaine Dickinson).
Et Guinn Williams, Carlos Arruza, Aissa Wayne, Chuck Roberson, Olive Carey, Jack Pennick.

Richard Widmark, John Wayne (ALAMO)Les 13 jours pendant lesquels quelque 180 Texans, sous les ordres du colonel Travis et de James Bowie, affrontèrent les 1800 Mexicains du général Santa Anna et se sacrifièrent, en espérant l’arrivée de l’armée texane de Sam Houston.

1835. Le Texas, jadis province mexicaine, se révolte contre ses occupants et proclame son indépendance.
Aussitôt, le dictateur mexicain général Santa Anna envoie 7000 hommes rétablir l’ordre, ils se lancent à la poursuite des troupes du général américain Sam Houston ; celui-ci tente de monter une armée avant leur arrivée.

Pour qu’il ait le temps de le faire, le colonel Travis lui propose de former une première ligne de défense avec des volontaires, il investit avec moins de 200 hommes l’ancien monastère de Fort Alamo.
Les célèbres éclaireurs Jim Bowie et Davy Crockett le rejoignent, ce dernier avec une poignée de volontaires du Tennessee… 

 (ALAMO)

Richard Boone

Pour John Wayne, l’histoire du siège et la défense de fort Alamo en 1836 représentait un combat pour la liberté et contre l’oppresseur, l’idéal du sacrifice et une des plus belles pages de l’histoire de la Nation américaine.
En faire un film était un projet qui lui tenait à cœur depuis les années 40, et qu’il voulait tourner à l’époque pour la Republic, mais elle le trouvait trop coûteux.
Le patron de la Republic, Herbert J. Yates, à l’époque où il tournait Le bagarreur du Kentucky avec Wayne, était en désaccord avec ce dernier et avait son propre projet d’en faire un film, il produira Quand le clairon sonnera en 1955, sans Wayne. Un film qui n’est pas resté dans les annales, et sans aucune comparaison avec celui de Duke.

Wayne décide donc de passer lui-même derrière la caméra pour monter une magnifique reconstitution épique, comprenant combats musclés, romance -avec la superbe Linda Cristal-, amitiés viriles, des centaines de figurants, pour ce qui est considéré aujourd’hui comme l’un des derniers des grands westerns traditionnels. C’est un pur chef d’œuvre, hymne à la liberté et au courage, au sacrifice aussi. Les Mexicains de Santa Anna ne sont absolument pas caricaturés, ce qui est rare dans de nombreux westerns de cette époque.

John Ford vient sur le plateau, Wayne lui donne quelques scènes à tourner.

ALAMO
Dimitri Tiomkin, qui venait de signer les très belles musiques de Rio Bravo et Le vent de la plaine, contribue à la poésie de cette tragique histoire, la musique d’Alamo dégage une émotion extraordinaire.
L’humour est  présent dans de nombreuses scènes et…
Suite de l’article sur :

Alamo affiche

Catlow : 11 avril à 9h40… 19 avril à 19h… sur TCM Cinéma

Anglo-américain de Sam Wanamaker (1971-72) ***

Texas. Le voleur de bétail Catlow (Yul Brynner) est poursuivi par le shérif Ben Cowan (Richard Crenna), un de ses anciens compagnons d’armes, et par le chasseur de primes Miller (Leonard Nimoy). Il est aussi dans le collimateur de la cavalerie mexicaine et des Apaches…

Et avec Daliah Lavi, Jo Ann Pflug, Jeff Corey, Bessie Love, Erika Lopez, Tito Garcia, Florencio Amarilla

De l’action, de la romance et de l’humour dans ce western tourné en Espagne, d’après une nouvelle de Louis L’Amour, le titre de tournage était ‘Maverick Gold’. Musique de Roy Budd, où on retrouve des éléments de la musique des Sept mercenaires, Leonard Nimoy (M. Spock de STAR TREK) joue un chasseur de primes qui poursuit le sympathique brigand interprété par un Yul Brynner en grande forme.
Daliah Lavi, Catlow - Leben ums Verrecken
L’atout charme du film est la magnifique actrice israelienne Daliah Lavi, qui…
suite de l’article sur :

 

Florencio Amarilla, Catlow - Leben ums Verrecken

Florencio Amarilla

Jo Ann Pflug (Maverick gold)

Jo Ann Pflug (ciné revue 1971)

Richard Crenna, Catlow - Leben ums Verrecken

Richard Crenna

Daliah Lavi sur le tournage de Catlow 1971 - Ciné revue

Pause détente pour Daliah Lavi sur le tournage de Catlow 1971 – Ciné revue¨

Richard Crenna Catlow ciné revue 1971

Lee Far (Lee Farr)

Décès de Lee Farr (1929-2017)

Beau-père de Don Gordon, Lee Farr est un acteur de télévision, mais on le vit aussi dans quelques long-métrages dont les westerns Lone Texan (1958), Gunfighters of Abilene (59).

Séries :
The sheriff of Cochise (1958) ; Laramie (58-62) ; Lawman (59) ; Au nom de la loi (59) ; The restless gun (59) ; Have gun-will travel (59) ; L’homme à la carabine (58-61) ; Bonanza (62-69).

Lone Texan Poster

Lone Texan

 

The son avec Pierce Brosnan

The son (2017)

La naissance des Etats-Unis, à travers l’ascension et le déclin d’un empire du pétrole au Texas.

Avec Zahn McClarnon, Tatanka Means, Paola Nunez, Elizabeth Frances, Alexis West, Pierce Brosnan

Résultat de recherche d'images pour "pierce brosnan The son"

C’est la nouvelle saga western d’AMC (10 épisodes), basée sur le roman de Philipp Meyer, centrée sur le personnage d’Eli, un Comanche devenu cowboy, des années 1830 jusqu’aux années 1915. C’est au départ Sam Neill qui devait être la vedette de la série.
On avait déjà vu Pierce Brosnan dans deux westerns : Seraphim Falls en 2006 et Grey Owl en 1999, où il jouait un trappeur mi-Apache, mi-Ecossais vivant avec les Indiens.
Tatanka Means est le frère de l’acteur et activiste Russell Means, il débuta dans la série Into the West.

Résultat de recherche d'images pour "pierce brosnan The son"

The son sur AMC :

http://www.amc.com/shows/the-son

the-son-4

the-son-24

Christine Kaufmann

Décès de Christine Kaufmann (1945-2017)

Née en Autriche, elle reçut un Golden Globe pour son rôle d’une Allemande violée par des soldats américains dans TOWN WITHOUT PITY avec Kirk Douglas en 1961. Elle fut mariée à Tony Curtis avec qui elle joua dans TARAS BULBA, elle avait 18 ans –et lui 38- quand ils se marièrent en 1963, leur liaison durera jusqu’à 1968.
Elle fait ses débuts dans le péplum LES DERNIERS JOURS DE POMPEI en 1959, de Sergio Leone. Suivront une centaine de films, dont UN NOMME LA ROCCA (1961), LE MERCENAIRE (1962) avec Stewart Granger, LILI MARLEEN (1981), son dernier film est TOM SWAYER & HUCKLEBERRY FINN (2014).

Résultat de recherche d'images pour "christine kaufmann"

Résultat de recherche d'images pour "christine kaufmann"

Résultat de recherche d'images pour "taras bulba"

Résultat de recherche d'images pour "christine kaufmann"

Tony Curtis, Christine Kauffman