Stewart Granger/La dernière chasse (The last hunt)

Stewart Granger (1913/1933)

Stewart Granger - cinerevue 1978

Pierre Brice, Stewart Granger

L’homme qui importa la race charolaise aux USA !

James Lablanche Stewart est fils de la haute bourgeoisie anglaise remarqué d’abord dans de grands théâtres de Londres, puis au cinéma, sous le pseudo ‘Stewart Granger’, pour ne pas être confondu avec James Stewart, qui deviendra plus tard son ami
Il est citoyen américain en 1956 et s’achète un vaste ranch en Arizona (voir plus bas). Un de ses meilleurs rôles est BEAU BRUMMEL en 1954, film sur le célèbre Dandy du XIXe s… Granger excellait dans la peau d’élégants et intrépides aventuriers et séducteurs, dans les films de cape et d’épée et d’aventures comme SCARAMOUCHE ou LES CONTREBANDIERS DE MOONFLEET, marchant sur les plates bandes de Douglas Fairbanks et Errol Flynn.

Il a également à son actif quelques westerns très réussis dont Au pays de la peur en 1952 dans le wilderness des montagnes canadiennes.

En 1956, il est le chasseur de bisons qui va devoir prendre le taureau par les cornes et affronter son partenaire, le cruel Charles Gilson (Robert Taylor) c’est dans La dernière chasse, chef d’œuvre de Richard Brooks

Le grand Sam

Dans Terreur dans la vallée en (1957) de Roy Rowland, il fait un effet bœuf en campant un justicier-aventurier qui est accueilli avec méfiance par les villageois et se retrouve impliqué dans une lutte entre éleveurs et fermiers.

En 1960, il forme avec John Wayne un tandem original de deux chercheurs d’or en Alaska dans la comédie Le grand Sam d’Henry Hathaway. Sam (John Wayne) doit trouver une fiancée à son partenaire (Granger), il déniche une chanteuse de saloon française (Capucine).
Sur le tournage, Hathaway est un véritable tyran avec les acteurs, Granger n’arrive pas à jouer le premier jour, il prend des tranquilisants, Wayne, qui l’aime bien, lui donne des conseils et l’encourage

Stewart Granger perd de sa popularité aux USA dans les années 60, et revient en Europe tourner notamment dans trois Winnetou, -le premier est Parmi les vautours en 1964-, en remplacement de Lex Barker, Pierre Brice lui donne la réplique, ce sont ces westerns franco-italo-yougoslavo-allemands qui ont été à l’origine de la vague de westerns européens produits dans les années 60-70… dont les western-spaghetti. Le second dans lequel il joue est L’appât de l’or noir en 1965, puis Frontière ardente (le 8e en 1965) où son personnage est plus développé

Pour la télévision, il aura aussi un rôle récurrent, celui du colonel MacKenzie dans plusieurs épisodes du Virginien avec James Drury

Vaches. Eleveur de vaches et taureaux charolais dans son ranch de l’Arizona, Stewart Granger se vantait d’avoir importé cette race de bovins aux Etats-Unis. Dans les ventes aux USA, on surnommait même ces bovins les « charolais Granger »

avec David Niven et Ava Gardner

avec Jean Simmons

avec Jean Simmons

♦ Terreur dans la vallée :

La dernière chasse (The last hunt) (1956)
La dernière chasse

dessin de Didgiv

De Richard Brooks – MGM
Scénario de Richard Brooks d’après un roman de Milton Lott.
Musique : Daniele Amfitheatrof-Photo : Russell Harlan. Eastmancolor

La dernière chasse

fiche Télé 7 jours

Avec Robert Taylor : Charles Gilson

Stewart Granger : Sandy McKenzie-Debra Paget : indienne-Lloyd Nolan : Jambe de bois-Russ Tamblyn : Jimmy-Constance Ford : Peg

Debra Paget, Stewart Granger

Arkansas, fin du XIXe s. Sandy McKenzie, un ancien chasseur de bisons, mène une vie paisible de fermier avec son troupeau de vaches. Un jour, soudain, une centaine de bisons emballées fonce sur lui et son troupeau. McKenzie est contraint de tuer ses vaches, la plupart mortellement blessées. Attirés par les coups de feu, Charles Gilson arrive et ils font connaissance. Gilson le convainc de venir chasser les bisons avec lui, car la peau de bison utilisées dans les tanneries a repris de la valeur

drawing by didgiv

Robert Taylor dans le rôle d’un cruel tueur de bisons et d’indiens, face à Stewart Granger et la belle Debra Paget : c’est avec La porte du diable et Vaquero ! un de ses plus beaux westerns
Richard Brooks signe une oeuvre soignée, généreuse et émouvante, comportant des scènes spectaculaires (massacres de bison) et au climat tendu, avec un fin percutante et réfrigérante. Brooks n’ y va pas par quatre chemins, son propos est direct : il aime dénoncer les tares d’une société puritaine, comme dans ce western, le racisme anti-indien

Il aborde aussi le thème de l’extermination des bisons

On découvre le monde des tueurs, des égorgeurs et des dépouilleurs de bisons, profession sans gloire où l’on retrouvait toute la lie de l’Ouest, comme bandits et tueurs d’Indiens. L’impitoyable chasseur joué par Taylor, tue les bisons qui nourrissent les Indiens. Robert Taylor, qu’on a rarement vu dans un rôle aussi cynique, est extraordinaire à contre-emploi
« Un bison mort, et c’est quelques Indiens qui n’arriveront pas à survivre », dit l’infâme Charles Gilson dans le film
Le voir congelé, en position verticale, recouvert d’un linceul de neige avec son fusil dans la neige à la fin du film est une scène rassurante et percutante : cette nature que Gilson meurtrit (Bisons, Indiens…) reprend ses droits et l’amène vers sa propre mort
C’est un des plus beaux films de l’Histoire du western

Ils nous ont quittés : Daria Nicolodi/Margaret Nolan/Diana Rigg/Reni Santoni/John Saxon/Kelly Preston/Dan Van Husen/Geno Silva/Michel Piccoli/John Ericson/Sergio Fantoni/Max Von Sydow /Suzy Delair/Lucia Bosè/Alfio Contini

Daria NICOLODI (1950-2020)

Daria :actrice, ex-compagne de Dario Argento

MARGARET NOLAN (1943-2020)

Actrice et modèle britannique, elle joue une masseuse dans GOLDFINGER, peinte en or et portant un bikini en or dans la séquence-titre (dans le film c’est Shirley Eaton). On la verra dans un western, Carry on Cowboy en 1965.

Margaret Nolan : oldschoolhot


Picture of Margaret Nolan
Margaret Nolan, 1964 : OldSchoolCool

voir :
http://www.riowestern.com/dors-diana-barrie-lewis-scala-hassall-hooks-marshall-carter-mandell-leon-ventura/

Margaret Nolan
Margaret Nolan


RENI SANTONI (1939-2020)
Second rôle américain révélé par son rôle de l’inspecteur Gonzalez dans L’INSPECTEUR HARRY, il jouera souvent des flics, inspecteurs ; il a aussi été vu dans des films de guerre (ANZIO), polars (LES CADAVRES NE PORTENT PAS DE COSTARD, COBRA), un western : LES COLTS DES SEPT MERCENAIRES. C’est aussi la voix (narrateur) dans de nombreuses fictions.

Reni Santoni, l'acteur de « Seinfeld » et « Dirty Harry », est ...
Reni Santoni

DIANA RIGG (1938-2020)

JOHN SAXON (1936-2020)
D’origine italienne, second rôle au physique ténébreux qui n’est pas sans rappeler Sean Connery à ses débuts, il est connu pour avoir joué dans OPERATION DRAGON de Robert Clouse, dernier film de Bruce Lee.
Vu souvent dans des rôles de flic, agent du FBI, officier…
Sa carrière remonte aux années 1950, on le voit souvent dans des polars, des gialli (TENEBRES d’Argento) et une poignée de (bons) westerns, comme Le vent de la plaine… Bandit mexicain ayant volé le cheval de Marlon Brando dans L’homme de la Sierra, puis Joe Kidd… Le cavalier de l’espace… Il jouait un chef indien dans la série BONANZA en 1959.
Saxon passa une fois derrière la caméra pour realiser un film d’horreur en 1988, DEATH HOUSE avec Anthony Franciosa.

John Saxon — Wikipédia
John Saxon
John Saxon avec Bruce Lee


F3325 kelly preston admiradora secreta foto b/n - Sold through ...
DECES DE KELLY PRESTON. Ici dans Secret Admirer
Kelly Preston 1980s | Found on the internet. | Ginny Skinny | Flickr
Kelly Preston

DAN VAN HUSEN (1940-2020)

Acteur allemand vu dans de nombreux westerns dès les années 1960 dont plusieurs avec Lee Van Cleef : La chevauchée versl’Ouest, Les 4 desperados, El Condor, Arizona se déchaine, The Arizona Kid, Les canons de Cordoba, Des dollars pour McGregor, Une trainée de poudre… les pistoleros arrivent, Doc Holliday (1971), Captain Apache, Catlow, Et viva la Revolution !, Condenados a vivir, Far West story, Pancho Villa (1972), Alleluia et Sartana, fils de…, Verflucht dies America, Le blanc, le jaune et le noir, Cipolla colt, The scarlet worm (2011) :

GENO SILVA (1948-2020)

Décès de cet acteur qui débuta dans quelques séries western comme Sur la piste des Cheyennes, puis des secons rôles à la TV et au cinéma : l’Apache Ghost dans Wanda Nevada, on le voit d’autres westerns, dans la version TV de Belle Starr en 1980, El Diablo (1990), c’est le général Carbinsco dans Geronimo (TV-1993), et le père Sanchez dans Into the West (2005).

MICHEL PICCOLI (1925-2020)

Belle de jour, Le Mépris, Max et les ferrailleurs

Dessin de Didgiv

La Cinémathèque suisse rend hommage à Michel Piccoli : jusqu’au 10 octobre, l’institution lausannoise rend hommage à l’acteur français Michel Piccoli, décédé en mai.

JOHN ERICSON (1926-2020)

Vedette des années 1950-60, il eut la tête d’affiche de trois westerns The return of Jack Slade (1955) et Le repaire de l’aigle noir (57), et le western spaghetti La dernière balle à pile ou face (1969), et en second rôle dans Quarante tueurs (1957), c’est le shérif de La journée des violents (1958), un western espagnol en 1967 : Los 7 de Pancho Villa, Chasseur de primes (1972), The far side of Jericho (2006), et aussi quelques séries comme La grande caravane ou Zane Grey Theater, Rawhide.

John Ericson II | Harry | Flickr
John Ericson


SERGIO FANTONI (1930-2020)

Grande vedette italienne des années 1960-70 qui débuta dans les péplums puis les films de guerre, d’espionnage et d’aventures, on le vit dans un western, Les 4 mercenaires d’El Paso. Un de ses meilleurs rôle est celui du capitaine Oriani dans L’EXPRESS DU COLONEL VON RYAN en 1965.

Sergio Fantoni - UniFrance

MAX VON SYDOW (1929-2020)

L’exorciste… Les 3 jours du Condor… Flash Gordon… Black Journal… Conan le Barbare… Le 7e sceau… Minority Report…

SUZY DELAIR (1917-2020)

L’assassin habite au 21 (1942)… Quai des OrfèvresGervaise... Rocco et ses frèresLes aventures de Rabbi Jacob

Résultat de recherche d'images pour "suzy delair"

Lucia Bosè (1931-2020)

La dame sans camélia (1963)… Chronique d’un amour (1960)… Satyricon (1969)… La controfigura (1972)…

Résultat de recherche d'images pour "lucia Bosè"
Résultat de recherche d'images pour "lucia Bosè"

Raoul Walsh/La charge fantastique (They died with their boots on)/La charge de la huitième brigade (A distant trumpet)

 Raoul Walsh (1887/1980) 

dessin by Didgiv

Walsh est avec John Ford et André de Toth, un des trois fameux cinéastes borgnes d’Hollywood (il perdit son œil sur un repérage d’un film, un lapin avait sauté à travers le pare-brise de sa voiture… le coup du lapin !).

C’est lui qui, en 1930, découvrit John Wayne, alors simple accessoiriste de plateau, lui donnant le premier rôle de La piste des géants. C’est lui aussi qui lui trouva son nom (le vrai nom de Wayne était Marion Michael Morrison).

Raoul Walsh dans le rôle deVilla

Mais avant de signer certains grands chef d’œuvre du genre (L’homme qui n’a pas d’étoile, La vallée de la peur, La charge fantastique et le magnifique western pro-indien La charge de la 8e Brigade, Les implacables en 55) et de devenir un des plus brillants metteurs en scène de l’ âge d’or hollywoodiens (140 films au total !), Raoul Walsh avait été un véritable cowboy au Texas, et a joué dans 40 films comme acteur

Il débuta sur les planches, et à l’écran jouant l’assassin de Lincoln, dans Naissance d’une nation… Dans The life of generalVilla (1914), il joue le rôle de Pancho Villa, qui était dans la vie un de ses amis

Sa mise en scène fait preuve d’une véritable modernité, il suffit de voir certains plans filmés de Bataille sans merci en 1953 ou les combats de boxe de Gentlman Jim (1942)

Autres réalisations :
Cheyenne (1947)

La charge fantastique (They died with their boots on)


La carrière de Custer (Errol Flynn), depuis son arrivée à West Point en 1857, puis dans l’armée nordiste.

Et Olivia de Havilland, Arthur Kennedy, Gene Lockhart, Anthony Quinn, John Litel, Regis Toomey, Hattie McDaniel, Eleanor Parker

Un confortable budget pour un film réalisé en temps de guerre (2,2 millions de dollars) pour cette version romancée qui retrace l’histoire du fameux général, et qui rend hommage aux combattants sioux : il les montre bien plus respectables que les hommes d’affaires véreux.
De nombreux figurants et cascadeurs (dont Yakima Canutt) furent employés dans les spectaculaires scènes de batailles. Peu soucieux de la réalité historique (la rencontre entre Custer et le chef Crazy Horse n’a jamais eu lieu)
D’autres westerns brosseront des portraits de Custer, mais bien moins élogieux, comme Custer, l’homme de l’Ouest en 1967 ou Little Big Man en 1970

Distribution éclatante, où l’on retrouve dans un petit rôle Eleanor Parker (Fort Bravo)

Anthony Quinn, Errol Flynn

Anthony Quinn


La charge de la huitième brigade (La charge de la 8e brigade) (A distant trumpet)
de Raoul Walsh (1964)

Fraîchement diplômé de West Point, le lieutenant Hazard (Troy Donahue) arrive dans un fort en territoire indien dans l’Arizona

Et Suzanne Pleshette, Diane McBain, James Gregory, Claude Akins, Bobby Bare, Russell Johnson

A travers le regard que porte son héros, officier joué par Troy Donahue, Raoul Walsh dans son dernier film rend un vibrant hommage aux Indiens.

« J’ai fait chanter aux Indiens leurs chants traditionnels de victoire et de défaite… Ces Indiens, je les connais depuis si longtemps. Quand j’étais jeune, j’ai vécu avec eux. Ils sont très superstitieux, en ce qui concerne leurs chants. Mais pour moi, ils ont accepté de chanter» racontait le cinéaste.
Walsh signe en même temps que John Ford avec ses Cheyennes, un vibrant plaidoyer pro-indien. Avant Soldat Bleu et Little Big Man
Seul film en tant qu’acteur d’un des plus grands chanteurs de country américains, Bobby Bare (Detroit City)

Chief Dan George/Smith ! (A man called Smith)

Dan George (Chief Dan George)  (24-7-1899/23-9-1981)

 Peau de la vieille hutte…

C’était Peau de la vieille hutte, dans Little big man d’Arthur Penn, chef cheyenne qui recueillait et adoptait l’orphelin Jack Crabb joué par Dustin Hoffman

Dan George reçut à le Laurel Award de « best supporting performance » en 1971, «Best Supporting Actor » aux NYFCC Awards (70) et NSFC Awards (71), et il fut nominé dans la catégorie meilleur second rôle aux Oscars de 1971… Pas moins !

Josey Wales…

C’est l’un des plus célèbres Amérindiens ayant fait sa place sous le soleil d’Hollywood, et sans doute, avec Graham Greene, Chief Thundercloud dans les années 340, et Wes Studi, le plus connu. Ses personnages sont souvent ceux de chefs indiens empreints de sagesse.

Dan George by JB21

Dan George est né dans la réserve indienne  de Burrard au Canada et a été chef de la nation Capilanos de 1951 à 1963, il est apparu au cinéma relativement tard… à partir de l’âge de 61 ans !
Dan George incarnera Red Cloud dans un épisode de la série Bonanza en 1971, chef Morales dans un épisode de Le grand Chaparral (69), et Clint Eastwood lui confie en 1976 le deuxième rôle de son western Josey Wales, Hors-la-loi, celui du vieux chef Indien qui accompagne le héros sur la route de sa quête vengeresse
Autres westerns :
Smith ! (1969) de Michael O’Herily
Alien thunder (1974)

Deux ans plus tard, on le voit encore dans la peau d’un Sioux âgé dans le magnifique feuilleton Colorado avec Robert Conrad. Dan George était aussi un porte-parole influent de la cause amérindienne aux Etats-Unis

♦ Chief Dan George dans LITTLE BIG MAN :


Smith ! (A man called Smith) de Michael O’Herily (1969)

L’Indien Jimmyboy est accusé du meurtre d’un Blanc. Il trouve refuge au ranch de Smith, ami des Indiens

Avec Glenn Ford, Nancy Olson, Dean Jagger, Keenan Wynn, Warren Oates, Chief Dan George, Jay Silverheels, James Westerfield, Melanie Griffith

Western contemporain qui vaut le detour pour sa distribution, avec des acteurs indiens dans des seconds rôles et une certaine… Melanie Griffith.

Chief John Big Tree/Susannah of the Mounties

Chief John Big Tree (Chief Big Tree) (1877/1967)

C’était le vieux chef indien « Poney qui marche » converti au christianisme de La charge héroique de John Ford. Dans une scène à la fois drôle et pleine d’émotion, qui montre la tendresse qu’avait John Ford pour les Indiens, le vieux chef ressasse ses souvenirs avec le capitaine Nathan Brittles (John Wayne)
Membre de la Nation indienne des Senecas, il est apparu dès le muet dans une soixantaine de films, dans des rôles de chef indien, souvent dans des westerns, mais aussi des films de guerre. Il fera partie de l’écurie John Ford, avec des westerns comme A Fight for love (1919) ou la superproduction Le cheval de fer (1924)

On le retrouve dans The frontier trail (1926), il joue Red Cloud dans Spoilers of the West (27), Crazy Wolf dans Sioux blood (29), un Indien dans les westerns épiques Wyoming (1928) et L’attaque de la caravane (1931), puis la série B Red fork Range (1931)
C’est un guerrier huron dans The last of the Mohicans (32), un Indien de cirque dans King of the arena (33), David Howard le dirige dans l’épique The Golden West (32), puis The telegraph trail (33) et Massacre (34), Wheels of destiny (34), The singing Vagabond (35)… Le cavalier miracle, un guerrier Wyandotte dans Daniel Boone (1936), Les vengeurs de Buffalo Bill (36), chef comanche dans Caravane de l’enfer (37), puis un Hopalong Cassidy : La vengeance du cow-boy (37), Prairie Thunder (37), éclaireur indien dans La chevauchée fantastique, succès de l’année 39, l’Indien Blue Back dans Sur la piste des Mohawks en 39 et la même année : Femme ou démon et Susannah of the Mounties
The painted stallion
(38), Flaming frontiers (38)Et The Oregon Trail en 1939

Puis, c’est Les tuniques écarlates (1940) de Cecil DeMille, L’Odyssée des Mormons (40), Heroes of the saddle et Les trappeurs de l’Hudson (1941), Pioneers of the West (41). Après La charge héroique, son dernier film est le superbe western pro-indien La porte du Diable en 1950

Le cheval de fer :
SUSANNAH OF THE MOUNTIES
de William A. Seiter et Walter Lang (1939)

Deux membres de la police montée patrouillent aux alentours du campement des ouvriers, ils découvrent un massacre. Il y a une survivante, une fillette du nom de Susannah (Shirley Temple).  Monty, un de ses sauveteurs (Randolph Scott) accepte de se charger d’elle

Et Margaret Lockwood, Victor Jory, Chief John Big Tree, Chief Thunderbird

Ce western produit par Darryl F. Zanuck réunissant Randolph Scott et l’enfant-star Shirley Temple évoque la construction dans l’Ouest du Canada d’une ligne de chemins de fer reliant l’Atlantique au Pacifique et aussi les tensions entre Blancs et Indiens. Plusieurs Indiens dans des seconds rôles, dont Chief John Big Tree