Marie Versini/Romy Schneider

Deux grandes stars françaises des années 60-70

Marie Versini (10 août 1940)

Marie Versini, Lex BarkerLa Corse Marie Versini a joué dans des films d’aventures avec Lex Barker dont  les westerns européens à l’origine du renouveau du genre dans les années 60, les Winnetou La révolte des Indiens apaches (1963), Tonnerre sur la frontière (66)… qui précédèrent la vague de western-spaghetti. Comme Pierre Brice, héros de ces westerns, cette Corse était plus populaire en Allemagne qu’en France à cette époque.
Marie Versini

ciné-revue 1974

La révolte des indiens apaches Lex barker Marie Versini (2)

Marie Versini, Martin Held (Bataille de polochons (c. revue 63)


Née un 23 septembre :
Romy Schneider

Romy Schneider sublimée par une grande artiste : Svetliaciok


Romy Schneider by didgiv

Romy Schneider by didgiv

par Eva Sereny

Michel Piccoli, Romy Schneider

dessin de Didgiv

Romy Schneider by didgiv


Romy Schneider by didgiv

Romy Schneider (Lui n°119 décembre 1973) croquée par le célèbre dessinateur Aslan, décédé en 2015.

de dos…

Romy Schneider by Jeffcw

Frances Farmer/Le vandale (Come and get it)

Née un 19 septembre…
Frances Farmer
(1913-1970)


Grande vedette des années 1930-1940, d’une beauté extraordinaire, Frances Farmer joua dans les westerns Rythm on the range (1936), un musical avec Bing Crosby, puis Le vandale (Come and get it) (1936) de Howard Hawks et William Wyler avec Joel McCrea, L’or et la chair (1937), Ride a crooked mile (1938), Badlands of Dakota (1941) où elle incarne Calamity Jane.
Elle fut notamment mariée à Leif Erickson. Internée à plusieurs reprises en psychiatrie, où elle subit des électrochocs. Un destin tragique sous le ciel tourmenté d’Hollywood, parfaitement retracé dans le film FRANCES en 1982, avec Jessica Lange.

Jessica Lange by didgiv

Jessica Lange incarne Frances Farmer dans FRANCES (dessin de Didgiv)

————————————–

Le vandale (Come and get it) (1936) d’Howard Hawks, William Wyler et Richard Rosson

A la fin du XIXe s., un ambitieux contremaître abandonne la fille de saloon qui l’aimait pour épouser par intérêt la fille de son patron, il se retrouve à la tête d’une vaste entreprise, riche mais malheureux, son ami de jeunesse a épousé la femme abandonnée…

Avec Edward Arnold, Joel McCrea, Frances Farmer, Walter Brennan, Andrea Leeds, Clem Bevans, Gino Corrado, Frances Dee, Jim Mason, Hank Worden
Des airs de documentaire au début, montrant le travail des bûcherons du Wisconsin, Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Walter Brennan. Howard Hawks avoua que Frances Farmer fut la meilleure actrice avec laquelle il travailla.

Fay Wray/The border legion/The conquering horde/Three rogues (Not only Gentleman)

FAY WRAY
Née un 15 septembre…
(15-9-1907 au Canada/8-8-2004 à New York )

Fay Wray- cinerevue 1978

Gary Cooper, Fay Wray

Américaine d’origine canadienne, Fay Wray est restée toute sa vie prisonnière d’un rôle, celui de la fiancée de KING KONG de 1933, qui éclipsa tous les autres qu’elle tint par la suite au cinéma, cette romance moderne de la Belle et la Bête propulsa au premier plan l’ingénue-type qu’elle incarnait parfaitement à l’écran. Le succès du film sauva la RKO de la faillite.

Le reste de sa carrière, qui débuta à l’âge de 16 ans, elle fut dirigée par de grands cinéastes, comme Fred Niblo (BEN HUR en 1925), dans des films fantastiques des années 30, comme LA CHASSE DU COMTE ZARKOFF, puis des mélos, des comédies et quelques bons westerns.
En 1926, la Western Association of Motion Picture Advertisers sélectionna 13 starlettes susceptibles de devenir des stars, Fay Wray fait partie du lot, avec Janet Gaynor et Mary Astor.

KING KONG (1933)

KING KONG
Dessin : Didgiv

Elle devient une vedette des westerns muets comme The Man in the Saddle (1926), The wild horse stampede (26), The saddle tramp (26), The show compucher (26), Lazy lightning (26), Loco Luck (27) de Clifford Smith, avec Al J. Jennings, A one man game (1927), puis elle donna la réplique à des stars comme Art Acord (Spurs and saddles, 1927), Gary Cooper en 1930 (L’Homme du Texas), Richard Arlen  dans The border legion-1930) et The conquering horde-1931), Victor McLaglen (Three rogues-1931) de Benjamin Stoloff, et Wallace Beery (Viva Villa !) en 34, Richard Dix (It happened in Hollywood).

THE CONQUERING HORDE

Elle délaisse le western dans les années 30 pour tourner dans des comédies romantiques et polars, mais elle réapparaitra en guest-star dans un épisode de la série La grande caravane (1964).

Ses fameux cris dans King Kong sont repris dans Monsieur Joe en 1949, elle devait faire une apparition dans le KING KONG de Peter Jackson en 2004, mais elle est décédée juste avant le début du tournage.

Fay Wray by didgiv

Fay Wray by didgiv

Fay Wray by didgiv

KING KONG : Fay Wray by Didgiv


The border legion
de Otto Brower et Edwin H. Knopf (1930)

Avec Jack Holt, Fay Wray, Richard Arlen, Eugene Palette, Syd Saylor, Hank Bell.

Western de la Paramount, d’après Zane Grey, remake des Loups de la frontière (1924), avec Fay Wray, qui sera la vedette de KING KONG (1933)


The conquering horde
de Edward Sloman (1931) *

Avec Richard Arlen, Fay Wray, Claude Gillingwater, Frank Rice, Chief Standing Bear.

Fay Wray et Richard Arlen étaient déjà réunis dans The border Legion, en 1930. Ce western évoque les problèmes des éleveurs texans qui voient passer les rails du Pacific Railroad sur leurs territoires. Les rôles de jeune premier romantiques qu’on attribuait à Richard Arlen étaient à cette époque les mêmes qu’on donnait à Gary Cooper, mais c’est ce dernier qui deviendra de plus en plus populaire dans les années 1930-40…


Three rogues (Not only Gentleman)
de Benjamin Stoloff (1931) 

Avec Victor McLaglen, Fay Wray, Lew Cody, Robert Warwick, Eddie Gribbon, Joyce Compton, Franklyn Farnum, Kermit Maynard.

Western de la Paramount, remake de Trois sublimes canailles (1926)

Shalako/Honor Blackman/Jack Hawkins

SHALAKO
Western germano-anglais d’Edward Dmytryk (1968)

Scénario : James Griffith, Hal Hopper, Scott Finch d’après un roman de Louis L’Amour
Musique : Robert Farnon

SHALAKO Bardot Connery

Avec
Sean Connery : Shalako
Brigitte Bardot : Irina Lazaar
Stephen Boyd : Bosky Fulton
Jack Hawkins : sir Charles Daggett
Peter van Eyck : Frederick Von Hallstatt
Honor Blackman : Lady Daggett
Woody Strode : Chato
Et Eric Sykes, Alexander Knox, Valerie French, Don ‘Red’ Barry, Chief Thug Smith.

Deuxième western de Brigitte Bardot (après Viva Maria), tourné à Almeria, d’après une histoire de Louis L’Amour, qui se déroule en 1880 au Nouveau-Mexique.

A cheval, bottée et enjuponnée, elle a fière allure BB ! Elle campe une comtesse qui, avec les amis d’un baron prussien, fait une partie de chasse sur une réserve apache.
Attaquée par ceux-ci, elle est sauvée par l’agent fédéral Shalako (Sean Connery).

Brigitte Bardot

L’intrigue s’appuie sur des faits réels : à cette époque, de riches Européens aimaient se rendre aux Amériques pour des safaris.

Sean Connery a un cachet trois fois supérieur à Brigitte Bardot. Au moment du tournage, elle est en phase de séparation avec Serge Gainsbourg, et c’est à contre-coeur qu’elle se rend en Espagne tourner ce western. Les Indiens sont joués par des gitans espagnols, le tournage d’un autre western a lieu en même temps à Tabernas, Une corde, un colt avec Michèle Mercier…

à la sortie du film, BB dit « Le cinéma britannique est le meilleur du monde… y compris pour les westerns« . La critique et le public n’auront pas le même avis… Shalako sera un échec commercial.

… Chaque soir, BB et Michèle Mercier font la fête à l’hôtel Aguadulce. BB ne supporte pas le réalisateur Edward Dmytryk qu’elle trouve froid et distant.

Elle s’insurge un jour contre le traitement fait à un puma pour une scène du début du film.
« Cela vous plairait que je vous tire une cartouche paralysante dans les fesses ? » lance-t-elle !

Malgré l’affiche, éblouissante, Shalako est un échec, par rapport au coût important de son budget (il fit malgré tout près de 1,4 millions d’entrées en France)… « C’est vraiment le drame de ma vie » dira Bardot… qui fera encore un western –Les pétroleuses-, mais elle ne retrouvera pas le succès de Viva Maria.
Honor Blackman joue une captive blanche torturée par les Indiens, qui lui font avaler de force son collier de diamants !
♦ Le film devait réunir au départ Henry Fonda et Senta Berger et être tourné à Mexico. Mais en 1968, Henry Fonda n’avait plus du tout la cote à Hollywood (il partait d’ailleurs cette année-là en Italie tourner Il était une fois dans l’Ouest), et les producteurs proposèrent le rôle à Sean Connery.

arrêtez vos connery !

(janvier 68 ciné revue)

Décès de HONOR BLACKMAN (1926/2020)

Patrick McNee et Honor Blackman

L’Anglaise Honor Blackman a été rendue célèbre par son rôle de Cathy Gale dans la série CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR (1962-64), et de la James Bond’s girl Pussy Galore dans GOLDFINGER en 1964 ; très douée en arts martiaux, elle réalisa elle-même quelques-unes des cascades de la série.

Elle démarre au cinéma à la fin des 40’s, et obtient très rapidement des premiers rôles, notamment dans des thrillers.
Elle est apparue dans deux westerns, Shalako où elle retrouve Sean Connery (1968), elle y tient le rôle d’une captive blanche torturée par les Peaux rouges…
Et Rio Verde (1971) avec Dean Martin. Ainsi que dans Benjamin Franklin (75), une minisérie.

Elle a joué en 2012 dans un film d’horreur, COCKNEYS VS ZOMBIES. 


JACK HAWKINS (1910-1973)
Né un 14 septembre

Une longue carrière théâtrale avant de percer au cinéma à la fin des années 40 pour ce comédien anglais doué, qui joue les hommes à forte carrure dans les péplums (BEN-HUR), films d’aventures (LAWRENCE d’ARABIE), gangsters costauds dans les polars. Son rôle le plus marquant est celui du Major Warden du PONT DE LA RIVIERE KWAI, il campe le général Cornwallis dans La Fayette (1961), Otto Witt dans le fascinant ZOULOU (64), et Sir Daggett dans le western Shalako (1968).

Jack Hawkins by didgiv

BEN-HUR : dessin de Didgiv

Teddy Ted de retour en BD

Teddy Ted est un cow boy de BD créé par Jacques Kamb et Yves Roy, en 1963, paru notamment dans Pif Gadget, des aventures signées alors par Gerald Forton au dessin, et Roger Lecureux au scénario.

Les éditions Hibou rééditèrent régulièrement ces aventures. La sortie d’un nouvel album est prévue pour fin 2020.
Phil Cottarel, au scénario, Gerald Forton au dessin utilisent tous les codes du western : coups de théâtre et fusillades, vengeance et règlements de comptes, « Teddy Ted, 1899 Deadstone » est à cheval entre deux époques (entre fin 1899 et début 1900).

L’histoire : Teddy Ted, 70 ans, est devenu propriétaire d’un ranch, dont il laisse l’administration à des hommes de main, évitant le contact humain et s’enfermant la solitude. Une jeune femme va réveiller en lui des souvenirs très anciens, remontants à la guerre de sécession… Teddy Ted va devoir reprendre encore une fois la piste, pour affronter à la fois un bandit impitoyable, dans les montagnes, mais aussi son propre passé… On attend la sortie de l’album avec impatience.