browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

L’homme aux colts d’or (Warlock) / Edward Dmytryk

Posted by on 3 octobre 2013
 L’homme aux colts d’or (Warlock)
D’
Edward Dmytryk (et producteur) (1958-59) ***


Scénario : Robert Alan Arthur (d’après le roman d’Oakley Hall)
Musique : Leigh Arline-Photo : Joseph McDonald

Avec Richard Widmark : Johnny Gannon
Henry Fonda : Clay Blaisdell
Anthony Quinn : Tom Morgan
Dorothy Malone : Lily Dollar
Dolores Michaels : Jessie Marlow
Wallace Ford : Juge Holloway
Richard Arlen : Bacon
DeForest Kelley : Curley Burne
Whit Bissel : Petrix
Et Tom Drake, Regis Toomey, Vaughn Taylor, Ann Doran, Don Beddoe, Robert Adler, Don ‘Red’ Barry, Roy Jenson, L.Q. Jones, Gary Lockwood.

L'homme aux colts d'orDans une petite localité qui a engagé un tueur célèbre, Blaisdell (à qui ses admirateurs ont offert des colts à crosses d’or) pour lutter contre des mauvais garçons, avec l’aide son partenaire estropié, un cow-boy, Johnny Gannon, trahit ses frères, pillards et voleurs de bétail, puis devient shérif et les affronte.

Histoire d’une trahison, et d’une rupture d’une amitié, doublée d’une fine réflexion sur la loi et la justice expéditive, qui baigne dans un rythme lent mais tendu et bénéficie d’un casting trois étoiles, Warlock sort des sentiers battus et échappe au manichéisme dans lequel ont tendance à tomber nombre de westerns à cette époque, il est ainsi dans la lignée du Train sifflera trois fois ou de Rio Bravo.
Un classique, avec trois stars alors au sommet : Henry Fonda, Richard Widmark et Anthony Quinn. Au départ, Edward Dmytryk veut Widmark pour le rôle de Clay Blaisdell (tenu par Fonda), or l’acteur pense que le rôle n’est pas pour lui et suggère alors Henry Fonda, qui accepte. Ce dernier suit un entraînement pour apprendre à dégainer, un tireur émerite, Rodd Redwing, est même embauché comme conseiller technique.
Un des meilleurs films et westerns d’Edward Dmytryk (le western fut un succès), avec La lance brisée, où jouait déjà Widmark, et où l’on avait aussi le thème de la trahison, cher au réalisateur, et qui fut un dilemme dans sa propre vie : Dmytryk dénonça certains sympathisants communistes dans le milieu du cinéma lors de la fameuse « chasse aux sorcières » qui le conduisit à purger (en 1950) une peine de prison fédérale.

dessin : Didgiv

Richard Widmark – dessin : Didgiv

Film complet en espagnol :


EDWARD DMYTRYK (1908-1999)

Fils d’immigrants ukrainiens, né au Canada, Edward Dmytryk a vu sa carrière interrompue par le McCarthysme, ayant été brièvement membre du parti communiste pendant la Seconde guerre mondiale. Il est une des fameuses dix personnalités d’Hollywood ayant refusé de collaborer ave la HUAC (Un-American Activities Committee). Plus tard, il fera marche arrière et dénoncera le communisme. On lui doit certains des plus beaux films noirs et westerns du cinéma.
Il épousa l’actrice Jean Porter, en 1948, qu’il dirigea dans certains de ses films.

avec sa femme Jean Porter

Edward Dmytryk

Polars :
Secrets of the lone wolf (1941)
Confessions of Boston Blackie (1941)
Counter-espionage (1942)
Le faucon pris au piège (1943)
Adieu, ma belle (1944)
Pris au piège (1945)
Feux croisés (1947)
Obsession (1949)
L’homme à l’affût (1952)
Barbe-bleue (1972)

Westerns :
La lance brisée (1954)
L’arbre de vie (1957)
L’homme aux colts d’or (1958)
Alvarez Kelly (1966)

Alvarez Kelly-dessin de Didgiv

Richard Widmark, Dorothy Malone (L’homme aux colts d’or)

Montgomery Clift et Lee Marvin (L’arbre de vie)

Barbe-bleue (1972)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *