browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

La prisonnière du désert (The Searchers)

Posted by on 20 décembre 2013
De John Ford (1955-56) ******

John Wayne The searchers

Musique : Max Steiner
Scénario : Frank S. Nugent, d’après le rompan de Alan Le May

Avec John Wayne : Ethan Edwards
Jeffrey Hunter : Martin
Vera Miles : Laurie
Natalie Wood : Debbie
Ward Bond : révérend Clayton
John Qualen : Jorgensen
Olive Carey : Mrs. Jorgensen
Henry Brandon : chef Eclair
Ken Curtis : McCorry
Harry Carey Jr. : Brad

Et Antonio Moreno, Hank Worden, Beulah Archuletta, Nacho Galindo,  Patrick Wayne, Lana Wood, Mae Marsh, Chief Thundercloud
Chuck Roberson (et cascadeur)

La prisonnière du désert

Texas, 1868. La famille d’Aaron Edwards est massacrée par des Comanches qui enlèvent ses deux fillettes. De retour dans sa famille, le frère d’Aaron, Ethan Edwards, un officier sudiste vaincu, part à la recherche de ses deux nièces.
Au terme d’un long périple, il retrouve l’une d’elles, Debbie, devenue indienne, elle veut rester parmi les siens… désormais les Comanches. 

dessin : Didgiv

Natalie Wood – dessin : Didgiv

John-Ford-by-Didgiv

John Ford est au sommet de son art et de sa poésie avec cette oeuvre de toute beauté, dont le récit est inspiré d’un fait divers, qui évoquait les enlèvements d’enfants par les Indiens.
L’utilisation de la couleur et des contrastes, les splendides paysages dont la Monument Valley, les acteurs, les cadrages (la scène finale, en écho de celle de l’ouverture du récit sur la musique de Max Steiner), amplifiés par la VistaVision… font vibrer les coeurs et créent une émotion intense ; ils font de THE SEARCHERS un western d’une force et d’une pureté absolues, référence absolue dans le genre.
Dans la peau de l’ancien soldat obstiné par son désir de vengeance, John Wayne trouve là le plus beau rôle de sa carrière, il affronte déserts et tempêtes dans une quête douloureuse, qui suit le fil des saisons, pour retrouver la captive des Indiens.
Et celle qu’il retrouve après toutes ces années est devenue une farouche Indienne -magnifique Natalie Wood- qui veut rester avec ceux qui l’ont autrefois enlevée. Un pur et magnifique chef d’œuvre, jamais égalé. John Ford n’aura jamais été aussi inspiré.

Jeffrey Hunter, Natalie Wood

Jeffrey Hunter – Hank Worden

  • Tournage : février et juin à août 1955
    * Budget : 3 750 000 dollars/Recettes USA : 5,9 millions-Paris : 33,3 millions de Francs.
    * Un bras de fer entre oppose John Ford et Jack Warner sur le budget. Déçu par l’attitude de Warner Bros envers Ford, John Wayne passe à la concurrence : Paramount, MGM, Batjac. Il ne reviendra vers Warner que pour Chisum, en 1970.
    * Ward Bond est piqué par un scorpion dans le désert pendant le tournage !
    * Les critiques parisiens sont durs avec le film, du coup, le public boude le film.
    * John Wayne donnera le nom de son personnage, Ethan Edwards, à l’un de ses fils, qui naît peu après la fin du tournage.
    * Lana Wood, qui joue Debbie jeune, est la soeur cadette de Natalie Wood.

 (1-12-1966) Ciné revue_NEW

Lana Wood, quelques années plus tard…

Lana Wood

Natalie et Lana Wood

Indiens de la plaine - Dessin de Didgiv

Dessin de Didier Givannel

chaque plan de ce film est comme un magnifique tableau de maître : le génie de John Ford

La Prisonnière du désert (The Searchers)

La sublime scène finale, entrée dans la mythologie du western : John Wayne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *