browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

The birth of a nation

Posted by on 3 octobre 2016
 de Nate Parker (2016) *

L’histoire de Nat Turner, prêcheur qui mena une révolte d’esclaves en 1831 en Virginie.

Avec Nate Parker, Armie Hammer, Mark Boone Junior, Colman Domingo, Aunjanue Ellis, Dwight Henry…

Grand prix du jury et prix du public au Festival de Sundance en janvier 2016. Le film narre cette révolte d’esclaves qui pendant deux jours, massacrèrent une soixantaine de blancs, hommes, femmes et enfants. Une milice mit fin aux exactions, Turner fut pendu en novembre 1831 avec 18 complices.
La guerre de Sécession, trente ans plus tard, mettra fin à l’esclavage des Noirs.
The birth of a Nation est aussi un film de D.W. Griffith de 1914, qui était la chronique de deux familles déchirées par la Guerre Civile.

Le film est un échec lors de sa sortie en salles aus USA. Le personnage joué par Nat Parker manque de consistance, il y a de nombreuses longueurs, mais le récit montre bien ce que devait être le quotidien éprouvant des esclaves noirs, avec certaines scènes très violentes, insoutenables. L’Américain blanc est montré comme absolument sadique, fourbe, violent, cruel, on est aux antipodes du lyrisme et des couleurs flamboyantes d’Autant en emporte le vent. Le film baigne dans un glauque constant, il est dans la lignée d’oeuvres révisionnistes comme la saga Racines ou 12 years a slave, le point de vue adopté est définitivement celui des Afro-américains, et c’est une dénonciation rigoureuse du système esclavagiste qui traitait les humains impitoyablement, comme des bestiaux.

no title

gravure montrant l’arrestation de Turner.

birth 4

birth 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *