browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Si douces, si perverses (Cosi dolce… cosi perversa)/Jean-Louis Trintignant

Posted by on 3 janvier 2015
Si douces, si perverses (Cosi dolce… cosi perversa)
Italo-franco-allemand de Umberto Lenzi (1969)


Un industriel parisien se croyant délaissé par son épouse s’éprend de sa voisine maltraitée par son petit ami  et tombe dans le piège diabolique des deux femmes…

Avec Carroll Baker, Jean-Louis Trintignant, Erika Blanc, Horst Frank, Helga Liné, Ermelinda De Felice…
Musique de Riz Ortolani

Fleuron du giallo (thriller italien des années 60-70), SI DOUCES SI PERVERSES est le 2e volet d’une trilogie d’Umberto Lenzi (après UNE FOLLE ENVIE d’AIMER et avant PARANOIA) avec Carroll Baker, qui avait démarré dans le genre avec L’ADORABLE CORPS DE DEBORAH en 1968. C’est donc son 3e giallo, et aussi le 3e tourné par Trintignant (dont les deux précédents étaient avec Ewa Aulin). Scénario écrit par un spécialiste du genre, Ernesto Gastaldi, et musique formidable de Riz Ortolani, à qui l’on doit de bonnes partitions de western-spaghetti.

Il a été inspiré, comme de nombreux autres gialli, par LES DIABOLIQUES d’Henri-George Clouzot (dont Hitchcock avait cherché à acquérir les droits), le polar qui a fourni les bases du giallo transalpin, avec certains Hitchcock. Teinté d’érotisme, c’est un excellent giallo policier avec histoire d’adultère et de machination, dans une atmosphère parisienne, qui réserve des surprises et brouille les pistes… de quoi créer un suspense palpitant ! Un autre thriller, signé Silvio Amadio, porte le titre SI DOUCE, SI PERVERSE, en 1975, avec Dagmar Lassander.


 Jean-Louis Trintignant
(1930 à Piolenc)

Jean-Louis Trintignant (cinerevue février 1971)

Acteur éclectique découvert par Roger Vadim, capable de jouer dans des films aussi différents que des drames, western-spaghetti, giallo ou comédie. Révélé comme BB par ET DIEU… CREA LA FEMME, on le voit dans LES LIAISONS DANGEREUSES, AUSTERLIZ, LE FANFARON, MATA HARI AGENT H21, MERVEILLEUSE ANGELIQUE, COMPARTIMENT TUEURS, Z… et :
Les westerns :
LE GRAND SILENCE (1968)
Les gialli :
DEAD STOP (1967)
LA MORT A PONDU UN ŒUF (68)
SI DOUCES, SI PERVERSES (69)
Les polars :
LE VOYOU (70)
SANS MOBILE APPARENT (71)
FLIC STORY (75)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *