browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Sidney Poitier / L’esclave libre (Band of angels) / La bataille de la vallée du Diable (Duel at Diablo)

Posted by on 24 août 2013

SIDNEY POITIER (20 février 1927)

Sidney Poitier by didgiv

Sidney Poitier by Didgiv

Sidney Poitier est le premier acteur noir dans l’histoire du cinéma à devenir une vedette de premier plan et à obtenir un Oscar. Un de ses rôles les plus marquants est celui du policier en butte au racisme des habitants d’une petite ville du sud dans DANS LA CHALEUR DE LA NUIT, en 1967.

Le premier film dans lequel il débute est (titre révélateur) QUAND LA PORTE s’OUVRE, en 1950.
Puis, il est un des élèves rebelles de la classe de Glenn Ford dans GRAINE DE VIOLENCE, reflet d’une époque. Et devient une star internationale avec LE LYS DES CHAMPS, et emporte l’Oscar du meilleur acteur.
Il donne la réplique à Clark Gable dans ce qui a été considéré comme l’Autant en emporte le vent « version nordiste », L’Esclave libre, en 1957. Il fait équipe avec James Garner dans La bataille de la vallée du Diable (1965), très bon western de Ralph Nelson.

Harry Belafonte et Sidney Poitier

Sidney Poitier réalise et produit le troisième western dans lequel il joue aussi, l’inégal Buck et son complice (1972) avec Harry Belafonte. Puis joue dans le western La croisée des destins (1995).
Le dernier film dans lequel il est apparu, dans un petit rôle, est une co-production franco-sénégalo-belge de Dyana Gaye, DES ETOILES en 2013.

 

 

Autres films :
APPELEZ-MOI MONSIEUR TIBBS ! (1970)
L’ORGANISATION (1971)

avec Rod Steiger

avec Tony Curtis


L’esclave libre (Band of angels)-De Raoul Walsh (Warner Bros) (1957) ***

Scénario de John Twist, Ivan Goff et Ben Roberts, d’après le roman de Robert Penn Warren
Musique : Max Steiner
Photo : Lucien Ballard
Durée : 2h05

Avec Clark Gable : Hamish Bond
Yvonne de Carlo : Amanda Starr
Sidney Poitier : Rau-Ru
Efrem Zimbalist Jr. : Ethan Sears
Patrick Knowles : Charles de Marigny
Torin Thatcher : capitaine Canavan
Et Ray Teal, Noreen Corcoran, Roy Barcroft,Rex ReasonJuanita Moore, Ann Doran, Bob Steele, Dan White, William Schallert

1

1853. Kentucky. Ancien marchand d’esclaves, Hamish Bond est à la tête d’une plantation vers La Nouvelle Orléans. Alors qu’il se rend au marché d’esclaves, il remarque une jeune femme, Amanda, métisse née des amours d’un planteur du Kentucky et d’une esclave…
Il l’achète 3000 dollars, il la traite avec respect et elle tombe amoureuse de lui, malgré son passé de marchand d’esclaves. Elle pénètre à ses côtés dans un nouvel univers…

Clark Gable et Yvonne De Carlo

Clark Gable et Yvonne De Carlo

Un propriétaire de plantation tombe amoureux d’une ravissante métisse : c’est la trame de ce mélo romanesque aux sublimes couleurs flamboyantes –ah, le Warnercolor !- qui nous plonge dans les décors des plantations de la Nouvelle-Orléans, dans l’atmosphère du Vieux Sud à la veille de la guerre de Sécession. Et qui montre comment une femme sort de sa condition sociale, en vivant un amour impossible avec un aventurier au passé lourd. On est loin de la description au vitriol des plantations dans Django unchained, et évidemment plus proche de Autant en emporte le vent… d’autant plus qu’il y a Clark !

Yvonne de Carlo (dessin de Didgiv)

Adapté d’un roman de Robert Penn Warren, ce film a été pourtant ironiquement surnommé « The ghost of Gone with the wind » (le fantôme d’Autant…).

Clark Gable est dans son élément, dirigé pour la troisième fois par Raoul Walsh (après Les implacables et Le roi et quatre reines).
Il y a une belle alchimie entre Yvonne de Carlo, filmée avec de larges décolletés, et Clark Gable, qui décédera trois ans plus tard d’une crise cardiaque.

Ce film fut présenté en première partie de La dernière séance d’Eddy Mitchell le 29 mai 1984.


La bataille de la vallée du Diable (Duel at Diablo)

De Ralph Nelson (et producteur) ****

D’après le roman de Marvin H. Albert (Apache Rising), auteur du scénario
Musique : Neal Hefti

Avec
James Garner : Jess Remsberg
Sidney Poitier : Toller
Bibi Anderson : Ellen Grange
Dennis Weaver : Willard Grange
Et William Redfield, John Hoyt, John Crawford, Eddie Little Sky, Ralph Nelson, Et Richard Farnsworth (et cascades)

Jess, un ancien éclaireur, trouve Ellen, une femme qui était apparemment poursuivie par les Indiens, et la ramène au Fort où son mari est commerçant. Il apprend qu’elle avait été enlevée et captive des Apaches.

A son retour, elle subit les reproches des habitants et de son mari, qui aurait préféré qu’elle se donne la mort plutôt que d’être la compagne forcée de Nachee l’Apache, fils du chef Chata.
Jess retrouve son ami le sous-officier McAllister, qui lui montre le scalp de la femme comanche de Jess, en lui confiant que l’auteur du crime est un marshal nommé Dean, à Fort Concho. Jess décide de se venger et prend la route de Fort Concho.
McAllister lui demande d’attendre et lui confie la mission d’éclaireur d’un détachement de cavalerie qui doit se rendre à Fort Concho, avec l’ex-sergent Toller. Grange est aussi de la partie, son épouse vient de nouveau de fuguer. Ellen a retrouvé les Apaches, qui la maltraitent, car Nache a été tué par les Blancs.
Il accepte qu’Ellen s’occupe de son fils Kaeta, qu’elle a eu pendant sa captivité, en attendant un triste sort : enterrée vive dans les montagne, au côté de Nache. Les Indiens attaquent le détachement, Jess délivre Ellen et son fils métis. Jess part pour Fort Concho prévenir le colonel Foster.

L’assaut des Apaches…

Une troupe arrive à temps pour sauver les survivants, encerclés par les Indiens. Au Fort, Dean lui apprend que c’est en réalité M. Grange qui a tué sa femme comanche.
Jess retrouve M. Grange ligoté à une roue de chariot, agonisant : il le supplie de l’achever, Jess lui laisse son pistolet et s’en va.

Ce sont les Apaches, finalement, qui ont réalisé sa vengeance…

 

C’est le troisième western de James Garner -qui sortait auréolé du succès de la série TV Maverick– en vedette, il partage l’affiche avec Sidney Poitier. Très bon suspense, sur le thème de la vengeance et des captives des Indiens, ce western annonce des films plus violents comme Fureur apache ou Le soldat bleu, autre western de Ralph Nelson, il est doublé d’une réflexion sur les guerres indiennes et les violences qu’elles engendrent, le film change la perception que le cinéma américain donnait des Indiens jusqu’ici.
Le héros joué par James Garner, comprend et aime les Indiens. Ralph Nelson joue le rôle du colonel commandant le Fort.
Un des meilleurs westerns des années 60, qui n’ a pas été un grand succès en France à sa sortie.

 

Behind the scenes (=Making of) – Bibi Anderson tombe du cheval !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *