browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Les bannis de la Sierra / Craig Hill / Planque-toi minable, Trinita arrive (Scansati… A Trinita arriva Eldorado)

Posted by on 4 février 2015

Les bannis de la Sierra
de Joseph M. Newman (1952)

Avec Anne Baxter, Dale Robertson, Miriam Hopkins, Cameron Mitchell, Craig Hill, Barbara Bates, Robert Adler, Kit Carson, Russ Conway.


Craig Hill (5 mars 1926/21-4-2014)

Américain ayant fait une bonne partie de sa carrière en Italie et en Espagne, il débute dans BAÏONETTE AU CANON (dans lequel jouait un certain… James Dean), ses westerns :

Les bannis de la Sierra (1952) de Joseph M. Newman ; L’attaque de la rivière rouge (54) ; Sugarfoot (série, 1961) ; Dans les mains du pistolero (1965) ; Per il gusto di uccidere (66), premier western de Tonino Valerii ; Adios Hombre (1967) ; Quindici forche per un assassino (67)…

Ric e Gian alla conquista del West (67) ; Clayton l’implacable (68) ; Jusqu’à la dernière goutte de sang (All’Ultimo Sangue) (1968) de Paolo Moffa ; Troix croix pour ne pas mourir (68) ; Au nom du père, du fils, et du colt… (71) ; Le jour du jugement (71) ; Gringo, les aigles creusent ta tombe (72) ; Bada alla tua pelle Spirito Santo ! (72) ; Tu fosa sera la exacta… amigo ! (72) ; Planque-toi minable, Trinita arrive ! (72) ; Cet homme est un animal (72) ; L’homme de la Winchester d’or (74).

Il joue en 1977 dans un giallo, TERREUR SUR LA LAGUNE.
Craig Hill

Per il gusto di uccidere (trailer italiano)


Planque-toi minable, Trinita arrive (Scansati… A Trinita arriva Eldorado)
Italien de Diego Spataro et Joe d’Amato (1972) * 


Avec Stelvio Rossi, Gordon Mitchell, Craig Hill, Luciano Conti, Carla Mancini, Franco Ricci, Anna Line Alberti, Erika Blanc, Benito Pacifico.

Premier film en tant que réalisateur de l’opérateur Aristide Massacessi, futur Joe d’Amato.

Erika Blanc

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *