browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

La charge héroique (She wore a yellow ribbon) / Joanne Dru

Posted by on 20 janvier 2014
LA CHARGE HEROIQUE de John Ford (1949) ****

La charge héroique_NEW
D’après une histoire de James Warner Bellah.

Le dernier combat d’un officier proche de la retraite (John Wayne), avec ses soldats encerclés par des Indiens.

Victor McLaglen, John Wayne par weaverjohn

Victor McLaglen, John Wayne par Weaverjohn on http://www.stars-portraits.com/fr/portrait-305848.html

Et avec :
Joanne Dru, John Agar, Ben Johnson, Harry Carey Jr., Victor McLaglen, Mildred Natwick, George O’Brien, Arthur Shields, Harry Woods, Tom Tyler, Frank McGrath, Chief John Big Tree, Noble Johnson.

La charge heroic

Le film commence après le massacre de Little Big Horn, c’est le 2e volet de la trilogie « cavalerie » de John Ford exaltant le mythe de la Nation américaine. Le titre original (« Elle portait un ruban jaune ») évoque et reflète bien plus le lyrisme et la poésie qu’il y a dans ce film.

Il décrit la vie et les traditions d’un régiment -mauvais titre français, car peu de batailles en réalité-, l’émotion prime sur l’action, comme la très touchante scène montrant John Wayne et le vieux chef indien converti au christianisme, interprété par Chef John Big Tree, ressasser leurs souvenirs, une scène qui tord le cou à ceux qui traitaient John Ford de raciste. Un Oscar, pour les superbes prises de vue en couleurs de la Monument Valley de Winton Hoch (La prisonnière du désert).
Une phrase du personnage campé par Wayne résume à la fois un trait de caractère de l’officier, mais au-delà, tous les officiers ou éleveurs impitoyables qu’il a interprétés à cette époque : « Un soldat ne doit jamais s’excuser c’est un signe de faiblesse ».
C’est incontestablement, avec La rivière rouge, et Le Massacre de Fort Apache, un des westerns des années 1940 où John Wayne livre une de ses plus touchantes performances. Il rend son personnage du capitaine Brittles à la fois complexe et attachant, la critique lui reprocha même de ne pas jouer mais d’être tout simplement lui-même, particulièrement dans ce rôle. La grandeur et la force de John Wayne viennent du fait qu’il y avait -comme chez Clint Eastwood, James Stewart ou Gary Cooper- une parfaite osmose entre ce qu’ils étaient et les personnages qu’ils incarnaient à l’écran, raison pour laquelle aussi ces acteurs refusaient en général de camper des salauds.
C’est le 2e western de Joanne Dru.

John Ford by Didgiv

John Ford par Didgiv


Les deux autres westerns de  la ‘trilogie militaire‘ de John Ford/John Wayne :

1948 : Le massacre de fort Apache
1950 : Rio Grande

Il faudrait rajouter Les cavaliers en 1959, mais qui est un épisode de la guerre de Sécession.

séquence humoristique du film avec l’impeccable Victor McLaglen


Joanne Dru (31-1-1922/10-9-1996)

De son vrai nom Joanne Letitia LaCock, Joanne Dru n’est ni une saloon gal ni une rebelle aventurière dans ses westerns, mais plutôt une jeune fille effacée, de bonne famille, sage épouse modèle, comme Grace Kelly ou Jeanne Crain, dans l’ombre du héros, ou courtisée par de jeunes et beaux officiers… qui ne résistent pas longtemps à ses yeux verts et à ses pommettes saillantes.

Quelques rôles marquants néanmoins dans de grands westerns, de John Ford notamment : dans son second  film, elle était la jeune fille qui s’amourache du vacher Monty Clift et qui essaie de calmer son impitoyable père adoptif joué par John Wayne, dans La rivière rouge (1948) de John Ford…

Toujours chez Ford, et avec Wayne, dans La charge héroÏque (1949) elle campait la superbe brune dont les deux jeunes lieutenants John Agar et Harry Carey Jr. se disputent la main ; c’est le premier qui gagnera les faveurs de la belle…
Elle retrouvait Harry Carey Jr., et Ben Johnson, pour Le convoi des braves en 1950.

Dans La vallée de la vengeance (1951) de Richard Thorpe, un homme et son frère adoptif (Burt Lancaster et Robert Walker) se lancent à la poursuite de celui qui a séduit leur sœur (Joanne Dru), tombée enceinte… Western qui compte, comme La rivière rouge, de belles scènes de convoi de bétail…
La rivière rouge bis : elle se mue en jolie infirmière dans L’attaque de la rivière rouge (1954), enlevée par le traître Richard Boone qui a volé un prototype de mitraillette aux Confédérés, et qu’il compte revendre aux Indiens…

 

Ses autres westerns :

Return of the Texan (1952) de Delmer Daves
Hannah Lee : An american primitive (1953) de Lee Garmes, John Ireland
La caravane du désert (1954) de Ray Nazarro
Le pays de la haine (1957)
Un épisode de la série La grande caravane en 57
Lueur dans la forêt (1958) de Herschel Daugherty
Le bagarreur solitaire (1959)

Vie privée. Un des ses maris fut l’acteur John Ireland (de 1949 à 1957).

Le convoi des braves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *