browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Arthur Kennedy / Le bandit (The naked dawn)

Posted by on 10 août 2013
 ARTHUR KENNEDY (17-2-1914/5-1-1990)

Second rôle incarnant généralement des méchants dans les westerns des années 50, notamment dans plusieurs films d’Anthony Mann avec James Stewart.
Pistonné par James Cagney, il est embauché par la Warner et commence dans le genre avec le rôle d’un des frères outlaw Younger dans Bad men of Missouri de Ray Enright en 1941 avec Dennis Morgan, puis, c’est un 2e rôle masculin au côté d’Errol Flynn dans La charge fantastique (1941) de Raoul Walsh… Et encore un Raoul Walsh, qui le met dans la peau du célèbre bandit Sundance Kid, dans Cheyenne (1947).

Il est un aventurier accusé de vol de chevaux, sur le point d’être pendu, sauvé par une ancienne connaissance, James Stewart, dans Les affameurs (1951), ce dernier va découvrir que c’est un dangereux hors-la-loi… Puis, un film de John Sturges : Les aventuriers du désert (1949) et Montagne rouge de William Dieterle (1951) avec Alan Ladd.

Il est a son apothéose avec le vengeur, premier rôle masculin de L’Ange des maudits (1952) avec Marlene Dietrich… dans Les indomptables (52) de Nicholas Ray… et l’Homme de la plaine (1954), où il compose un de ses meilleurs rôles de crapule, le contremaitre du propriétaire en conflit avec l’aventurier James Stewart qui recherche l’assassin de son frère.

Suivront Le bandit en 1955 d’Edgar G. Ulmer, excellent western au contenu religieux dans lequel Kennedy est en vedette, dans la peau d’un bandit mexicain et un western avec Tony Curtis, Les années sauvages (1955).

Les affameurs

Il a le rôle de Doc Holliday dans Les Cheyennes de John Ford (1964), celui du capitaine Love dans le western espagnol Murieta (1965) de George Sherman (personnage qu’on retrouve dans Le masque de Zorro en 98 joué par Matthew Letscher), et il se fait abattre par Steve McQueen dans Nevada Smith : c’est le deuxième meurtrier de ses parents que trouve le jeune héros sur la route de sa vengeance.

Encore quelques westerns dans les années 60-70 : Le jour des Apaches (1968), Arthur Kennedy poursuit sa carrière en Italie, avec Une minute pour prier, Une seconde Pour Mourir (68) et des thrillers, films d’horreur (L’ANTECHRIST), de science-fiction (L’HUMANOIDE) et même des films érotiques en fin de carrière dont un EMANUELLE avec Laura Gemser.

Contrairement à d’autres acteurs de son époque, comme Charlton Heston ou Kirk Douglas, Arthur Kennedy n’a quasiment joué dans aucune série western, sauf Zane Grey Theater.

avec Marlène Dietrich

avec Robert Mitchum

avec Julie Adams

avec James Stewart

Le jour des Apaches :


Le bandit (The naked dawn) – d’Edgar G. Ulmer *** (1954-55)

Avec Arthur Kennedy, Betta St. John, Eugene Iglesias, Charlita, Roy Engel, Francis McDonald.

Incursion d’Edgar G. Ulmer (ancien collaborateur de Murnau) dans le western : donc très expressionniste…  Excellent western au contenu religieux, histoire de trahison, qui offre un premier rôle de bandit mexicain à Arthur Kennedy. A la base une série B, ce film est devenu culte. Tourné à Mexico. Chanson Ai Hombre chantée et dansée par Charlita, fille de saloon dans Vaquero ! (1954).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *