browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Hedy Lamarr / Terre damnée (Copper Canyon)

Posted by on 9 novembre 2016

Hedy Lamarr/Edy Kiessler (Vienne (Autriche-Hongrie)… 9 novembre… 1914)

Hedy Lamarr

1974 cinérevue

C’est EXTASE, en 1933, où on la voyait se baigner nue, qui en fit une star, par le choc que cette scène provoqua. Son milliardaire de mari chercha à réunir toutes les copies du film pour détruire ces images pour l’époque scandaleuses.
Cette magnifique Austro-Hongroise née dans une famille juive fut mariée six fois et sombra, parait-il, dans la misère, avant de mourir en 1957.

Hedy Lamarr by didgiv

dessin de Didgiv

Hedy Lamarr by didgiv

dessin de didgiv

♥ Les images du scandale : Hedy Lamarr dans EXTASE… 1933…


Trailer LA FIEVRE DU PETROLE :

Hedy rêve…

Elle joua dans La fièvre du pétrole avec Clark Gable (1940), Le démon de la chair (1946) où elle joue une belle séductrice manipulatrice dans la Nouvelle Angleterre de 1820, et dans le western Terre damnée avec Ray Milland en 1950, puis dans un épisode de Zane Grey Theater en 1957…

Hedy Lamarr

Rare interview d’Hedy Lamarr avec Woody Allen :

Tondelayo

beau dessin d’Hedy dans TONDELAYO…


Terre damnée (Copper Canyon)
de John Farrow (1950) *



Après la guerre de sécession, les citoyens de Coppertown sont assujettis à des impôts faramineux par les Nordistes dont quelques aventuriers sans scrupules qui profitent de la situation. Les mineurs demandent à un ex-officier sudiste, Johnny Carter (Ray Milland), de les aider, il se déguise en tireur de foire…

Et avec Hedy Lamarr, Macdonald Carey, Mona Freeman, Harry Carey Jr., Frank Faylen, Peggy Knudsen, Hope Emerson, Taylor Holmes, Trevor Bardette, Julia Faye…

Beaucoup de bla-blas dans ce western post-guerre de Sécession, qui n’est pas sans rappeler ceux dans lesquels Errol Flynn nettoyait une ville de ses crapules (Les conquérants et San Antonio).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *