browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Forrest Tucker / Fort Massacre / La revanche des Sioux (Oh ! Susannah) / Les rôdeurs de l’aube (Rage at dawn) (Seven bad men)

Posted by on 29 mars 2014

Forrest Tucker (12-2-1919/25-10-1986)

La grande caravane

Ancien joueur de football américain, Forrest Tucker a d’abord eu des seconds rôles, la plupart du temps des durs à cuir et des bandits dans des séries B, souvent signées Joseph Kane, puis des têtes d’affiches, il tournera beaucoup pour le petit écran. Il affiche à son compteur quelques 148 films et séries !

De tous ses rôles dans des westerns, on se souviendra particulièrement de l’homme qui conteste les méthodes expéditives du sergent Joel McCrea, qui a une haine aveugle des Indiens dans Fort Massacre (1958), de l’ingénieur qui doit prolonger la ligne d’une compagnie ferroviaire au-delà du Mississippi dans Mississippi express (50) de Joseph Kane, du lieutenant nordiste déserteur Les Rebelles de San Antone (1952), de l’homme d’affaires sans scrupules qu’affronte John Wayne dans une mémorable bagarre dans Chisum (1970)…

Forrest Tucker et Lee Van Cleef

Ses autres westerns :

Le cavalier du désert (1940) de William Wyler
LES INDOMPTES (1946) de George Sherman
Jody et le faon (The Yearling) (1946) de Clarence Brown
La vallée maudite (1947) de George Waggner
ADVENTURES IN SILVERADO (1948) de Phil Karlson
Ton heure a sonné (Coroner creek) (1948) de Ray Enright
THE LAST BANDIT (1949) de Joseph Kane
HELLFIRE (1949) de R.G. Springsteen
Le cavalier fantôme (49) de Joseph Kane
L’Homme du Nevada (1950) de Gordon Douglas
La ruée vers la Californie (50) de Joseph Kane
La revanche des Sioux (51) de Joseph Kane
Le sentier de l’enfer (51) de Byron Haskin
LES FLECHES BRÛLEES (1952) de Ray Enright
Les clairons sonnent la charge (Bugles in the afternoon) (1952) de Roy Rowland
Montana Belle (La femme aux revolvers) (1952) d’Allan Dwan
Capturez cet homme ! (1952) de Joseph Kane
Le triomphe de Buffalo Bill (1953) de Jerry Hopper
LA GRANDE CARAVANE (1954) de Joseph Kane
Les rôdeurs de l’aube (1955) de Tim Whelan
COURAGE INDIEN (1955) de Joseph Kane
Terre sans pardon (1956) de Rudolph Maté
Les flèches brûlées (1956) de Ray Enright
STAGECOACH TO FURY (1956) de William F. Claxton
THE QUIET GUN (1957) de William F. Claxton
THE DEERSLAYER (1957) de Kurt Neumann
FUSILLADE à TUCSON (1958) de Thomas Carr
CAT BALLOU (1971) Téléfilm de Bob Claver
il fit partie des nombreuses stars qui apparurent dans le téléfilm The rebels en 1979

Et les séries : Le Virginien, Rawhide… Gunsmoke… Bonanza, La grande caravane.

Randolph Scott, Forrest Tucker
L’HOMME DU NEVADA

Avec John Wayne : la bagarre finale de CHISUM (1970)


Fort Massacre avec Joel McCrea :

—————————————————————–

FORT MASSACRE De Joseph M. Newman (1958) **

1879. Une troupe de cavalerie essuie plusieurs attaques d’Indiens. Elle est dirigée par le sergent Vinson (Joel McCrea), qui voue une haine féroce envers les Apaches, qui avaient massacré sa femme et ses enfants. Certains de ses hommes le trouvant impitoyable entrent en conflit avec lui, comme McGunrey (Forrest Tucker) et Travis (John Russell).

Et avec Susan Cabot, Anthony Caruso, Bob Osterloh, Denver Pyle, George N. Neise
Cascadeur : Chuck Roberson


Western de série rondement mené avec des scènes de batailles réussies tournées dans les décors arides du Nouveau Mexique. L’impeccable Joel McCrea campe un militaire inflexible mû par la haine et le désir de vengeance, est n’est pas sans rappeler le William Holden de Fort Bravo ou Henry Fonda dans Le massacre de fort Apache, deux analogies qui expliquent peut-être le titre du film !
Mais Susan Cabot (surtout dans la VO avec son accent) est peu crédible dans le rôle d’une Indienne, et aucun acteur indien, hélas, n’apparait au générique.
Excellente mise en scène de Joseph Newman, un des meilleurs spécialistes de séries B westerns.


Joel McCrea, Forrest Tucker

John Russell, Joel McCrea, Susan Cabot


Oh ! Susannah (La revanche des Sioux)
de Joseph Kane (1951) ** 

La cavalerie défend des colons contre une attaque de Sioux…

Avec Rod Cameron, Lorna Gray, Forrest Tucker, Chill Wills, Jim Davis, Douglas Kennedy, John Compton, Al Bridge, Cap Somers, Chuck Roberson (et cascadeur)

Bon western de cavalerie de la Republic avec de l’action et du romantisme, on ressent l’influence du Massacre de Fort Apache… sans la poésie de John Ford, mais réalisé avec un certain panache par un spécialiste de la série B.


Les rôdeurs de l’aube (Rage at dawn) (Seven bad men)
de Tim Whelan (1955) ***

Un agent special de Chicago (Randolph Scott) se rend dans l’Ouest pour arrêter la bande des frères Reno.

Avec Forrest Tucker, Mala Powers, Edgar Buchanan, J. Carrol Naish, Myron Healey, Howard Petrie, Ray Teal, Denver Pyle, Phil Chambers, Dan White, Trevor Bardette.

Western inspiré des méfaits du gang des frères Reno. Le détective Pinkerton, fondateur de la première agence privée américaine d’investigation en 1850 (Pinkerton’s National Detective Agency) mit fin aux agissements des frères Reno, il s’était auparavant illustré en déjouant un complot d’assassinat contre Abraham Lincoln en 1861, et combattu la bande de Jesse James. Ce gang inspira un autre western, plus léger, sorti l’année suivante, avec Elvis Presley, Le cavalier du crépuscule.
Mise en scène nerveuse de Tim Whelan pour ce western d’espionnage, il alterne habilement scènes d’intérieur, chevauchées et fusillades mouvementées. Il bénéficie de la présence d’acteurs chevronnés, dont Forrest Tucker qui joue le chef de bande, c’est un de ses meilleurs rôles. Randolph Scott a rarement été aussi élégant dans un western.
Tim Whelan réalisa un autre western avec Randolph Scott, Badman’s territory (1946), également une histoire de bandits puisque celui-ci jouait un shérif qui poursuit les frères James et Sam Bass. Whelan décéda deux ans après la sortie des Rôdeurs de l’Aube et d’un autre western, Le rendez-vous de 4 heures, avec Claudette Colbert. Budd Boetticher prit alors le relais pour offrir à Randolph Scott ses meilleurs rôles de cowboys.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *