browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Douglas Fairbanks / Mary Pickford

Posted by on 2 juillet 2013

Douglas Fairbanks (23-5-1883/12-12-1939)

Douglas Fairbanks

Si Mary Pickord était la petite fiancée de l’Amérique, Fairbanks père pouvait se targuer d’avoir été, dans les années 10 et 20 le chouchou préféré des Américains… et surtout des Américaines !
Se spécialisant dans les films de cape et d’épée, il a créé, avec trois chefs d’œuvres : Le signe de Zorro, ROBIN DES BOIS et LE VOLEUR DE BAGDAD, le sillon qu’emprunteront après lui Tyrone Power et Errol Flynn, et d’autres comme l’Anglais Stewart Granger.

Douglas Fairbanks Jr.

(cinerevue 1976)

Des débuts en 1915 à Hollywood, où il montre ses prouesses d’athlète, cela ne plait hélas pas au puissant David W. Griffith qui lui conseille de jouer dans des films comiques, Douglas  fonde alors sa propre société de production en 1916, pour être libre dans ses choix.

A partir de là, il conçoit ses personnages, assure aussi le scénario et la réalisation, dans nombre de westerns et de comédies.
En 1919, pour ne plus dépendre des grands studios, il fonde l’United Artists (voir en fin de texte) et épouse Mary Pickford.

Il se lance en 1920 dans le film d’aventures en costumes (Le signe de Zorro), il construit des décors immenses pour ROBIN DES BOIS,  et devient le roi de Hollywood.

Le fils de Zorro

Il se marie avec Mary Pickford, et reçoit dans sa magnifique résidence la Pickfair le tout Hollywood et des membres de l’aristocratie européenne. Ce perfectionniste donne aux films de cape et d’épée et de pirates leurs lettres de noblesse.

Parmi ses westerns : l’épopée Martyrs of the Alamo (1905), Sa revanche (1917) et Le fils de Zorro (1925).
Le passage au parlant ne lui a pas vraiment réussi, il fera seulement quatre films.

United Artists. Douglas Fairbanks Sr. s’associa à David Wark Griffith et Charles Chaplin pour fonder l’United Artists. Avec Pickford, ils deviennent les rois du Tout Hollywood, recevant le gotha du cinéma dans leur demeure baptisée Pickfair, qui est une contraction de Pickford et Fairbanks.

Biopic. Kevin Kline joue le rôle de Fairbanks dans le biopic CHAPLIN.


Mary Pickford (8-4-1892/29-5-1979)

 

Mary Pickford

Née à Toronto au Canada -son père était un descendant d’immigrants anglais- celle que l’on surnomma la « petite fiancée de l’Amérique » est l’actrice qui rapportait dans les années 10 et 20 les plus grosses recettes, davantage que Chaplin.
Elle interprétait avec le même talent les gamines, les latino-américaines ou les jeunes Indiennes.

Elle joue dans une pièce à Broadway en 1907, et son premier court-métrage date de 1909, c’est The heart of an outlaw, de D. W. Griffith, un western.
Cette seule année 1909, elle tourne dans 51 films. D’autres suivront : Le roman d’un coureur indien, où elle joue la femme d’un chef indien, The moutainer’s honor en 1909, La loi des montagnes (1910), The stampede (1911), A Pueblo legend (1912), Heart O’ The hills (1919)…

Tout au long de sa carrière, elle jouera dans 52 long-métrages.

Excellente cavalière, elle tournait elle-même les scènes à cheval ; sur le tournage de The two brothers (1910) de D. W. Griffith, dans une scène, elle tombe d’un cheval lancé au galop et qui fait une chute ; elle parvient à sauter du cheval et évite ainsi de rester coincée sous lui…

En 1919, elle fonde les Artistes associés avec David Wark Griffith, Charles Chaplin et Douglas Fairbanks, qu’elle épouse en 1920 (ils divorceront en 1936).

Le couple le plus glamour et le plus riche d’Hollywood reçoit les membres de la Haute société et les têtes couronnées dans leur immense immense villa baptisé Pickfair, contraction de leurs deux noms, Chaplin y est souvent, on y voit aussi Albert Einstein, F. Scott Fitzgerald, H.G. Wells ou George Bernard Shaw et bien d’autres…

Son dernier film est SECRETS de Frank Borzage en 1933.

 

x

One Response to Douglas Fairbanks / Mary Pickford

xx
  1. Christiane

    Très bel hommage, un grand acteur de la grande époque hollywoodienne, le cinéma avec un grand C, ce n’est pas les effets spéciaux qui importaient, mais le talent des acteurs.
    Christiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *