browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Dor Karin / Le dernier des Mohicans (Der letzte Mohikaner) / On ne vit que deux fois (You only live twice) (Mie Hama)

Posted by on 4 décembre 2017

Décès de Karin Dor  (Kätherose Derr) (Rose Dor) (22 février 1938/2017)

Née à Wiesbaden en Allemagne, Karin Dor a rencontré la célébrité en devenant une James Bond Girl dangereuse et sensuelle dans ON NE VIT QUE DEUX FOIS en 1967, avec Sean Connery, elle était alors la première Bond girl allemande. On se souviendra aussi de son interprétation de leader de la résistance cubaine dans L’ETAU (1969) d’Hitchcock -une des rares héroïnes brunes du cinéaste- et apparait dans le premier des films de la série des Winnetou, Le trésor du lac d’argent, en 1962 : le succès de ce western va lancer la vague des westerns européens dont les westerns spaghetti. Un scène la voit se faire attaquer par un ours, elle est sauvée par Winnetou (Pierre Brice). Avec Marie Versini, elle est une des deux grandes vedettes féminines de cette série de films.


On la retrouve dans Le trésor des montagnes bleues (1964) dans le rôle de l’Indienne Ribanna. Harald Reinl (qu’elle épousa en 1954) la dirige en 1965 dans un autre western (qui n’est pas un Winnetou) Le dernier des Mohicans, elle y tient le rôle de Cora Munroe. Elle n’a plus qu’un petit rôle dans le 3e Winnetou, Sur la piste des desperados en 1965.

ciné-revue 1967

Dans les années 1960 et 70, on la voit aussi dans de nombreux films d’espionnage et fantastiques, d’horreur (comme LE VAMPIRE ET LE SANG DES VIERGES), CAROLINE CHERIE (1968), et un dernier Winnetou : Winnetou und Shatterhand im Tal der Toten (The valley of dead) (1968), elle terminera sa carrière en Allemagne, essentiellement pour la télévision. Elle est décédée à Munich.

une certaine ressemblance avec… Natalie Wood

karin-dor

dans le rôle d’Helga Brandt, secrétaire du Spectre : On ne vit que deux fois

 

dans Topaze d’Hitchcock

Karin Dor

Karin Dor, Rik Battaglia

avec Ricardo Rodriguez dans Le dernier des Mohicans

—————————————————-

On ne vit que deux fois (You only live twice) (1967) de Lewis Gilbert

Avec Sean Connery, Akiko Wakabayashi, Mie Hama, Tetsuro Tanba, Teru Shimada, Karin Dor, Donald Pleasance, Bernard Lee, Robert Hutton, Tsai Chin

Musique de John Barry, chanson : Nancy Sinatra

L’agent 007 part au Japon pour trouver qui a volé, dans l’espace, une capsule spatiale américaine.

Donald Pleasance, Sean Connery

Mie Hama

Mie Hama (1943 à Tokyo)

C’était Kissy Suzuki, une des James Bond girls de ON NE VIT QUE DEUX FOIS, la première ‘JB girl’ asiatique. Née à Tokyo, elle est recrutée par les studios Toho, apparait dans des drames et films de SF, comme KING KONG CONTRE GODZILLA en 1962. Elle fut surnommée « la Brigitte Bardot japonaise », pas moins.

Mie Hama


Le dernier des Mohicans (Der letzte Mohikaner)
Italie-Espagne-Ouest allemand de Harald Reinl (1965) ***

Avec Joachim Fuchsberger, Karin Dor, Daniel Martin, Anthony Steffen, Carl Lange, Marie-France, Stelio Candeli, Ricardo Rodriguez, Angel Ter, Frank Brana, Cris Huerta.

Adaptation européenne du roman de James Fenimore Cooper produite après le succès des Winnetou réalisés par Harald Reinl dont certains avec son épouse Karin Dor, qui joue ici le rôle de Cora Munroe. C’est le troisième western de cette actrice allemande, après Le trésor du lac d’argent et Le trésor des montagnes bleues qui sont deux Winnetou.

Certains des acteurs vont ensuite s’illustrer dans les western-spaghetti –produits comme ce film après le succès des Winnetou- comme Anthony Steffen dont c’est le premier western ou Cris Huerta, Frank Brana et l’Espagnol Daniel Martin.
Le film fut tourné à Almeria et Cuenca (les intérieurs à Berlin), financé par un des plus grands producteurs de western-spaghetti par la suite, Balcazar. Des scènes de batailles spectaculaires à couper le souffle, superbement photographiées comme les décors naturels, par Francisco Marin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *