browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Marlene Dietrich / Femme ou démon (Destry rides again)

Posted by on 27 décembre 2014
MARLENE DIETRICH  (Marie Magdalene Dietrich)
(27-12-1901 à Berlin/6-3-1992)


Avec Femme ou démon en 1939, George Marshall brisait l’image de femme fatale et distinguée, luxueuse, hautaine et mystérieuse, que son pygmalion Josef Von Sternberg et d’autres réalisateurs avaient contribué à construire dans les années 30 : elle était dans ce western une simple entraîneuse de saloon appelée Frenchy, une femme comme les autres, qui se bagarrait même aux poings (fist fight) avec Una Merkel et se battait aussi avec James Stewart !

cinerevue 1978

Le public apprécia et cela la sortit du stéréotype dans lequel elle avait été enfermé, cela boosta même sa carrière après-guerre. Elle excelle dans les films en costumes se déroulant dans des villes en pleine ébullition, comme la vieille Nouvelle Orléans de La belle ensorceleuse de René Clair en 1941, où elle campe une aventurière glamour qui fait tourner la tête d’un riche banquier et celle d’un capitaine des mers…

 

On la découvre en gamblin’ lady (habituée des salles de jeu) dans l’Alaska de la ruée vers l’or magnifiquement décrit dans Les écumeurs (1942), elle aide John Wayne contre les malversations d’un fonctionnaire sans scrupules.


puis c’est Pittsburgh, en 1942, son 3e film avec John Wayne, après LA MAISON DES 7 PECHES et Les écumeurs… mais pas vraiment un western, même si on y retrouve l’atmosphère des salles de jeux des saloons. On a prêté une relation à Marlène et John Wayne mais ce dernier quittait à l’époque sa femme pour se mettre en ménage avec la Mexicaine Ezperanza Baur.

Puis elle rayonne dans la peau d’ Alta Keane, l’égérie des bandits que va rencontrer Arthur Kennedy, qui veut venger la mort de sa fiancée, dans L’ange des maudits en 1952, de Fritz Lang.
Orson Welles la dirige dans son polar LA SOIF DU MAL (1958).

Dessin de Didgiv

Le jardin d’Allah – Dessin de Didgiv

Vie privée. Pour l’anecdote, James Stewart et Dietrich sont sortis ensemble en 1939, et un enfant faillit naître de cette rencontre, mais elle choisit d’avorter (des sources disent que c’était une fausse grossesse).
On pourrait dire, comme un de ses films de 1926, MADAME NE VEUT PAS d’ENFANTS !
Elle a aussi eu une aventure avec Kirk Douglas, comme il le relate dans ses mémoires, et avec deux membres de la famille Kennedy : Joseph P. Kennedy qu’elle rencontra en 1939 et John F. Kennedy.

Avec Marilyn en 1955…

La belle ensorceleuse  (extrait)


Femme ou démon -De George Marshall (1939 sorti en France en 1945)

Un homme assez maladroit (James Stewart) séduit la tenancière du saloon (Marlene Dietrich) et nettoie une ville de sa vermine…

Et avec Mischa Auer, Charles Winninger, Brian Donlevy, Allen Jenkins, Warren Hymer, Irene Hervey, Una Merkel, Jack Carson, Ann E. Todd, Chief John Big Tree, Billy Bletcher, Dickie Jones.…

 

Premier western -humoristique- de James Stewart, avec Marlène Dietrich. Un remake de ce film sera tourné (encore par George Marshall en 1954 avec Audie Murphy & Mari Blanchard). Marlène chante 3 chansons dont You’ve got that look. Réalisateur très doué (comme Henry Hathaway, tous ses films sont des réussites), George Marshall réalise l’année suivante When the Daltons rode et Texas, avec William Holden et Glenn Ford.

Le rôle de Tom Destry était au départ prévu pour Gary Cooper, qui voulait bien plus d’argent que les producteurs ne lui en proposaient (raison aussi pour laquelle John Ford ne l’avait pas voulu pour La chevauchée fantastique et avait préféré John Wayne).
Pour l’anecdote, James Stewart et Marlène Dietrich sont sortis ensemble pendant le tournage, et un enfant faillit naitre de cette rencontre, mais elle choisit d’avorter (certaines sources disent que c’était une fausse grossesse).

« Il ne disait jamais ‘Je t’aime’ » se souvient-elle. Leur relation ne survécut pas au tournage du film, après quoi Marlène jeta son dévolu sur Joseph Kennedy (papa de John, Robert et Edward), alors ambassadeur des USA en Angleterre, qu’elle rencontra l’été 1939, tous deux étaient en vacances à Cap d’Antibes…


♦Marlene chante :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *