browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Bronco Apache (Apache) / Robert Aldrich / Un rabbin au Far West (The Frisco kid)

Posted by on 13 mars 2019

sur TCM Cinéma le 27 mars à 20h50, 1er avril à 22h55, 7 avril à 13h30

BRONCO APACHE
de Robert Aldrich  (1954) *****
dessin de Didgiv

dessin de Didgiv

Scénario : James R. Webb-Musique : David Raskin

Avec
Burt Lancaster : Massaï
Jean Peters : Nalinie
John McIntire : Al Siebert
Charles Buchinsky (Bronson) : Hondo
John Dehner : Weddle
Monte Blue : Geronimo
Et Paul Guilfoyle, Walter Sande, Morris Ankrum.

Bronco Apache (Burt Lancaster)En 1886-87, dans les montagnes rocheuses, la lutte du guerrier apache Massaï, qui refuse les conditions de paix imposées à son peuple par l’armée américaine après la reddition de Geronimo. Parqués dans les trains, les Indiens sont envoyés dans des réserves en Floride. Massaï s’évade, traverse plusieurs Etats mais au retour est trahi par son le père de sa bien-aimée Nalinie, Santos, il s’échappe à nouveau, avec Nalinie, qui, pendant leur fuite, tombe enceinte. Traqué par les soldats, Massaï renonce au combat au moment où il entend les pleurs du nouveau-né…

Financé par la société de production de Burt Lancaster-Harold Hecht, ce western précurseur et moderne dans sa forme, au style incisif, a été réalisé dans le sillage creusé par La fléche brisée, défenseur de la cause indienne… Le tournage dura trente jours seulement.

Bronco Apache (Burt Lancaster et Jean Peters)Initialement, la fin devait montrer Hondo (Charles Bronson) tuer son frère Massai, mais United Artists, contrairement aux désirs de Robert Aldrich et Burt Lancaster, refusa de voir le héros mourir et de montrer un final aussi pessimiste : le dernier plan, très subtil, montre la fatale destinée du peuple indien après la défaite ; un bébé nait, l’enfant de Massaï, l’Apache rebelle, qui renonce alors au combat, et se soumet aux lois des Blancs pour pouvoir vivre avec sa famille…

Burt Lancaster par tony344

Burt Lancaster par tony344

Ce film d’une beauté absolue, aux couleurs sompteuses (l’ocre et le marron des roches se mariant avec le bleu du ciel) est adapté d’un roman de Paul I. Wellman, qui a aussi écrit les histoires ayant donné naissance aux westerns L’Homme de nulle part de Delmer Daves (1956) ou Les Comancheros de Michael Curtiz (1961). Burt Lancaster et son associé Harold Hecht en avaient acheté les droits en 1952.
Le réalisateur Aldrich propose à la production Charles Bronson, alors quasi-inconnu, pour jouer l’ennemi de Massai.
A sa sortie, le film est un énorme succès. Quelques années auparavant, le public américain n’aurait pas été prêt à applaudir une vision aussi révisionniste que celle-ci.
On est en pleine période de réhabilitation des Indiens au cinéma, dans la société aussi : en 1953, la Chambre des Représentants et du Sénat vote une résolution reconnaissant les Indiens comme des citoyens à part entière.

APACHE - Film of the year 1954

La porte du Diable et surtout La flèche brisée, toux deux en 1950, ont joué un rôle important dans cette réhabilitation à la fois culturelle et sociale.

Jean Peters et Charles Bronson

Jean Peters by didgiv


Les westerns de Robert Aldrich (1917-1983)

Vera Cruz-dessin de Didgiv

1954 : Bronco Apache ; Vera Cruz
1957 : La chevauchée du retour (et prod.)
1961 : El Perdido
1963 : Quatre du Texas (et prod. et scénario)
1972 : Fureur apache
1979 : Un rabbin au Far West avec Gene Wilder

Comme assistant réalisateur :
1943 : La fille et son cow-boy
1949 : Le poney rouge
1951 : New Mexico

Fureur apache

Lien.
http://www.cadrage.net/dossier/robertaldrich/aldrich.html

Sara Montiel dans Vera Cruz-dessin de Didgiv

El Perdido

R. Aldrich

 —————————

Un rabbin au Far West (The Frisco kid)
de Robert Aldrich (1979) ** 

Lors de la conquête de l’Ouest, un rabbin polonais fonde une synagogue à San Francisco. Il croise la route de bandits et d’Indiens et sympathise avec un cambrioleur de banques…

Avec Gene Wilder, Harrison Ford, Ramon Bieri, Val Bisoglio, Leo Fuchs, Vincent Schiavelli

Coup de maître de Robert Aldrich qui sort de son créneau en signant cette agréable comédie, c’est un peu le Rabbi Jacob du western ! Dans un second rôle, Robert Padilla, qui joue le Medecine man, est décédé en 2018. Il jouait aussi les Indiens dans des épisodes de Bonanza et la version TV 1977 de La conquête de l’Ouest.

Robert Padilla

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *