browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Senta Berger/ L’homme sans mémoire / Les compagons de la gloire (The glory Guns)

Posted by on 13 mai 2015

SENTA BERGER (13-5-1941)

Senta Berger (ciné revue 1971°
L’Autrichienne Senta Berger est danseuse de ballet à 14 ans et obtient ses premiers rôles à l’écran en 1957, elle a 16 ans.

Senta Berger

dans Cobra 1971 – Ciné revue

En 1962, elle s’envole pour Hollywood et va donner la réplique aux plus grands : Charlton Heston, Kirk Douglas, John Wayne, Dean Martin… Elle incarne Teresa Santiago, qui séduit Charlton Heston dans Major Dundee en 1965 de Sam Peckinpah, et joue dans un autre western dont il écrit le scénario, Les compagnons de la gloire (1965)
Retour en Europe en 1967, on la redécouvre dans le cinéma italien, notamment dans le giallo L’HOMME SANS MEMOIRE (74), elle se lance comme productrice dans les années 70, s’essaye à la chanson et tourne beaucoup en Allemagne dans les années 90-2000.

Senta Berger (cinérevue 1970)
Senta Berger fait partie des stars ayant côtoyé Peckinpah qui témoignent dans Sam Peckinpah : portrait en 2006. Et sort la même année sa biographie, un best-seller.

Charlton Heston, Senta Berger

Senta Berger mars 1970 CinérevueSenta Berger (cinérevue mai 1969)Senta Berger (3-3-1966 Ciné revue)Senta Berger (ciné revue juin 67)

Senta Berger (cine revue 1973)


L’homme sans mémoire (L’uomo senza memoria)
Italien de Duccio Tessari (1974) **

Un homme amnésique est persuadé qu’il a eu une double vie.

Avec Senta Berger, Luc Merenda, Umberto Orsini, Anita Strindberg, Carla ManciniVittorio Fanfoni.


Giallo d’un excellent réalisateur, à qui on doit aussi de très bons péplums et westerns italiens, comme Un pistolet pour Ringo ou Le retour de Ringo. Avec l’actrice qui comptabilise le plus de gialli, Carla Mancini, comme d’habitude dans un second rôle. Et en vedette, la belle Autrichienne Senta Berger, qui tourna aux Etats-Unis dans les années 1960, avant de poursuivre sa carrière en Europe, surtout en Allemagne. Elle donne la réplique à la Suédoise Anita Strindberg, qui, avec Edwige Fenech, Carroll Baker et Femi Benussi, est une des grandes actrices de giallo. C’est son dernier film de ce genre, après LES DEUX VISAGES DE LA PEUR en 1972.


Les compagnons de la gloire (The glory guns)
De Arnold Laven et Sam Peckinpah (1965) **

Scénario de Sam Peckinpah et Hoffman Birney
Musique : Roz Ortolani

Avec Tom Tryon : cap. Harrod
Harve Presnell : Sol Rogers
Senta Berger : Lou Woddard
James Caan : Dugan
Andrew Duggan : gén. McCabe
Slim Pickens : Sgt. Gregory
Peter Breck : Lt. Bunny Hodges
Jeanne Cooper : Rachael
Michael Anderson Jr. : Martin Hale
Et Adam Williams, Wayne Rogers, Michael Forest, Claudio Brook

Les Compagnons de la gloire sont les jeunes recrues du 3e régiment de cavalerie des USA, formées par le capitaine Harrod. Une guerre se prépare contre les Sioux et les Cheyennes, le général McCabe prend le commandement de cette nouvelle section. Fin tacticien, pour récolter les fruits d’une éventuelle victoire, il divise ses forces et charge Harrod, qui conteste son autorité, de pourchasser des Indiens et de les attaquer par surprise.
Harrod sait que cette mission est dangereuse, et que Hoffman ne lui enverra certainement aucun renforts…
Au camp, pendant les entraînements, Harrod est amoureux de Lou, une jeune veuve, mais n’ose lui déclarer son amour. Il découvre que Sol Rogers, le chef éclaireur de la compagnie, a une liaison avec Lou…

Tom Tryon, Senta Berger, Harve Presnell

Un western de cavalerie que devait tourner Sam Peckinpah (il signe le scénario et a commencé à tourner quelques scènes puis a été remplacé par Arnold Laven), à rapprocher dans son œuvre de Major Dundee.

C’est une dénonciation virulente des officiers cyniques et ambitieux sortis de West Point, qui envoient leurs hommes sans état d’âmes au massacre.
Il y a de l’action, notamment dans la scène finale, un carnage sanglant qui fait penser à Little Big Horn, il nécessita la présence de plus de cent figurants.

Les producteurs ont hélas choisi comme tête d’affiche un acteur assez terne, seul quelques bons seconds rôles comme James Caan ou le truculent Slim Pickens, Peter Breck aussi, tirent leur épingle du jeu, Senta Berger joue également dans Major Dundee.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *