browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

William Wyler/Les grands espaces=The big country/The storm

Posted by on 19 septembre 2015

Les grands espaces (The big Country) (1958)

De William Wyler
Scénario : James R. Webb, Sy Bartlett, Jessamyn West et Robert Wyler
Musique : Jerome Moross

Avec
Gregory Peck-Jean Simmons-Carroll Baker-Charlton Heston-Burl Ives-Charles Bickford-Alfonso Bedoya, Chuck Hayward, Roddy McDowall, Slim Talbot

1870. Revenu dans l’Ouest pour retrouver sa fiancée, un officier de marine est impliqué dans un conflit entre deux familles d’éleveurs, dont celle du père de cette dernière, un homme brutal, autour de la possession d’un point d’eau, qui appartient à l’institutrice du village

Le titre est le contenu : William Wyler est, comme Henry Hathaway, le réalisateur des grands espaces, dans le péplum (BEN HUR) comme dans le western.

fiche Télé7jours

Charles Bickford campe le brutal propriétaire de ranch, à sa solde, son régisseur, Charlton Heston, qui voue une haine envers le cowboy joué par Gregory Peck. Objet du conflit entre éleveurs, un point d’eau appartenant à la belle Jean Simmons.

La musique, de Jerome Moross, entraînante, comme celle des 7 MERCENAIRES, sera  reprise dans de nombreuses compilations sur les plus musiques de films. On retrouve certaines sonorités dans La conquête de l’Ouest (musique d’Alfred Newman). Burl Ives reçoit l’Oscar pour le rôle du patriarche
Produit par Gregory Peck et William Wyler, 6 scénaristes écrivent le scénario, les premières prises de vue débutent en août 57, le tournage dure 4 mois, c’est une grosse production
Connu pour être un tyran sur les plateaux, Wyler fait tourner de nombreuses prises pour une seule séquence avec Charles Bickford, qui, vexé, quitte le plateau, le budget passe de 2,8 millions à 4,1 millions pendant le tournage !
Succès dans les salles, un film qui n’a pas pris une ride, un des plus beaux westerns des années 50.

dessin de Didgiv

cinérevue 1967

Carroll Baker

William Wyler (1902-1981)

Réalisateur de BEN-HUR, VACANCES ROMAINES, FUNNY GIRL, Wyler commença sa carrière de metteur en scène en réalisant de nombreux westerns court-métrages comme The crook buster, The gunless bad man, ses premiers longs westerns sont The stolen ranch (1926), Lazy lightning, The stolen ranch, Blazing days (1927), Straight Shootin’, Hard Fists, The border cavalier, Desert Dust, Far West (1928), La tourmente (1930), deux en tandem avec Howard Hawks : Ville sans loi (1935) et Le vandale (1936),  des scènes de Madame et son cowboy (1938) avec Gary Cooper, qu’il dirige à nouveau dans Le cavalier du désert (1940), Les grands espaces en 58 et enfin La loi du seigneur

Madame et son cowboy

dessin de Didgiv

Mme & son cowboy-dessin Didgiv

Le vandale

Merle Oberon by didgiv

by Didgiv

Le cavalier du désert


The storm
de William Wyler (1930)


Deux amis sont amoureux de la même femme

Avec Lupe Velez, William ‘Stage’ Boyd, Tom London, Sheila Bromley, John Huston

L’histoire d’un triangle amoureux avec la sensuelle Lupe Velez, qui, comme dans tous ses films, crève l’écran : Scénario de John Huston, qui a un petit rôle dans le film. Un des premiers westerns long-métrages de Wyler

lupe velez by didgiv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *