browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Vuelve Pancho Villa/Rodolfo Acosta

Posted by on 25 février 2015
Vuelve Pancho Villa-Mexicain de Miguel Contreras Torres (1950)
Les débuts de Rodolfo Acosta dans des films mexicains.

Avec Pedro Armedariz, Esther Fernandez, Rodolfo Acosta

Un des plus grands rôles de Pedro Armedariz, qui incarne le révolutionnaire Pancho Villa, Rodolfo Acosta joue Martin Corona. Ce dernier aura des seconds rôles à Hollywood dans la peau de bandits mexicains ou d’Indiens. Une dose d’action, un zeste de romantisme

Pedro Armendariz

1977 – cinerevue


Rodolfo Acosta (Rudolph Acosta) (Rudolfo Acosta) (1920/1974)

Rodolfo Acosta

né à Chihuahua au Mexique, Il incarne souvent à l’écran des personnages de hors-la-loi ou d’Indiens – C’est dans son pays, le Mexique, qu’il a commencé à tourner, sous la direction d’Emilio Fernandez. Apparu dans deux histoires sur Pancho Villa, Vuelve Pancho Villa (1950) et Pancho Villa returns (1950)

Les studios Universal lui donnent son premier rôle dans The fugitive en 1947, il tourne au Mexique Salon Mexico (48) et One way street (50)
Il est le jeune Mexicain sur le point d’être pendu et sauvé in extremis par dans Les rebelles de San Antone (53), puis général mexicain dans Le traître du Texas (52)
Suivent Révolte au Mexique (1953), City of the bad men (1953), il incarne le bras droit du chef apache Vittorio dans le western relief Hondo en 53, puis Tornade en 1954

Charlie le balafré dans L’aigle solitaire en 54,  western de Delmer Daves, un petit rôle dans The broken star (56), et Bandido caballero (1956), Le shérif (56)
Excellent dans la peau de Nanchez, chef apache qui réclame son fils, dans Femme d’Apache (1957), puis Marteen dans Apache warriors (57), encore un western mexicain : Les desesperados de la Sierra (58), et un des meilleurs westerns des années 50 : La fureur des hommes (58)
shérif Marguelez dans Walk like a dragon (1960), un capitaine mexicain dans La vengeance aux deux visages (61). Ses derniers westerns sont Les cavaliers de l’enfer (61) et L’homme en fuite, en 1967

Puis, Acosta va jouer dans un Audie Murphy, Les cavaliers de l’enfer en 1961, la comédie western La farfelue de l’Arizona (1961), La conquête de l’Ouest (62), le western familial Sam l’intrépide (63), Les téméraires (63), Les quatre fils de Katie Elder ; encore un chef apache dans Rio conchos (64), puis un western mexicain : Rio Hondo en 65, retour aux USA avec La récompense (1965) (échec financier), And should we die (1966), La vallée du mystère (67) et L’homme en fuite (67), Le retour des sept (1966), Le dernier bastion (68), La vengeance du shérif (69), L’Indien, 70), et La chevauchée des sept mercenaires (72), 3e suite des 7 mercenaires. Et Run, Simon, run (1970) avec Burt Reynolds

Avec Elvis ds Flaming Star

Séries :
Sherriff of Cochise (57), Cheyenne, Maverick, Bronco, U.S. Marshal (58), Sugarfoot (59), The Rebel,  Le Virginien en 1963, Rawhide entre 59 et 64… Les aventuriers du Far West  (1959-65),  La grande vallée (1965)… Daniel Boone (1965-66),  Le cheval de fer (66),  Laredo (67), Custer (67), Les bannis (69), Bonanza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *