browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Stella Stevens/Le bataillon des lâches=Advance to the rear/Les grandes retrouvailles=By dawn’s early light

Posted by on 3 septembre 2013

STELLA STEVENS (1936)

Née Estelle Caro Eggleston à Hot Coffee (café chaud !) dans le Mississippi, Stella Stevens se maria à 15 ans, devint mère à 16 ans et divorça à 16 ans ! Au cinéma, cette jolie poupée blonde débute en 1959 puis joue avec les grands jeunes premiers de l’époque, Bobby Darin, Elvis, Glenn Ford ou encore Dean Martin, surtout dans des comédies.

Elle aura des rôles plus intéressants dans les années 70, comme dans le western Un nommé Cable Hogue. C’est une prostituée dont tombe amoureux Jason Robards. Stella Stevens donne de la consistance à ce personnage et apporte une touche sensuelle et débridée qui participe au ton osé du long-métrage ; la prostituée  n’est ici pas juste un faire-valoir, comme souvent dans les westerns, c’est un être de premier plan

cinérevue

Matt Helm…



Johnny Ringo (1959-60)-Bonanza (1960) Série
Le bataillon des lâchesLes brutes dans la ville (1965)
Clim and angry mountain (1972)
Honky Tonk (1974)-Wanted : the Sundance woman (1976)
Charlie Cobb : nice night for a hangingThe oregon trail (1977) Série
No man’s LandLes grandes retrouvailles (2000)-The long ride home (2003)-Hell to pay (2005)


Le bataillon des lâches (Advance to the rear)-de George Marshall (1964)


Guerre de Sécession. Un colonel (Melvyn Douglas) et un capitaine (Glenn Ford) ont la mission de monter une unité spéciale à l’arrière du front, avec l’interdiction d’engager le combat
et Stella Stevens, Joan Blondell, Michael Pate, Gregg Palmer, Alan Hale Jr., Whit Bissell, James Griffith, Yvonne Craig, Britt Ekland

Comédie western avec une palette de replendissantes blondes dont la Suédoise Britt Ekland qui allait devenir la JBond girl de L’homme au pistolet d’or en 74. Son seul western, on l’a surtout vue dans des thrillers et polars

Britt Ekland (Cinerevue 1969)

Glenn Ford


Les grandes retrouvailles (By dawn’s early light)
Téléfilm de Arthur Allan Seidelman (2000) 

Mike Lewis quitte Los Angeles pour passer l’été avec son grand-père dans le Colorado. Il déteste la manière dont vit le vieux cowboy

Avec Richard Crenna, David Carradine, Chris Olivero, Stella Stevens

Belle histoire d’amitié entre un garçon et un vieil homme, tournée dans les magnifiques paysages de Vancouver (Canada)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *