browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Luigi Pistilli /Milan calibre 9=Milano calibro 9

Posted by on 2 décembre 2021
Luigi Pistilli (1929/1996)

Pistilli connait le succès avec la pièce L’Opéra de quat’sous et Lulu en 1972, rôle qu’il reprend en 1991 avec la comédienne Milva, qui est aussi son amie. Ses performances les plus mémorables sont dans CADAVRES EXQUIS (76), et Le bon, la brute et le truand, où il jouait le prêtre Ramirez, frère d’Eli Wallach.
Il était Groggy, membre du gang d’Indio, dans Et pour quelques dollars de plus en 1965, puis joue dans 100 000 Dollars pour Lassiter (66), Texas, addio (66), D’Homme à homme (67), Le grand silence (68), joyau du genre, Un tueur nommé Luke (69), puis DE LA PART DES COPAINS (1970) et joue dans plusieurs gialli (films d’horreur italiens de cette époque)

Comme Al Mulcok, avec qui il jouait dans Le bon, la brute et le truand, Luigi Pistilli s’est suicidé, en avril 1996, en se pendant après avoir avalé des barbituriques
Son suicide serait une conséquence de l’échec et des critiques négatives reçues par la Tosca de Terence Rattigan en April 1996. Il aurait aussi souffert des commentaires acerbes faits au sujet de sa rupture avec l’actrice et chanteuse Milva

Gialli :
L’ADORABLE COPRS DE DEBORAH (1968)-LA BAIE SANGLANTE (1971)-LA QUEUE DU SCORPION (1971)-L’IGUANE à LA LANGUE DE FEU (1971)
EXORCISME TRAGIQUE (1972)-TON VICE EST UNE CHAMBRE CLOSE DONT MOI SEUL AI LA CLE (1972)-DELITTO D’AUTORE (74)

BAIE SANGLANTE

Milan Calibre 9 (Milano calibro 9) (72) de Fernando di Leo

Avec Gastone Moschin, Barbara Bouchet, Mario Adorf, Frank Wolff, Luigi Pistilli,Lionel Stander, Rossella Bergamonti

A peine sorti de prison, le gangster Piazza est harcelé par son ancien chef Rocco ; ce dernier, qui travaille sous les ordres de « l’Américain » veut lui faire avouer qu’il a bien dérobé 300 000 dollars appartenant à son chef avant d’être arrêté…

Grand classique du polar italien des années 1970, premier d’une trilogie suivi de L’EMPIRE DU CRIME (1972) et THE BOSS (73). Comme BANDITS A MILAN de Carlo Lizzani (68), le film montre Milan comme une ville gangrénée par le crime, la violence et la drogue, baignant dans une lumière glauque. Cette ville fut le décor de nombreux Poliziotteschi


Le réalisateur Fernando Di Leo s’était surtout fait un nom auparavant en écrivant des scénarios de westerns spaghetti. Le scénario est d’après Giorgio Scerbananco, romancier d’origine ukrainienne

Distribution cosmopolite de luxe, avec l’excellent Suisse Mario Adorf, le New-Yorkais Lionel Stander, qui joue un mafieux américain ou encore le Français Philippe Leroy. Superbe musique de Luis Bacalov et Osanna. On y retrouve aussi Luigi Pistilli, qui joua dans de nombreux polars et gialli transalpins, il incarne ici un flic en conflit avec son supérieur. De nombreuses scènes violentes, dont elle d’ouverture et le climax (que la censure amputa de quelques minutes), qui voit le personnage central (Gastone Moschin) traqué par la police et ses anciens acolytes mourir après avoir été trahi par sa maîtresse, magnifique Barbara Bouchet (Allemande naturalisée Américaine) en danseuse de night-club fricotant avec les truands, qui joua dans plusieurs gialli à la même époque

Luigi Pistilli

Image associée

Barbara Bouchet cinérevue 1972

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *