browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Soledad Miranda/Sugar Colt

Posted by on 20 août 2013

 SOLEDAD MIRANDA (1943 à Séville/1970 à Lisbonne)

Les cent fusils

Née à Séville de parents portugais (parait-il d’une famille de la Rome antique), cette actrice espagnole a eu un destin tragique : morte dans un accident de la route au Portugal au moment où un producteur allemand lui offrait un contrat alléchant

Soledad a joué dans des péplums espagnols, comédies, films d’horreurs et érotiques, une des actrices fétiches de Jess Franco, qui la révèle avec MARIQUITA, FILLE DE TABARIN en 1960 et SEX CHARADE en 69 ou encore DER TEUFEL KAM AUS ASAKAVA en 71  : elle joue un agent secret déguisé en danseuse de night-club recherchant un minéral capable de transformer le métal en or ou les humains en zombies..

Des western-spaghetti aussi, le meilleur des westerns dans lesquels elle ait joué est sans doute Sugar colt en 1967


Puis elle a un petit rôle dans le western espagnol Rio Hondo en 1968
Enfin, Soledad Miranda a le rôle d’une fille dans un hôtel dans Les 100 Fusils en 1969, palpitant western ‘révolutionnaire

En 1971, elle meurt peu avant la fin du tournage de LE DIABLE VIENT d’AKASAVA, film d’espionnage et d’aventures de Jess Franco qui allait relancer sa carrière

Son dernier film sorti en salles est EUGENIE DE SADE de Jess Franco sorti en 1974… après sa mort

Sa tante était l’actrice espagnole Paquita Rico, décédée en 2017.



Soledad Miranda

dessin de Didgiv : Le diable vient d’Akasava…

Soledad Miranda

Burt Reynolds… Les cent fusils


SUGAR COLT Italo-espagnol de Franco Giraldi (1966-67)


Rocco (Jack Betts), en cherchant à venger la mort d’un ami, enquête sur la disparition d’une unité de l’armée. Il se déguise en docteur pour chercher des indices dans la petite ville où a eu lieu ces événements

Et avec Soledad Miranda, Giuliano Raffaeli, Gina Rovere, Erno Crisa, Victor Israel, Manuel Muniz, Jeff Cameron, Frank Brana, Rossella Bergamonti, Alfonso Rojas

Premier western de l’Américain Jack Betts. Classique du western latin -un des meilleurs du genre- avec intrigue sous forme d’enquête, comédie dans sa première partie, violent dans la seconde : Betts incarne un agent enquêtant sur la disparition d’un groupe d’officiers de l’armée, otages d’un chef de gang machiavélique
Le beau héros trouve les otages, bien sûr, et l’amour au passage, en la personne de Soledad Miranda, il a de la veine. On retrouvera cette actrice espagnole dans deux autres westerns, Rio Hondo (1968) et Les 100 fusils (1969)

Musique de Luis Bacalov et Ennio Morricone

Soledad Miranda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *