browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Jill Ireland/À main armée =Robbery under arms/Avec les compliments de Charlie=Love and bullets/David McCallum

Posted by on 8 août 2013

 JILL IRELAND (1936/1990)

Jill Ireland- cinerevue 1978

4 westerns avec son mari Charles Bronson

Jill débuta comme danseuse de variétés, puis devint actrice, son premier film est Oh ROALINDA en 1955, elle joua dans plusieurs films dont le western anglais tourné en Australie A main armée en 1957 avec celui devint la même année sont premier époux, David McCallum.

En 1966, elle tourne la série Shane avec David Carradine, puis a un petit rôle dans Pancho Villa (68) : c’est Bronson qui impose sa fiancée dans un film, elle a une scène avec Mitchum à la fin du film puis la série Daniel Boone… Un 2e western avec Charles : Chino en 73 : Jill joue le rôle d’une jolie blonde qui tombe amoureuse du métis Chino, joué par Bronson, un dresseur de chevaux et propriétaire  d’un ranch du nouveau Mexique

Charles Bronson Jill Ireland

sept 1975 cinerevue

Ensuite, elle campe Marica, fille de l’officier du Fort Humboldt, dont les soldats sont victimes d’une mystérieuse épidémie de diphtérie dans le western « policier » Le solitaire de Fort Humboldt (1975)… Charles Bronson, en membres des services secrets américains, mène une enquête difficile à bord du convoi ferroviaire qui se rend vers le Fort, où d’étranges disparitions ont lieu…

Enfin, Jill incarnait Amanda, la jolie veuve que séduit  le hors-la-loi Charles Bronson dans C’est arrivé entre midi et trois heures

Jill Ireland Ciné revue 1972

Rencontre. Jill rencontre son futur époux Charles Bronson sur le plateau de LA GRANDE EVASION en 1963, c’est son premier époux, David McCallum, qui jouait avec Bronson dans ce film, qui fit les présentations
Jill et Charles se marieront en 1968

Charles Bronson Jill Ireland ciné revue 1971

avec Anthony Perkins


Charles Bronson Jill Ireland ciné revue janvier 1971

Charles Bronson, Jill Ireland

Le passager de la pluie – août 1969 cinérevue


A main armée (Robbery under arms) Western britannique de Jack Lee (1957)

En 1865, en Australie, deux frères éleveurs de moutons, Dick et Jim (Ronald Lewis et David McCallum) se trouvent entraînés, par leur père, dans un vol de bétail organisé par le capitaine Starlight (Peter Finch).
Les deux frangins font la connaissance de deux sœurs (Maureen Swanson et Jill Ireland). La bande entreprend d’attaquer un convoi d’or


Des cow-boys à cheval, de magnifique paysages… ce film anglais au rythme lent, remake d’un film de 1920, n’a pas été tourné dans les plaines du Far West mais en Australie (et certains intérieurs à Londres)


Avec les compliments de Charlie (Love and bullets) américano-britannique de Stuart Rosenberg (1979)

Avec Charles Bronson, Jill Ireland, Rod Steiger, Henry Silva, Strother Martin, Val Avery, Bradford Dillman, Albert Salmi

Après la mort par overdose de la fiancée d’un de ses collègues, un lieutenant de police se jure d’avoir la peau d’un caïd de la drogue. Il est chargé de ramener de Suisse aux USA son ex-maîtresse afin qu’elle témoigne contre la puissante organisation. Des tueurs les traquent en Suisse

Un petit air de BULLITT (musique de Lalo Shifrin !) pour ce polar -co-écrit par John Huston, il devait au départ réaliser le film- dans lequel Charles Bronson, qui sortait de l’échec du western Le Bison blanc, campe un flic qui doit protéger une femme prête à témoigner contre un ponte du trafic de drogue. Même tempo et une palette de comédiens épatants, dont Rod Steiger en mafieux caractériel et bégayant, l’action nous plonge dans les montagnes suisses à Montreux et ensuite à Genève. Jill Ireland étonnante apparaît avec une perruque très eighties et donne à nouveau la réplique à son époux, après Le solitaire de Fort Humboldt et C’est arrivé entre midi et trois heures, deux (bons) westerns, l’alchimie entre eux fonctionne toujours à plein pot

Contrairement à BULLITT, qui contient des scènes spectaculaires, ce polar compte quelques temps morts et la réalisation de Stuart Rosenberg est assez terne. C’est le premier des trois films que Bronson, alors au creux de la vague, fit avec la firme ITC de Lew Grade, avant Chicanos chasseur de têtes et L’enfer de la violence. On entend dans une scène avec Jill Ireland la chanson Stand by your man de Tammy Wynette

 David McCallum (19 septembre 1933)

(mars 67 Ciné revue)

l’Ecossais David McCallum a été l’époux de Jill Ireland, avant qu’elle ne rencontre et se marie avec Charles Bronson.
Il débute à la fin des années 50, est révélé par LA GRANDE EVASION (1963) –avec Bronson- sera populaire pour son rôle dans la série DES AGENTS TRES SPECIAUX entre 1964-68 et dans L’HOMME INVISIBLE.
A joué dans un western : A main armée (1957).
C’est le Dr Mallard dans N.C.I.S. : ENQUETES SPECIALES.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *