browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Warner Baxter/The Arizona Kid

Posted by on 26 juin 2013

WARNER BAXTER(29-3-1899/7-5-1951)

Oscar du meilleur acteur pour son rôle du Mexicain Cisco Kid coureur de jupons dans l’un des premiers westerns parlant In old Arizona, qu’il reprit deux fois, en 1931 et 1939 (avant Gilbert Roland).

Warner Baxter

C’est un hasard de circonstances : c’est Raoul Walsh qui devait réaliser et interpréter le film, mais un accident -qui le rendit borgne-l’en empêcha, Baxter fut pris pour le rôle et c’est Irving Cummings qui le réalisa…

Le regard ténébreux, une petite moustache à la Clark Gable, il fit d’abord quelques apparitions lors du muet puis interpréta le docteur Mudd condamné à la prison à vie pour avoir soigné le tueur de Lincoln dans Je n’ai pas tué Lincoln, de John Ford en 1936 : ce fut là son plus grand rôle. Il joue avec Carole Lombard dans The Arizona Kid en 1930.
En 1931, il était la vedette du Mari de l’Indienne de Cecil B. DeMille.

En 1936, Baxter était l’acteur le mieux payé d’Hollywood. Mais des problèmes de santé mirent en péril sa carrière. Il survivra dans des séries B et perdit de sa popularité, puis fit une dépression en 1943, ce qui  n’arrangea pas sa carrière.

Il subit une lobotomie pour guérir des douleurs dues à l’arthrose et s’éteignit à Beverly Hills en 1951.
Ses autres principaux westerns :
Return of the Cisco Kid (1939) Romance of the Rio Grande (1929), Arizona Kid (1930), Robin Hood of El Dorado (1936)


The Arizona Kid de Alfred Santell (1930)

Un bandit au grand cœur tombe amoureux d’une fille de la Cote Est… Pas si innocente que ça !

Avec Warner Baxter, Carole Lombard, Theodore von eltz, Hank Mann, Soledad Jimenez, Art Mix.

Warner Baxter joue le bandit au grand cœur dans ce western… The Arizona kid est également un western de 1939 avec Roy Rogers

Carole Lombard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *