browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Natalie Wood / Collines brûlantes (The burning Hills) / Meteor

Posted by on 20 juillet 2015

NATALIE WOOD
(Natasha Gurdin) (Natalia Nikolaevna Zakharenko) (Наталья Николаевна Захаренко)
(20-7-1938/20-11-1981)

Natalie Wood est un des plus jolis visages qu’on ait vus dans les plaines du western, sa mort en 1981 reste toujours un mystère et a contribué, comme celle de James Dean avec qui elle avait rencontré la célébrité, à en faire un mythe.
dessin : Didgiv

La prisonnière du désert-dessin : Didgiv

Fille d’émigrants russes, c’est une enfant star, elle débute très tôt au cinéma, dans les années 40, elle a un second rôle en 1950 dans une comédie romantique se déroulant dans le milieu du rodéo, Mon cow-boy adoré mais devient véritablement célèbre avec LA FUREUR DE VIVRE en 1954.

Natalie Wood (Cinémonde oct. 1965)

Trois ans plus tard, elle incarne dans La prisonnière du désert Debbie Edwards, une jeune fille blanche qui a été enlevée enfant par les Indiens, et élevée par eux, son Oncle (John Wayne) se lance sur ses traces, quand il la retrouve, elle veut rester parmi les Indiens et il veut la tuer…

Magnifique western de John Ford, un des plus beaux de toute l’histoire du cinéma.

Natalie Wood by Svetliaciok

En 1956, elle joue dans un 2e western, le rôle d’une métisse en fuite, Collines brûlantes, réalisé par Stuart Heisler.

Natalie Wood (9-5-68 cinérevue)

Science-fiction :
METEOR (1979) de Ronald Neame
BRAINSTORM (1983) de Douglas Trumbull

Natalie Wood

ciné revue 67

Natalie Wood

sept 72 ciné revue

cinerevue 1980

dessin : Didgiv

dessin : Didgiv

Natalie Wood

Natalie Wood
Dessin de Didgiv

dessin : Didgiv

 

Natalie wood

Natalie Wood

cinerevue mars 1969

Natalie Wood by Didgiv

 

Natalie Wood + son mari Richard Gregson et leur fille (ciné-revue 1970)

Natalie Wood

(blague ciné revue 18 nov. 65)

Natalie sexy…
——————————————

COLLINES BRULANTES (THE BURNING HILLS) de Stuart Heisler (1956) ***

dessin : Didgiv

Trace Jordan (Tab Hunter) se lance à la recherche de Joe Sutton (Ray Teal), chef de la bande qui a assassiné son frère. En état de légitime défense, Trace blesse grièvement Sutton. Le voilà traqué par son fils et sa bande, entraînant dans sa fuite Maria (Natalie Wood), dont le père est aussi une victime de Sutton…

Et avec Skip Homeier, Eduard Franz, Earl Holliman, Claude Akins, John Doucette, Julian Rivero…

Histoire de vengeance et d’amour entre un Blanc et une métisse, adaptée d’un roman de Louis L’Amour. C’est un des premiers westerns du second rôle Earl Holliman.
Natalie Wood venait de rencontrer la célébrité avec LA FUREUR DE VIVRE et La prisonnière du désert, où elle jouait une blanche enlevée puis élevée par des Indiens. Ce dernier western est sorti aux USA en mars 1956, et Collines brûlantes en septembre 56.

Colinas ardientes en entier :

——————————————————

Meteor
de Ronald Neame (1979) ** 


Après une collision avec une comète, une énorme partie de l’astéroide Orpheus se dirige vers la Terre. La planète risque de disparaitre et la NASA doit développer une stratégie pour éviter la catastrophe…

Avec Natalie Wood, Sean Connery, Karl Malden, Brian Keith, Martin Landau, Trevor Howard, Henry Fonda, Sybil Danning

Une des plus belles distribution du cinéma d’anticipation des années 70, genre qui à la fin de ces années-là commence à remplacer, avec le polar, le western à l’agonie. Le film inspirera ARMAGEDDON (1998) et DEEP IMPACT (1998)et aussi nombre de téléfilms ou films comme ASTEROID vs. EARTH (2014). C’est l’avant-dernier film de Natalie Wood, qui tournera encore un (très bon) film de science-fiction en 1983 : BRAINSTORM.

Sybil Danning

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *