browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Claire Trevor / L’escadron noir (Dark command) / La loi du Far-West (The woman of the town)

Posted by on 3 mai 2014
 CLAIRE TREVOR (8 mars 1910/8 avril 2000)


Surnommée la « Reine du film noir », Claire Trevor fait des études de dessin à l’Université de Columbia, puis commence à tourner dans des court-métrages de Vitaphone (Warner Bros)… ses premiers westerns avec George O’Brien dans les années 30, entre dans la légende du western au même moment que John Wayne, avec La chevauchée fantastique en 1939 : elle jouait une femme publique éjectée de la ville, courtisée par le sympathique bandit Ringo Kid. Son salaire pour ce film -un énorme succès- fut de… 15 000 dollars.

La RKO réutilise en 1939 leur belle complicité dans Allegheny uprising, dont l’action se situe dans l’Amérique-colonie britannique de 1759, elle incarne un garçon manqué obstiné qui veut accompagner les hommes dans leurs expéditions…


La Republic les réunit dans L’Escadron noir de Raoul Walsh, John Wayne est un bagarreur qui drague maladroitement la jeune femme de la bonne société qu’elle incarne. Nouveau succès dans les salles.
Dans Franc-jeu, elle est une fille de saloon, Lola Nelson, amoureuse de Clark Gable, dont elle connait le passé d’aventurier, mais il lui préfère la femme de bonne société Lana Turner.

En 1948, Trevor décroche l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour KEY LARGO.
Joan Crawford batailla pour qu’elle joue avec elle dans Johnny Guitare, dans le rôle qui revint à Mercedes McCambridge.

♥ Autres westerns avec Claire Trevor :

Life in the raw (1933) de Louis King
The last trail (1933) de James Tingling
Wild Gold (1934) de George Marshall
1938 : La vallée des géants (Valley of the giants)
1941 Texas, avec G. Ford et W. Holden.
1943 Les desperados (The desperadoes) de Charles Vidor
1943 : La loi du Far-West de George Archainbaud
1951 : Plus fort que la loi (Best of the Badmen) de William D . Russell
1953 : Les massacreurs du Kansas de André De Toth
1955 L’homme qui n’a pas d’étoile de King Vidor
La grande caravane

Franc-jeu avec Clark Gable, Albert Dekker

Claire Trevor-still.jpg


L’escadron noir (Dark command)-de William Seiter (1940) ****

1859, la ville de Lawrence vit sous la coupe du cynique instituteur Will Cantrell. Un simple cowboy désigné shérif -Bob Seton- va lutter contre Cantrell qui s’est lancé dans le trafic d’armes alors que la guerre Civile approche…

Avec Claire Trevor, John Wayne, Walter Pidgeon, Roy Rogers, George Gabby Hayes, Porter Hall, Marjorie Main, Joe Sawyer, Trevor Bardette, Al Bridge, Yakima Canutt, Tom London

Après United Artists et sa Chevauchée fantastique + la RKO et son Allegheny uprising, tous deux de 1939, la Republic ne lésine pas sur les moyens (750 000 dollars) ; elle reforme le couple John Wayne-Claire Trevor qu’elle plonge à nouveau dans la marmite western et y saupoudre d’excellents seconds rôles : Walter Pidgeon, Roy Rogers (désormais vedette de la Republic), Al Bridge et George « Gabby » Hayes, éternel sidekick de Wayne, et les prouesses acrobatiques de Yakima Canutt.
Au menu :de l’action, le savoir-faire du génial Raoul Walsh, qui fit découvrir John Wayne dans La piste des géants sept ans plus tôt, l’acteur joue dans ce film un ‘nettoyeur’.
Un des plus gros succès de 1940. Un must !

 


La loi du Far-West (The woman of the town) de George Archainbaud (1943) 

La copine de Bat Masterson tente de le convaincre de devenir un journaliste respectable.

magnifique Claire Trevor

Avec Claire Trevor, Albert Dekker, Barry Sullivan, Henry Hull, Marion Martin, Tom London, Porter Hall, Clem Bevans, Hank Worden.

Inspiré d’un personnage ayant existé, Bartholomew ¨Bat¨Masterson(1853-1921), journaliste sportif pour un magazine new-yorkais. Claire Trevor joue la même année dans Les desperados, avec Randolph Scott et Glenn Ford.
Par le réalisateur français Archainbaud, qui émigra aux Etats-Unis en 1915.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *