browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Trains, chemins de fer, rail et voies ferrées (Railroads) : l’Ouest conquis

Posted by on 26 juin 2014

Trains et chemins de fer sur la grande route de l’Ouest…

Années 1840.
La guerre du Mexique, la ruée vers l’or en Californie (années 1840) attirent de nombreux colons qui faisaient auparavant le voyage à pied, en cheval, en chariot, diligence, caravanes de mules. D’autres encore empruntaient le bateau à vapeur qui contournait l’Amérique du Sud…

Années 1850.
En 1859, l’ingénieur Théodore Judas, aidé de financiers californiens, monte la Central Pacific railroad.
Dès 1863, une ligne part de Sacramento, pour aller vers l’est.

Années 1860.
Une autre, l’Union Pacific, avec l’ingénieur Jack Casemant, prépare la construction d’une voie reliant le Nebraska à la Californie. les deux tracés se rejoindront. La main d’oeuvre se raréfie avec la guerre de Sécession. La Central Pacific se met à embaucher des ouvriers chinois, tandis que l’Union Pacific emploie des émigrants irlandais.

La Central Pacific bat un record en installant en un seul jour 16 km de voie ferrée !

Train

Train
Dessin : Didgiv

Le 10 mai 1869, les deux lignes se rejoignent à Protmontory Point, ville-campement de l’Utah.

Années 1870 à 1890.
Les conditions de voyage sont au départ rudes pour les voyageurs : sièges en bois, pas de vitres, aucun confort. De nombreux accidents arrivent mais les innovations améliorent le système, comme les rails en forme de T.

L’existence de la voie ferrée va stimuler une nouvelle économie : le blé du Dakota, le bétail du Texas et du Wyoming, huit territoires accèdent au statut d’Etat entre 1870 et 1890. Chaque ville ou bourgade veut que le tracé du train passe par elle.

Les magnats du rails profitent  de cela, et font pression sur le gouvernement pour établir des monopoles, réduire les revenus des petits fermiers en pratiquant des taux de prêts discriminatoires. Les fermiers se regroupent dans le « Grange Movement » censé les défendre.


Les grandes lignes de chemins de fer provoquent aussi l’expansion des villes où le bétail transite, comme Dodge City, des villes où aucune loi n’existe, des bandits comme les frères Reno ou James, se mettent à piller les trains, ils sont parfois traités comme des héros car les méthodes des magnats des chemins de fer révoltent souvent la population.

L’épopée des chemins de fer va se terminer après 1890, tout ce qui y faisait obstacle a été maitrisé :  les bisons ont été exterminés, les Indiens survivants placés dans des réserves, les barbelés entourent désormais les terrains des propiétaires terriens et les cowboys se sont réfugiés dans les hautes plaines.

La dernière ligne transcontinentale, le « Great Northern », atteindra Seattle en 1893.

drawing by Didgiv

CINEMA: le train dans les westerns

De nombreux westerns évoquent le Chemin de fer :

Cactus Jack

Cactus Jack

♦ Sur la construction des voies ferrées :
Le cheval de fer de John Ford (1924)
The last frontier (1926) de George B. Seitz avec William Boyd.
The conquering horde (31) évoque les éleveurs texans sur les terres desquels passe le Pacific Railroad.
Heroes of the West (32) de Ray Taylor avec Noah Beery Jr. en vedette évoque l’édification du transcontinental et les attaques d’Indiens
Pacific express (Union Pacific) (1939) de Cecil B. DeMille avec Joel McCrea qui retrace, comme Le cheval de fer, la construction de la première ligne de chemin de fer transcontinental.
Susannah of the Mounties (1939)
Canadian Pacific (1949) de Edwin L. Marin
Mississippi express (1950) de Joseph Kane
Les conquérants de Carson City (1952) de André de Toth
Les rivaux du rail (1952) de Byron Haskin
Kansas Pacific (1953) de Ray Nazarro
Seul contre tous (1954) de Jesse Hibbs
The last stagecoach West (La dernière chevauchée) (1957) de Joseph Kane
La conquête de l’Ouest (1962) avec Richard Widmark.
La révolte des Indiens apaches (1963) avec Pierre BriceLex Barker.
Il était une fois dans l’Ouest (1968) avec Henry Fonda et Charles Bronson.
Into the West (1984) Feuilleton avec Graham Greene.
Lone ranger (2013) avec Johnny Depp.
téléchargement (4)
♦ Les attaques de trains (bandits du rail, voleurs de trains, Indiens) :
Le vol du grand rapide (1903) est le premier western et sa parodie The little train robbery (1905) (1895 : l’arrivée d’un train en gare de la Ciotat des frères Lumière est un des premiers films du cinéma et aussi Canadian Pacific railroad shots (1899)
L’attaque d’un train (1910) western français de Jean Durand

Le mécano de la général (1926) où Buster Keaton se fait voler son train par des espions de l’Union !
The great K&A Train Robbery (1926) de Lewis Seiler
Le brigand bien-aimé (1939) et sa suite Le retour de Frank James) évoquent les compagnies ferroviaires qui achètent en 1867 les terres des fermiers, souvent illégalement…
Le trésor de la sierra Madre (1947) de John Huston
Smith le taciturne (1948) avec Alan Ladd.
Dakota Lil (1950) de Lesley Selander
Les rebelles du Missouri (1950) de Gordon Douglas sur les frères James
Dangereuse mission (1950) de Reginald LeBorg avec Stephen McNally.
La horde sauvage (1956) de Joseph Kane
Jesse James, le brigand bien-aimé (1957) de Nicholas Ray

Le survivant des monts lointains (1957) avec James Stewart et Audie Murphy.
L’homme de l’Ouest (1958) d’Anthony Mann
Navajoe Joe (1966) de Sergio Corbucci
Un train pour Durango (1968) de Mario Caiano
La horde sauvage (1969)
Butch Cassidy et le kid (1969) pillent les trains et les banques…
Cinq hommes armés (1969) de Don Taylor, Italo Zingarelli
Rio Lobo (1970) de Howard Hawks
Soleil rouge (1970) de Terence Young
Le dernier train pour Frisco (1971) d’Andrew McLaglen
La légende de Jesse James (1972) de Philip Kaufman (sur les frères James)
Les voleurs de train (1973) avec John Wayne et Ann-Margret.

Richard Widmark

La conquête de l’Ouest (dessin de Didgiv)

Les joyeux débuts de Butch Cassidy et le kid (1978) de Richard Lester
Cactus Jack (1979) de Hal Needham : le bandit maladroit Kirk Douglas rate même les attaques de train !
Bronco Billy (1980) de Clint Eastwood, l’attaque ratée du train dans ce western moderne est un moment très drôle…
Cole younger and the black train (2012) de Christopher Forbes

 Le train ou la gare ferroviaire comme élément de l’histoire, lieu d’une action :
Les conquérants (1939) de Michael Curtiz
Le train sifflera trois fois (1952) de Fred Zinneman

L’homme qui n’a pas d’étoile (1954) de King Vidor : le début du film se passe dans un train…
3h10 pour Yuma (1957) et son remake.
Le solitaire de fort Humboldt (1975) avec Charles Bronson.
Le dernier train de Gun-Hill (1958) de John Sturges
Dead Man (1995) : ‘train-movie en partie…

Et aussi :
Buffalo Bill (1944) de William A. Wellman

Le sergent noir (1950)
L’infernale poursuite (The great locomotive chase) (1956) de Francis D. Lyon sur les destructions de réseaux ferroviaires pendant la guerre de Sécession…
Cow-boy (1960) de Delmer Daves
Bronco Apache
(1954) de Robert Aldrich
Les cavaliers (1959) de John Ford
Cat Ballou (1965) de Elliot Silverstein
Les professionnels (1966) de Richard Brooks
La vengeance du shérif (1969) de Burt Kennedy
Mon nom est personne (1973) de Tonino Valerii et Sergio Leone
Big Jake (1971) de George Sherman
Le bison blanc (1977) de Jack Lee Thompson
La porte du Paradis (1980) de Michael Cimino

Et les séries : Le cheval de fer avec Dale Robertson, Casey JonesLes mystères de l’Ouest, L’enfer de l’Ouest (2011)…

* Vidéo rare  : Johnny Cash raconte l’épopée du Chemin de fer avec ses magnifiques chansons :

John Henry, Casey Jones, Orange Blossom Special, I walk the line, etc.

Le Cheval de fer (1924) :

Le brigand bien-aimé (1957) :

Rétro fille s asseyant sur la valise à la station de train.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *