browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Madeleine Stowe / Belles de l’Ouest – Bad girls / L’armée des 12 singes (Twelve Monkeys)

Posted by on 15 avril 2014
MADELEINE STOWE (18 aout 1958)

Madeleine Stowe par MayaOsina

Madeleine Stowe par MayaOsina

Polars (THE TWO JAKES), thrillers (LUNE ROUGE, BLINK), science-fiction (L’ARMEE DES 12 SINGES)… et côté westerns :  un épisode de La petite maison dans la prairie, puis La Plantation (1980), téléfilm sur la vie de deux familles pendant la guerre de Sécession, Le dernier des Mohicans (1992) et enfin Belles de l’Ouest en 1994…


Madeleine Stowe, Jodhi May



 


BELLES DE l’OUEST de Jonathan Kaplan (1994) **

Cody (Madeleine Stowe), Anita (Mary Stuart Masterson), Eileen (Andie McDowell) et Lilly (Drew Barrymore) sont des filles de joie dans un saloon du Colorado. Pour la défense d’une collègue, Cody tue un client ivrogne. Pour éviter le lynchage, elle prend la fuite avec ses trois amies… les voilà poursuivies par des chasseurs de primes…

Et avec James Russo, James Le Gros, Robert Loggia, Dermot Mulroney, Jim Beaver, Neil Summers.

Après l’énorme succès du Dernier des Mohicans, Madeleine Stowe replonge dans l’histoire des USA, pour un western en jupons où elle donne la réplique à Andie McDowell, Drew Barrymore et James Russo. Tourné à Alamo Village au Texas et Sonora et Jamestown en Californie.

Ce western participe au renouveau du genre avec le Danse avec les loups de Kevin Costner, après la mort du western-spaghetti (dès 1975) et les années 80, qui était une période de vaches maigres pour le western.
Second et dernier western pour l’italo-américain Robert Loggia, que l’on vit dans de nombreuses séries western, il est décédé en décembre 2015.

 


L’armée des 12 singes (Twelve Monkeys)de Terry Gilliam (1995) **** 

Dans un futur dévasté par une maladie due à un étrange virus, un prisonnier, hanté par des années par des images qu’il ne comprend pas, est envoyé dans le passé pour obtenir des informations sur ceux qui ont élaboré ce virus.

Avec Bruce Willis, Madeleine Stowe, Brad Pitt, Christopher Plummer…

Deuxième grand film d’anticipation de Terry Gilliam, dix ans après BRAZIL, qui imagine le monde de 2035, ravagé par un virus auquel ont échappé de rares humains survivant sous terre. Il y a le thème du retour dans le temps et des paradoxes temporels (que se passe-t-il si on change le cours des choses dans le passé), cher à des écrivains comme Ray Bradbury, et celui de la fin de l’humanité. Gilliam analyse aussi le complexe de Cassandre : la personne qui prédit les malheurs au sein d’un groupe qui ne la croit pas, résume le personnage joué par Willis. Le film, fascinant et jubilatoire,  foisonne d’idées, et est servi par de brillants interprètes : Bruce Willis, dans un rôle kafkaïen, la troublante Madeleine Stowe (Le dernier des Mohicans), et Brad Pitt, totalement déjanté, livrent des performances inoubliables. La musique, originales, réunit des airs de Bernard Herrmann (compositeur attiré d’Hitchcock), Tom Waits, Louis Armstrong et Fats Domino. C’est un remake de LA JETEE de Chris Marker (1962).
La série adaptée du film est diffusée sur Syfy France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *