browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

James Stewart (Jimmy Stewart) / Les affameurs (Bend of the river) / Le survivant des monts lointains (Night passage) / Attaque au Cheyenne club (The Cheyenne Social club)

Posted by on 20 mai 2015

James Stewart (20-5-1908/2-7-1997)


Avec sa grandeur, son apparente maladresse ou naiveté, son côté intègre, il incarne des ‘good guys’, des personnages déterminés et mus par une morale intangible (on l’a rarement vu dans des rôles de méchant).

Son premier film dans le genre est un musical, Rose-Marie (1936) avec Nelson Eddy ; puis, Of human hearts (1938), l’histoire d’une famille pendant la guerre de Sécession. Stewart obtient un premier rôle en 1939 dans un western parodique de George Marshall, Femme ou démon, avec Marlene Dietrich, ils ont une liaison qui dure le temps du tournage, Marlène serait tombée enceinte et aurait avorté…

Winchester 73 -dessin de Didgiv

Suit grand classique : La flèche brisée en 1950, il incarne un trappeur blanc qui s’est lié d’amitié avec Cochise. C’est le premier grand western pro-indien.
La même année, Stewart voit au cinéma l’autre western pro-indien La porte du Diable d’Anthony Mann et veut à tout prix travailler avec lui, il le contacte : tous deux vont alors entamer une collaboration fructueuse qui va donner naissance à des fleurons du genre.

Dans Winchester 73 (1950), James Stewart recherche son frère, qu’il veut chatier car il a tué leur père adoptif… C’est du grand et beau western ! Les affameurs (51) est leur 2e western ensemble : il est McLyntock, un ancien hors-la-loi qui veut se ranger, et devenu guide d’un convoi de pionniers allant vers l’Ouest ; il sauve du lynchage une vieille connaissance accusé de vol de chevaux (Arthur Kennedy)…

Dans L’appât (1953), il traque le bandit Robert Ryan, et dans Je suis un aventurier (54), c’est un aventurier dont le troupeau est confisqué par un juge, et enfin L’Homme de la plaine (55). Il joue avec Audie Murphy dans Le survivant des monts lointains en 1957.

John Ford, admirant son talent, prend le relais à Mann et le fait jouer dans Les deux cavaliers, sur le thème des enfants enlevés par des Comanches, puis L’Homme qui tua Liberty Valance en 1961, au côté de John Wayne, une de ses meilleures comositions.

Son personnage, idéaliste, soucieux d’une justice collective, s’oppose à l’individualisme de Wayne, cow-boy pur et dur, qui met les choses au clair : « Ici, chacun règle ses problèmes tout seul ! ». C’est un des meilleurs rôles de Jimmy Stewart dans un western.

Il incarne ensuite dans une séquence humoristique un Wyatt Earp bigleux et as de la gâchette dans Les Cheyennes, de Ford toujours, avec Carroll Baker, et montre son talent dans le registre de la comédie.

En1962, il est l’un des personnages principaux de la superbe épopée La conquête de l’Ouest (épisode Les rivières), le trappeur amoureux de Carroll Baker, fille du colon Karl Malden, puis poignardé dans une grotte dans le dos par Brigid Bazlen…

by Didgiv

by Didgiv

Puis 2 westerns d’Andrew McLaglen : Les prairies de l’honneur (65) et Rancho Bravo (66), où il joue un homme acceptant de convoyer pour Maureen O’Hara et Juliet Mills  un taureau qui doit donner du sang neuf à la race des longues cornes du Missouri
Il va affronter à plusieurs reprises un bandit (excellent Jack Elam) qui a volé de l’argent à ces dames.

Stewart retrouve son ami Henry Fonda pour Les cinq hors-la-loi (68), et Dean Martin dans Bandolero ! (68). Gene Kelly le dirige dans la comédie western Attaque au Cheyenne Club (1970), avec encore Henry Fonda, et Don Siegel dans Le dernier des géants, qui est en 1976, le dernier… film de John Wayne. Stewart incarne le vieil ami médecin du vieux justicier qui lui apprend qu’il a un cancer. Avec aussi Richard Boone, que Stewart retrouvera en 1978 dans le polar LE GRAND SOMMEIL.

Jeff Chandler, James Stewart

La flèche brisée :

Je suis un aventurier :

Les prairies de l’honneur

Lee Marvin, James Stewart, John Wayne
L’HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE


Les affameurs (Bend of the river) D’Anthony Mann (1951) ***

Julie Adams et James Stewart

 Scénario de Borden Chase

1847. Deux aventuriers (James Stewart et Arthur Kennedy) se joignent à une colonie de pionniers traversant l’Oregon.
Et avec Julie Adams, Rock Hudson, Lori Nelson, Jay C. Flippen, Howard Petrie, Chubby Johnson, Royal Dano, Frank Ferguson, Jack Lambert…

C’est la deuxième collaboration Anthonny Mann/James Stewart après Winchester 73 en 1950 (avec aussi Rock Hudson). L’acteur joue un homme entré dans le droit chemin mais dont le passé ressurgit à la faveur des circonstances.
 Mann filme des paysages montagnards et fluviaux de toute beauté. Il disait :

« Je ne comprends pas pourquoi la quasi-totalité des westerns sont tournés dans des paysages quasi-désertiques, comme John Ford avec la Monument Valley. En fait le désert ne représente qu’une portion de l’Ouest américain. J’ai voulu montrer les montagnes et les torrents, les sou-bois et les cîmes neigeuses, bref, retrouver tout un climat qui évoque Daniel Boone le trappeur».



Rock Hudson


Le survivant des monts lointains/Night passage (1957) *

De James Neilson (Universal).

Scénario : Borden Chase et Norman A. Fox
Photo : William H. Daniels
Musique : Dimitri Tiomkin. Chanson Follow the river interprétée par James Stewart à l’accordéon.
Durée : 90 mn

Avec :
James Stewart : Grant McLaine
Audie Murphy : Utica Kid
Dan Duryea : Whitey Harbin
Dianne Foster : Charlotte Drew
Brandon de Wilde : Joey Adams
Herbert Anderson : Will Renner
Jay C. Flippen : Ben Kimball
Et Robert J. Wilke, Hugh Beaumont, Jack Elam, Paul Fix, Olive Carey, Chuck Roberson (et cascadeur)

Armor films

Une entreprise de chemins de fer dans le Colorado fait appel à un de ses ex-contremaitres, Grant McLane, pour trouver des bandits qui volent la paye des ouvriers, le jeune Utica kid, le propre frère de Grant, et son boss Harbin. Il part pour Junction City où le patron de la ligne veut le voir. En chemin, il donne une correction à une brute, Concho, qui maltraite un enfant, Joey.
A Junction City, Grant retrouve son amie Charlotte. Le patron de la ligne réintègre Grant dans la compagnie et lui donne la mission de transporter la paie des ouvriers. Dans le train qui le mène aux ouvriers, il retrouve le gamin Joey, qui a été témoin d’un des méfaits de Harbin, Grant met l’argent dans une boîte que porte le garçon.

 Les bandits attaquent le train et prennent Verna, la femme du patron de la ligne, en otage. Grant parvient au repaire des bandits et avec l’aide de Charlotte, en maîtrise un. Il tente de ramener son jeune frère sur le droit chemin. Les gangsters apprennent que Grant a la paye des ouvriers, une lutte s’engage entre eux.

Utica s’enfuit avec la boîte de Joey contenant les 10 000 dollars. Grant s’enfuit avec Verna et Charlotte du repaire des bandits, vers une mine abandonnée.
Une fusillade s’ensuit, Uttica décide de rejoindre son frère mais il est blessé et meurt dans la fusillade, Grant abat les autres bandits.

Première production en Technirama, le producteur proposa à Anthony Mann de le réaliser, qui refusa, trouvant l’histoire incohérente (Borden Chase est pourtant un très bon scénariste).
Le film fut un échec, au grand désespoir de James Stewart (à l’époque dans le top ten des acteurs qui généraient le plus de recettes), qui aurait gardé une rancune contre Mann, d’après Wikipédia.

Au final, un western très conventionnel, sans surprise, qui vaut le détour pour la rencontre James Stewart-Audie Murphy, très beau avec sa veste en cuir noir, deux des plus grandes stars de westerns de l’époque et aussi Dan Duryea, en méchant, qu’affrontait déjà James Stewart en 1950 dans WINCHESTER 73.
Et aussi pour ce dernier poussant la chansonnette avec un accordéon !
Dan Duryea et Audie Murphy jouaient déjà ensemble dans Chevauchée avec le diable de Jesse Hibbs, en 1954.

Le film en entier (mais mauvaise VF !)


Attaque au Cheyenne club (The Cheyenne Social club)de Gene Kelly (1970) *

Sitôt qu’il apprend que son frère lui a légué le Cheyenne social Club, John O’Hanlan, un cowboy, part s’installer dans la respectabilité mais découvre que l’établissement en question est une maison close très hospitalière…

Fonda et Stewart déjà réunis dans Les cinq hors-la-loi…


Avec Henry Fonda, James Stewart, Shirley Jones, Sue Ann Langdon, Elaine Devry, Robert Middleton, Dabbs Greer, John  Dehner…

 

Produit par le National General Pictures Corporation, ce western fut un petit succès. La paire d’as James Stewart/Henry Fonda, deux ans après Les cinq hors-la loi, se retrouve réunie dans un western plaisant, qui fait preuve d’une certaine finesse dans l’humour, registre dans lequel excelle particulièrement Jimmy Stewart. Pour le dernier film qu’il réalise (et produit), Gene Kelly a su choisir les interprètes qui convenaient, les amateurs de western -et de jolies femmes- seront aux anges, les autres s’ennuieront un peu. De beaux paysages et couchers de soleil malgré tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *