browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Barbara Stanwyck / Les furies (The furies) / Femme d’Apache (Trooper Hook)

Posted by on 16 juillet 2014

BARBARA STANWYCK (16-7-1907/20-1-1990)

Barbara Stanwyck 1971 - Ciné revue
Une des plus grandes héroines du western américain : Barbara Stanwyck, a campé dans les westerns des femmes à poigne et souvent des ranchers ou éleveurs, propriétaires de saloon, chef de gang… et Annie Oakley. Un de ses meilleurs rôles est la captive des Apaches revenant vers les siens dans Femme d’Apache (1957). Elle est la vedette (campant la veuve dirigeant le ranch familial) de la série La grande vallée  de 1965 à 1969.
Retour en photo sur une authentique ‘western woman’… qui avait du chien !

♠ Westerns avec Barbara Stanwyck :
Franc-jeu (1934) de Archie Mayo
La gloire du cirque (35) de George Stevens
Pacific express (1939) de Cecil B. DeMille

Californie terre promise (1947) de John Farrow
Les furies (1950) de Anthony Mann
La reine de la prairie (1954) de Allan Dwan
Le souffle de la violence (1955) de Rudolph Maté
La horde sauvage (1956) de Joseph Kane
Femme d’Apache (Trooper hook) (1957) de Charles Marquis Warren
Quarante tueurs (1957) de Samuel Fuller
Séries :  Zane Grey Theater, Rawhide, La grande caravane

Californie, terre promise

Polars :
L’EMPRISE DU CRIME (1946) de Lewis Milestone
LA SECONDE MADAME CARROLL (1947)
LE DEMON S’EVEILLE LA NUIT (1951) de Fritz Lang

Barbara Stanwyck par klk68

♣ La horde sauvage :

♠ Quarante tueurs :


FortyGuns

Les nus de Barbara Stanwyck :

 

 


Les furies (The furies) d’Anthony Mann (1950) **

1870 au Nouveau-Mexique. Le conflit entre une fille (Barbara Stanwyck) et son père (Walter Huston), un tyran, riche éleveur de bétail, dont la maîtresse (Judith Anderson) veut la déposséder de son héritage.
La fin est tragique : le père fait pendre l’ami d’enfance de sa fille (Gilbert Roland), qu’il accuse de voler ses chevaux et son bétail. Avec l’aide d’un banquier (Wendell Corey), cette dernière dépossède son père de sa propriété, qui est ensuite tué par la mère du pendu (Blanche Yurka).

Et avec Thomas Gomez, Beulah Bondi, Albert Dekker, John Bromfield, Wallace Ford, Movita, Arthur Hunnicutt

Excellent western dramatique d’Anthony Mann, mélo familial qui est aussi une étude de moeurs, mise en scène dynamique, Les furies est à rapprocher, dans le fond et dans la forme, du superbe Duel au soleil de King Vidor, mais Mann préfère raconter son histoire en noir et blanc, ce qui donne aussi au film des airs de polar, autre genre dans lequel excellait à cette époque le réalisateur. Barbara Stanwyck trouve là un de ses meilleurs rôles. C’est le dernier film de Walter Huston, le papa du cinéaste John,  dans le rôle d’un patriarche despotique et mégalo. « The furies » est le nom du ranch de ce dernier dans le film. Avec Movita, qui fut l’épouse de Marlon Brando, décédée en février 2015. Un classique.


 Femme d’Apache (Trooper Hook)
de Charles Marquis Warren (1957) ***


Une bande d’Apaches massacre un groupe de soldats. Le sergent Hook les capture avec leur chef Nanches, le fils de ce dernier dont la mère blanche était captive des Indiens.

Avec Joel McCrea, Barbara Stanwyck, Earl Holliman, John Dehner, Susan Kohner, Royal Dano, Stanley Adams, Rodolfo Acosta, Sheb Wooley, Jody McCrea, Cap Somers. Chanson Trooper Hook de Tex Ritter.

On retrouve dans ce western en N&B de nombreux acteurs de Tension à Rock City (56) du même réalisateur. Une partie du film est tournée dans une diligence. Trois grands seconds rôles du western : Rodolfo Acosta joue le chef indien qui réclame son fils, et John Dehner le rancher qui accepte de reprendre sa femme captive des Indiens mais pas son fils, dont le père est apache. L’excellent Royal Dano (un des complices de Joan Crawford dans Johnny Guitare) est le conducteur de diligence. Sur le thème de la ‘captive des Indiens’, John Ford sortira la même année sa fameuse Prisonnière du désert, mais le plus marquant demeure Soldat bleu en 1969. Charles Marquis Warren évoque la discrimination dont souffraient les femmes ayant vécu avec des Indiens et revenant dans leur milieu d’origine. Belle performance de Barbara Stanwyck, dont c’est un des meilleurs rôles. Il manque derrière la caméra un réalisateur comme John Huston ou John Ford pour en faire un chef d’oeuvre.

image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *