browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Soleil rouge (Sole rosso/Red sun) / Toshiro Mifune

Posted by on 25 août 2013
Soleil rouge (Sole rosso/Red sun)
Western franco-italien de Terence Young (1971) ***

Soleil Rouge

Scénario : Laird Koenig, Denne Bart Petitclerc, William Roberts, Lawrence Roman d’après le roman de William Terry (collection « Série Noire » de Gallimard) – Musique : Maurice Jarre-Photo : Henri Alekan

Durée : 109 mn

Ursula Andress, Charles Bronson Soleil rouge
Avec Charles Bronson : Link
Toshiro Mifune : Kuroda
Ursula Andress : Cristina
Alain Delon : Gotch
Capucine : Pepita
Barta Barri : Paco
Guido Lollobrigida : Mace
Anthony Dawson : Hyatt
Gianni Medici : Miguel
Monica Randall : Maria
Luc Merenda : Chato
Florencio Amarilla : un homme

Charles Bronson, Capucine

Années 1870, dans l’Ouest et au Mexique, l’ambassadeur du Japon voyage en train, accompagné de deux samourais ; quand soudain une bande de bandits dirigés par Link et son second Gotch arrêtent le train pour s’emparer d’un chargement d’or dans le wagon postal. Gotch trahit Link et tente de le tuer.

Soleil Rouge Ursula Andress

cinerevue 1971

Puis, il vole aussi un vieux sabre japonais que le Samouraï venait offrir, de la part de son empereur, au Président américain à Washington. Kuroda, le seul survivant parmi les samourais qui escortaient l’ambassadeur, trouve Link et le soigne. Link va monter une association avec le samourai : retrouver Gotch…

Soleil Rouge (2)

Télé 7 jours années 1980

Kuroda pourra ainsi récupérer son sabre, mais aussi tuer Link qui a tué son compagnon samourai dans le train… et Gotch l’or que Link a volé.

Kuroda le prévient que si dans sept jours ils n’ont pas retrouvé le bandit, il se suicidera et tuera Gotch…
Dans un petit village mexicain, ils retrouvent Cristina, la fiancée de Gotch, ils la prennent en otage…
Les trois hommes vont se retrouver dans un champ de bambous, attaqués par des Comanches…

Charles Bronson by Didgiv

Charles Bronson by Didgiv

Sortant des sentiers battus, ce western inclassable et baroque est un western-spaghetti, puiqu’il est franco-italien, les scènes d’extérieur ont été tournées près d’Alméria en Espagne (où se trouve un village du Far West reconstitué), mais les personnages ne sont pas aussi caricaturaux que ceux dépeints par Leone ou Corbucci et la violence moins crue.

Le réalisateur est américain utilise le concept « un samourai au Far West », qu’on retrouvera dans La brute, le colt et le karaté, et joue avec une certaine finesse sur les contrastes entre les personnages joués par Charles Bronson, l’aventurier américain sans foi ni loi et Toshiro Mifune, le garde du corps du samourai avec son code l’honneur. Il y aussi le thème de la trahison, comme Coups de feu dans la Sierra de Peckinpah (où Randolph Scott trahissait son ami Joel McCrea).

Un brin d’érotisme avec Ursula Andress, Capucine et Monica Randall dans une scène très suggestive (avec Toshiro Mifune !), la présence d’Alain Delon, plein de fougue, complète cette appétissante brochette d’acteurs… très beau règlement de comptes final dans un champ de bambous avec une attaque d’Indiens.
La très belle photographie d’Henri Alekan et le superbe leitmotiv musical lancinant, signé Maurice Jarre, font beaucoup dans la réussite de ce film, la mise en scène de Terence Young est aussi excellente.
Gros succès en Europe et au Japon, mais pas aux USA.

Monica Randall se déshabille pour Toshiro Mifune…

Ursula Andress (drawing by Didgiv)

superbes images d’Henri Alekan


Toshiro Mifune (1-4-1920/24-12-1997)

L’Occident a découvert le plus célèbre de tous les acteurs japonais (né en Chine), Toshiro Mifune, avec les films de Kurosawa et le feuilleton SHOGUN, dans les années 80.

Cette star internationale a aussi tourné dans un western souvent diffusé à la télévision française à la même époque, Soleil rouge de Terence Young (1971).
Il y incarnait un samouraï à la recherche du sabre d’or qu’un malfrat (Alain Delon) a volé. Ce dernier a aussi trahi un de ses complices (Charles Bronson), qui va aider le noble samouraï à retrouver l’objet perdu.
Le scénario joue beaucoup sur l’opposition entre le rigide samouraï, avec ses principes, face aux hors-la-loi bourru incarné par Bronson.
C’est la rencontre de deux mondes. Mifune se souvenait du tournage :

« En tournant SOLEIL ROUGE, nous avions, mes partenaires et moi, des rapports curieux. Je trouvais Ursula Andress très belle, très courageuse.
Un jour, elle s’était blessée à la main et a continué à travailler comme si elle n’avait rien ressenti malgré sa souffrance. (1) Avec Alain Delon, j’ai entretenu des rapports courtois. Ce fut plus difficile avec Charles Bronson. C’est un homme peu commode, taciturne. Notre premier contact ressembla au duel que nous devions avoir dans le film.

Au moment où il montait à cheval, par le pied gauche, comme le font les cowboys, il me vit faire la même chose du pied droit et se tournant vers Terence Young, il lui demande : « Qu’est-ce que c’est que ce gugusse ? »… Bronson ignorait que c’était la façon de monter des samouraïs. Dès qu’il me vit galoper, il révisa son jugement ».

avec Charles Bronson

avec Alain Delon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *