browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Sitting Bull (Tatanka Yotanka)

Posted by on 5 septembre 2013

Sitting Bull (Tatanka Yotanka) (31-3-1831/15-12-1890)

  » Tous les êtres ou objets que je croise me parlent« 

Tatanka Yotanka (qui signifie « Bison au repos »), chef Sioux Hunkpapas Lakota, est né dans la région de Grand River dans le Dakota du sud vers 1831.
Il tue son premier bison à 10 ans et son premier combat, contre les Crows, à 14 ans.

1851. Il épouse sa première femme, « Cheveux clairs »,  son fils meurt en 1857, sa femme meurt pendant l’accouchement. Il a eu 5 femmes au total et a adopté son neveu One Bull, ainsi qu’un jeune Assiniboine en 1857.

Sitting Bull & Buffalo Bill (dessin de Didgiv)

Vers 1860, il devient un Holy Man (mais pas Medecine Man comme on lit parfois), homme comprenant et enseignant les rituels religieux et naturels.
Suite au massacre de chasseurs Hunkpapas par des colons, en 1863, il se joint aux résistants sioux et participe aux guerres des Plaines des années 1860, dont un raid contre Fort Bufford en 1866, il s’allie aux Chefs Crazy Horse et Gall, l’union fait la force.

1868. Il est un des rares chefs sioux à refuser de signer le traité de Fort Laramie, qui promet aux Sioux de garder leurs terres sacrées des Black Hills, mais ils perdent une partie de leurs terrains de chasse, et doivent prendre les rations alimentaires du gouvernement américain.
Quand de l’or est découvert dans les Black Hills, les USA rompent le traité. Sitting Bull va diriger la révolte des Sioux.
Des tribus cheyennes s’associent à ses guerriers. Avec 1500 guerriers et 4500 civils, ils anéantissent les troupes de Custer –qui est tué avec 168 hommes- à la Bataille de Little Big Horn, en juin 1876.
Sitting Bull ne s’est pas battu ce jour-là, car il est Holy Man, Crazy Horse et d’autres chefs, comme Gall, ont pris le commandement des opérations.

L’armée américaine poursuit Bull et sa tribu qui s’enfuient au Canada, à Cypress Hills, dans la province de Saskatchewan, ils sont protégés par la Police montée du Nord-Ouest canadienne, les Sioux ont confiance en eux.

Les Canadiens les défendent contre les assauts des troupes américaines, et les aident à survivre car les bisons ont été massacrés. Le négociant Jean-Louis Légaré les aide à se loger et à se nourrir, il convainc Sitting Bull de participer aux négociations incluant les gouvernements américains, canadiens et les chefs Sioux.
Car le gouvernement canadien commence à lui refuser des vivres, il ne voit pas d’autre solution qu’un retour des Sioux en Amérique.

Sitting Bull-Buffalo Bill

Sitting Bull-Buffalo Bill

Les tribus des Pieds-Noirs, des Cris et des Assiniboines sont aussi agacés que les Sioux prennent leurs gibiers.
En 1877, a lieu une célébre rencontre à Fort Walsh, entre le chef Sioux, des officiers américains et canadiens. C’est le Major Walsh, que Sitting Bull appréciait pour sa droiture, qui avait initié cette rencontre.
Les Américains veulent qu’il rende ses armes et chevaux. Bull leur répond, en rendant hommage aux Canadiens :

« Voilà 64 ans que vous détenez et maltraitez mon peuple. Qu’avons-nous fait pour mériter cet exil ? Ne pouvant aller nulle part, nous avons trouvé refuge ici…
Nous ne vous avons pas donné notre pays, vous nous l’avez pris. Voyez comment je vis maintenant avec ces gens ; regardez ces yeux et ces oreilles. Vous me prenez pour un sot, mais vous êtes encore plus sot que moi.
Je me trouve ici dans une maison de guérison. Vous venez nous raconter des histoires, mais nous ne voulons pas les entendre ; je ne dirai plus rien. Je fraternise avec ces gens. Cette partie du pays d’où nous venons nous appartenait, maintenant nous vivons ici
 ».

En 1879, les bisons ont disparu. Sans vivres du gouvernement canadien, la famine atteint les Sioux.
En juillet 1881, après un hiver très rude, Sitting Bull capitule à Fort Buford, et avec 200 autres Sioux, ils restent emprisonnés deux ans puis embarquent sur des bateaux à vapeur pour la réserve de Standing Rock, en 1883.

1885. Libéré, on lui accorde le droit de participer au fameux spectacle « Wild West Show » de Buffalo Bill en 1885, il fera des représentations pendant 4 mois.
Il vit ses dernières années dans la réserve de Great River, dans le Dakota.
En 1889 et 1890, la danse des Sioux a lieu dans la réserve de « Standing rock reservation ».
Au cours d’une chasse, Sitting Bull a la vision d’un Messie habillé de peaux de bisons, il raconte cette expérience mystique dans la réserve, l’agent des Indiens craint une révolte
En décembre, 43 policiers indiens Lakotas envoyés par le gouvernement américain encerclent sa maison.
Les versions varient (1) : l’un d’eux va le chercher, Sitting le suit, avec un revolver caché sur lui. Son fils l’encourage à ne pas obéir et va chercher de l’aide.

Des membres de la réserve commencent à entourer les policiers, Sitting Bull se débat, le policier Bull Head lui tire une balle dans la nuque (lui-même est tué par Catch The Bear).
Sitting Bull, son fils, sept de leurs amis sioux et cinq policiers sont tués dans l’affrontement. La cavalerie intervient, sauvant les autres policiers indiens qui étaient voués à une mort certaine.

(1) Une autre version existe : son fils va chercher de l’aide, un groupe de Sioux empêche la police de partir. Des coups de feu éclatent et Sitting Bull, atteint d’une balle, s’empare d’un fusil et se met à l’abri. L’infanterie arrive à ce moment là et Sitting Bull est tué.

 

Sitting Bull au cinéma et dans des téléfilms :

Sitting Bull a été interprété au cinéma par :

William Eagle Shirt (1912), Chief Lightheart (1922), Chief Yowlachie (1927), Chief Thunderbird (1935), Howling Wolf (1936), J. Carrol Naish (1950 et 54), John War Eagle (1955), Michael Pate (55), Alain Cuny (1974), Frank Kaquitts ( dans BUFFALO BILL ET LES INDIENS en 76 avec Paul Newman), George American Horse (1987), Floyd ‘Red’ Crow Westerman (91), Russel Means (95), August Schellenberg (96 et 2007) –décédé en août dernier-, Fortunate Eagle (2006), David Ennemy Shoots at Him (2007).

Et dans des séries : par John War Eagle,  Frank DeKova, Anthony Caruso, Felix Locher, George Mitchell, August Schellenberg, Nick Ramus, Graham Greene, Stanley Tucci, Eric Schweig.

 

Sitting Bull & Buffalo Bill

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *