browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le grand passage (Northwest Passage) / Robert Young / Spencer Tracy

Posted by on 22 février 2016

Robert Young
(22 février 1907/21 juillet 1998)

Robert Young (cine revue 1976)

« Il n’a absolument aucun sex-appeal » disait de lui Louis B. Mayer. L’élégant et souriant Robert Young n’en fut pas moins une vedette populaire des années 30 à 50, un de ses meilleurs rôles est celui de l’espion de QUATRE DE l’ESPIONNAGE d’Hitchcock en 1936, il était aussi très bon dans le rôle du détective de FEUX CROISES d’Edward Dmytryk avec Robert Mitchum.
On l’a vu dans plusieurs westerns :  Henry King le dirige dans Carolina en 1934, un de ses meilleurs rôles est celui de l’acolyte de Randolph Scott, engagé par un ingénieur pour protéger les travailleurs d’une ligne télégraphique contre les attaques de desperados et des Indiens dans Les pionniers de la Western Union (1941) de Fritz Lang.

Il joua également dans Le grand passage (1940) de King Vidor, fut la vedette de Du sang dans la Sierra de George Sherman, puis d’une série B, La peur du scalp (1952).

 

 


Le grand passage (Northwest Passage)

De King Vidor (sorti en France en 1949)(1939-40) ***

Scénario : Laurence Stallings, Talbot Jennings (roman de Kenneth Roberts, Le grand passage (1937))
Musique : Herbert Stothart
Durée : 121 mn

Avec Spencer Tracy : major Robert Rogers
Robert Young : Langdon Towne
Walter Brennan : Hunk Marriner
Ruth Hussey : Elisabeth Brown
Nat Pendleton : cap’ Huff
Louis Hector : révérend Browne
Robert Barrat : Humphrey Towne
Et Regis Toomey, Hugh Sothern, Isabel Jewell, Tom London, Montagu Love, Hank Worden.

1759. Portsmouth. Après avoir déclenché une bagarre avec des représentants de l’ordre, Langdon et son ami Hunk doivent fuir, en état d’ébriété, ils signent un engagement avec le major Rogers, qui a la mission de mener plus de 50 éclaireurs au Canada pour exterminer une tribu indienne alliée des Français, à la frontière canadienne.
Ils partent en pirogue à travers les marais et franchissent des montagnes. Ils mettent le village indien à feu et à sang, aucun survivant, le major a perdu 16 hommes, Langdon est blessé.
Le Fort qu’ils doivent ensuite atteindre est vide : les hommes sont à bout de force et affamés. Heureusement, les troupes anglaises arrivent, le major repart à la découverte d’un passage à travers des territoires sioux. Langdon décide de rester auprès de sa fiancée.

Spencer Tracy, Ruth Hussey

Une fresque épique haute en couleur, un des premiers films en Technicolor, qui narre la vie des pionniers dans les guerres franco-britanniques, tournée dans les de superbes paysages, par King Vidor et Norman Foster (seconde équipe). Dès l’ouverture du film, des scènes brutales et sauvages, tout le charme des grands films hollywoodiens.

Un tournage difficile avec des scènes très physiques, Spencer Tracy menaça de quitter le tournage plusieurs fois (à l’origine, c’est Robert Taylor qui devait lui donner la réplique, il déclina et le débutant Robert Young fut embauché pour le rôle de Towne).

La même intrigue est calquée dans Les aventures du capitaine Wyatt avec Gary Cooper en 1951, mais transposée dans les guerres contre les Séminoles.

Un des rares westerns de Spencer Tracy, avec Le maître de la prairie (1947).


Spencer Tracy
(1900-1967)

 

Westerns et films se déroulant au XXe s. :

San Francisco (1936) de W.S. Van Dyke

Le grand passage (1939)

La fièvre du pétrole (1940)

Le maître de la prairie (1947)

Capitaine sans loi (1952)

La lance brisée (1954)

La conquête de l’Ouest (1962)

dans un des plus beaux westerns des années 50, La lance brisée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *