browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

La rivière rouge (Red River) / Montgomery Clift

Posted by on 20 janvier 2014

De Howard Hawks et Arthur Rosson (1948) ****

dessin de digiv

dessin de digiv

Producteur : Howard Hawks – Monterey

Scénario : Borden Chase, Charles Schnee, d’après le roman de Borden Chase
Photo : Russel Harlan-Musique : Dimitri Tiomkin
Durée : 125 mn

Avec : John Wayne : Tom Dunson
Montgomery Clift : Matthew Garth
Joanne Dru : Tess Millay
Walter Brennan : Nadine Groot
Coleen Gray : Fen
John Ireland : Cherry Valance
Noah Beery Jr. : Buster McGee
Et : Harry Carey Jr., Chief Yolawchie, Harry Carey Sr., Paul Fix, Hank Worden, Hal Taliaferro, Tom Tyler, Lane Chandler, Shelley Winters, Richard Farnsworth


Tom Dunson est à la tête d’un empire du bétail avec son fils adoptif, Matthew Garth. Ils doivent emmener un troupeau de 10 000 têtes de bétail du Texas jusqu’à une voie ferrée du Missouri. Tom est un homme impitoyable avec les vachers, il fait régner une discipline de fer. Plus humain, Matthew, qui lui tient la dragée haute, défie Tom et est soutenu par les cowboys.
Quand l’un d’eux fait un peu de raffut en volant du sucre et provoque une panique parmi les bêtes, celles-ci s’emballent et au cours de la ruée, un autre cowboy, Dan Latimer est tué.
Dunson est résolu à fouetter le cowboy qui a provoqué cette situation. Une nuit, trois hommes décident d’abandonner le convoi, Dunson, considérant que c’est une désertion, les tue.
Il envisage aussi à un moment de tuer Matthew, qui est constante opposition avec lui… Matthew va prendre la tête du convoi et mener le troupeau jusqu’à la voie ferrée.

Montgomery Cliff, Joanne Dru


Hawks analyse finement les rapports problématiques de Thomas Dunson avec son fils adoptif (et les autres vachers), après de durs et nombreux affrontements, et des moments difficiles (une attaque d’Indiens notamment) ils vont finir par se réconcilier, sous les yeux de la belle
 Joanne Dru… dont c’est le premier western. On remarquera dans un petit rôle (en fille de saloon) Shelley Winters, c’est son premier western.

John Ireland-Montgomery Clift

Les problèmes de Dunson avec ses équipiers vont très loin dans la nouvelle de Borden Chase dont s’inspire le film : Cherry, un cowboy (joué par John Ireland dans le film), se bat avec Dunson et le tue. Howard Hawks préfère édulcorer l’histoire, Cherry a effectivement une bagarre avec Dunson, mais le blesse seulement.

Howard Hawks, producteur du film, avait initialement pensé à Gary Cooper pour le rôle de Dunson et Cary Grant, pour celui tenu par Montgomery Clift, mais il est évident que cette combinaison aurait moins bien marché.
Notons que c’est le dernier film d’Harry Carey (père), qui joue ici avec son fils. Premier film en tant qu’acteur du cascadeur Richard Farnsworth

Succès. Gros budget de 2 millions de dollars, c’est un des grands succès de 1948, devenu depuis film culte diffusé dans les cinémathèques (ou sur les chaînes comme Arte), et un des meilleurs rôles de John Wayne. C’est la première fois qu’il apparait considérablement vieilli à l’écran, avec des cheveux gris.

Western familial. John Ireland et Joanne Dru, qui jouent tous deux dans le film, étaient mari et femme. Harry Carey père et fils jouent aussi dans le film.

John Wayne et Coleen Gray

—————————–
Montgomery Clift (17-10-1920/23-7-1966)

Avec seulement 17 films, Montgomery Clift est, comme James Dean ou Marlon Brando, un des acteurs les plus fascinants et les plus doués de sa génération : son image dans ses films -un être tourmenté, passionné et torturé- renvoie à ce qu’il était dans la vie.
Son premier film pourrait définir à la fois ce qu’il était et son reflet dans ses films : LES ANGES MARQUES. Il est extraordinaire dans UNE PLACE AU SOLEIL, un chef d’œuvre avec Elizabeth Taylor -leur osmose est parfaite-, qu’il retrouve pour ce qui a été considéré comme la version « nordiste » d’Autant en emporte le vent, c’était L’Arbre de vie, d’Edward Dmytryk, très beau film.

 

En 1948, il interprétait le cowboy, fils adoptif de John Wayne dans La rivière rouge, Wayne campait un éleveur impitoyable et haï par ses cow-boys, Monty Clift se rebellait et l’affrontait, ils finissaient par se réconcilier. Un des plus beaux westerns de tous les temps
Il est extraordinaire dans LA LOI DU SILENCE, en 1952, dans le rôle du prêtre qui ne peut se justifier, à cause du secret de la confession.
Monty Clift faisait partie du trio, avec Clark Gable et Marilyn Monroe, des Desaxés, western moderne désenchanté.

cinérevue

Clark Gable est mort après la fin du tournage, Marilyn seulement quelques mois après, Montgomery Clift décédera en 1966, quittant à jamais la place qu’il s’était faite sous le soleil d’Hollywood.


Red River – Téléfilm de R. Michaels (88) * 


Remake du film de John Ford La riviere rouge (1948)

Avec Bruce Boxleitner, James Arness, Gregory Harrison, Stan Shaw, Ty Hardin, Robert Horton, John Lupton, Guy Madison, Laura Johnson, L.Q. Jones

Difficile de faire aussi fort que John Ford en 1948, surtout pour le petit écran, mais la distribution est éclatante. Dernier western de Robert Horton, décédé en mars 2016.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *