browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Tex Ritter / Riders of the rockies

Posted by on 20 juin 2014

Tex Ritter
(12-1-1905/2-1-1974)

Acteur et chanteur de country, qui se produisit au Grand Ole Opry de Nashville, ce cow-boy très apprécié du public américain –il était surnommé The most beloved cow-boy–  joua dans plus de 70 westerns de série, comme Headin’ for the rio grande (1936), dont quatre avec sa femme Dorothy Fay entre 1938 et 1940.
Il touchait environ 2500 dollars pour chaque film tourné. Il est resté célèbre pour avoir chanté la mélancolique balade du Train sifflera trois fois, en 1952, on l’entend chanter dans d’autres western comme Femme d’Apache (1957) ou Un jeu risqué (1955). Une petite ressemblance avec Broderick Crawford en prenant de l’âge… Il joue dans la série Zane Grey Theater.

Parmi ses westerns :
Arizona days (1935)
Trouble in Texas (1937)… Hittin the trail (37)… Sing, cowboy, sing (37)… The mystery of the hooded horsemen et Tex rides with the boy scouts de Ray Taylor en 1937…
Frontier town (38) de Ray Taylor
Riders of the frontier et Westbound stage de Spencer Gordon Bennet en 1939… et Ridin’ teh Cherokee Trail en 1941.
Plusieurs Albert Herman en 1938-39-40 : Rollin’ plains ; The Utah trail ; Starlight over Texas ; Where the buffalo roam et Song of the Buckaroo… Sundown on the prairie ; Rollin’ westward ; The man from Texas ; Down the Wyoming trail ; Rythm of the Rio Grande ; Pals of the silver sage ; The golden trail ; Rainbow over the range ; Roll wagons roll ; Arizona frontier ; Take me back to Oklahoma ; Rollin’ Home to Texas.
De Lambert Hillyer : King of Dodge City, Roaring frontiers.
Singer Tex Ritter


Riders of the rockies
de Robert N. Bradbury 
(1937) *

Avec Tex Ritter, Louise Stanley, White Flash, Snub Pollard, Earl Dwire, Yakima Canutt, Martin Garralaga, Victor Adamson, Hank Worden.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *