browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Richard Burton / Barbe-Bleue (Bluebeard) (Blaubart)

Posted by on 3 décembre 2015

Richard Burton (1925-1984)

Né en Angleterre, mort en Suisse, 77 films et séries, essentiellement films d’action, de guerre, d’espionnage, drames. Connu pour ses liaisons tumultueuses, dont deux mariages avec Liz Taylor. C’est une des plus belles gueules du cinéma hollywoodien du XXe s.


Barbe-bleue (1972) franco-italo-allemand de Edward Dmytryk

Avec Richard Burton, Raquel Welch, Virna Lisi, Nathalie Delon, Marilu Tolo, Karin Schubert, Agostina Belli, Jean Lefebvre, Sybil Danning, Joey Heatherton, Edward Meeks

Le baron Von Sepper interdit à sa femme Anne d’ouvrir la porte d’une des pièces du château. La jeune femme désobéit et y découvre les corps mutilés de quatre femmes… elle devient la cible du baron dont le secret a été découvert.

Entre horreur, comédie, thriller, mâtiné d’humour et d’érotisme, une oeuvre baroque, hybride et inclassable (qui pourrait être apparentée au giallo, elle ressemble aux premiers films dans le genre de Mario Bava), dans laquelle Richard Burton -dans le rôle d’un Nazi- est entouré d’une pléiade d’actrices très sexy des années 1960-70 elles ne se rencontrent dans aucune scène, excéptées Nathalie Delon et Sybil Danning pour une séquence très hot. Casting féminin international haut de gamme : Américaines (Heatherton, Welch), Française (Delon), Italienne (Tolo, Belli), Allemande (Schubert), et Autrichienne (Danning).
Six flash-backs structurent le récit, construit comme une suite de tableaux ou de sketches, montrant la psychologie du personnage joué par Burton, le thème de la mère castratrice est abordé, comme dans PSYCHOSE d’Hitchcock, des références à ce film émaillent l’histoire. Une version moderne, gothique et macabre du personnage du conte de Perrault, la performance de Burton peut faire penser à celle d’Anthony Perkins dans PSYCHOSE, ou encore à celle de Rod Steiger dans LE REFROIDISSEUR DE DAMES, sorti 4 ans auparavant. C’est un des derniers films de l’excellent réalisateur Edward Dmytryk, qui, après les drames, films de guerre ou westerns, s’essayait ici à un nouveau genre, forme d’hommage aux grands films d’épouvante et thrillers italiens des années 1960… plutôt réussie (même si le réalisateur ne fut pas satisfait du résultat), avec en prime la musique d’Ennio Morricone.
John Carradine incarna aussi un tueur de dames en 1944, dans une version également très libre du personnage de Barbe-Bleue, intitulée aussi BARBE-BLEUE.

Raquel Welch

Joey Heatherton

Nathalie Delon, Sybil Danning

le refroidisseur de dames…

agostina belli

Agostina Belli -cinérevue 1972

Raquel Welch

Sybil Danning

Karin Schubert-ciné-revue 1972

Virna Lisi

Marilu Tolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *