browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Dean Reed / La mort sonne toujours deux fois

Posted by on 5 juin 2014
Dean Reed (22-9-1938/13-6-1986)

Dean Reed  est un chanteur qui signe pour Capitol en 1958, son troisième single, Our summer romance cartonne en Amérique du sud, où il devient aussi populaire qu’Elvis. Il se lance dans le cinéma et a son propre show de télévision à Buenos Aires ; Dean Reed commence à militer dans la mouvance contestataire contre la politique des Etats-Unis ((il était surnommé ‘The red Elvis’ !), il quitte l’Argentine en 1966 et devient une star de western-spaghetti en Italie.

Le pigeon voyageur part ensuite en tournée de concert en Union Soviétique et dans les pays de l’Est, où il devient une énorme star. Dean Reed milite alors contre la guerre du Vietnam et se rend en Allemagne de l’Est, là, il sort des albums, est acteur, scénariste, réalisateur. Son corps est découvert dans un lac près de Berlin Est, sa famille pense qu’il a été tué, la thèse officielle est un suicide.
Dean Reed a eu une liaison avec l’actrice estonienne Eve Kivi jusqu’à sa mort.

♥ western avec Dean Reed :
Buckaroo ne pardonne pas (1967) de Adelchi Bianchi
Dieu les crée, moi je les tue ! (68) de Paolo Bianchini
I Nipoti di Zorro (1968) de Marcello Ciorciolini
Veinte pasos para la muerte (1970) de Manuel Esteba, Antonio Mollica
Adios Sabata (1970) de Gianfranco Parolini
Kit & Co. (1974) de Konrad Petzold
Frères de sang (1975) de Werner W. Wallroth (et scénario)
Sing, cowboy, sing (981) de Dean Reed (et scénario)

Giallo :
LA MORT SONNE TOUJOURS DEUX FOIS (1969)

Dean Reed chante Our summer romance :

Frères de sang (avec Giesla Freudenberg) :
———————————-
La mort sonne toujours deux fois (Blonde Köder für den Mörder) (La morte bussa due volte) (Death knocks twice !)
Italo-allemand de Harald Philipp (1969) ** 

Avec Dean Reed, Fabio Testi, Ini Assmann, Leon Askin, Mario Brega, Héléne Chanel, Femi Benussi, Tom Felleghy, Nadja Tiller, Anita Ekberg, Adolfo Celli, Riccardo Garrone

Un riche peintre étrangle les femmes qu’il rencontre une fois qu’il leur a fait l’amour. L’époux d’une des victimes demande à un détective d’enquêter. Celui-ci va utiliser sa propre femme pour coincer le meurtrier.

Eclatante distribution pour ce krimi-giallo de Harald Philipp, réalisateur qui était bien meilleur dans les westerns (réalisateurs de plusieurs Winnetou dans les années 1960), il donne à Fabio Testi -dans son premier giallo- un rôle étonnant : celui d’un artiste dérangé qui étrange ses partenaires féminines lorsqu’il fait l’amour avec elles. Parmi les victimes de l’étrangleur, la Française Hélène Chanel et Anita Ekberg tournent aussi leur premier giallo, c’est le second pour Femi Benussi après HOMICIDES PAR VOCATION en 1968. Elles apparaissent dans des scènes de nudité, l’élément érotique étant une constante de plus en plus forte dans les gialli de la fin des années 1960. Mais Anita Ekberg fit préciser qu’une doublure avait été utilisée pour ses scènes.

Femi Benussi, une des reines du giallo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *