browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Robert Redford / Butch Cassidy et le kid (Butch Cassidy and the Sundance kid) / The horse whisperer (L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux)

Posted by on 11 novembre 2016
Robert Redford (né le 18-8-1937) 
Robert Redford se retirera du cinéma après le tournage de THE OLD MAN AND THE GUN

Robert Redford cinérevue mars 70

Robert Redford a annoncé qu’il se retirera du cinéma après le tournage de THE OLD MAN AND THE GUN, de David Lowery, l’histoire vraie d’un braqueur de banques -comme Butch Cassidy qu’il interpréta dans les années 1960- de 78 ans qui n’a toujours pas renoncé à sa passion pour les hold-ups…

Champion d’athlétisme et de base-ball à l’université, Robert Redford commence à travailler dans une exploitation pétrolifère avant de passer un an en Europe à faire de l’autostop et à peindre.

A son retour, il étudie l’Art et débute sur les planches à New York en 1959, et au cinéma avec des petits rôles dès 1962. Il se fait remarquer dans deux films avec Natalie Wood, DAISY CLOVER et PROPRIETE INTERDITE, en 1966.

Willie Boy (Robert Redford)Son premier rôle marquant est PIEDS NUS DANS LE PARC avec Jane Fonda. Mais il va refuser des rôles, dont LE LAUREAT, ce qui compromet sa carrière, c’est alors que Paul Newman le veut pour jouer avec lui en co-vedette de Butch Cassidy et le kid, en 1969.
Il obtient le rôle, après la défection successive de Steve McQueen, Marlon Brando et Warren Beatty.
Le méga-succès de ce western fait de Redford une énorme star, et chaque film en tandem avec Newman a à chaque fois fait exploser sa popularité, tellement les deux acteurs sont complémentaires.
En 1974, 75 et 76, il bat des records de popularité et devient le concurrent d’acteurs tels que Charles Bronson ou Clint Eastwood.

dessin de Didgiv

L’ARNAQUE – dessin de Didgiv

L’année 69 a été celle d’un deuxième western original, Willie Boy, dans le rôle d’un shérif traquant un Indien Païoute : Redford refuse d’interpréter l’Indien, considérant que les Indiens doivent être joués par des Indiens… et prend donc le rôle du shérif, qui découvre, en menant son enquête, les coutumes indiennes.
Dans ces deux westerns, Redford donne la réplique à la comédienne Katharine Ross, dont le personnage dans Willie Boy connait un sort tragique.

A partir de cette année 69, Redford, devenu une grande vedette, a pu choisir librement ses films, comme Jeremiah Johnson, son 3e western, incarnant un trappeur ermite qui fuit la société et se réfugie dans les montagnes Rocheuses, il va affronter les durs éléments naturels, les plus dangereux étant l’homme, en l’occurrence les Indiens qui, offusqués qu’il ait profané un de leurs cimetières, tuent sa femme Crow et son fils adoptif.

avec Lauren Hutton (cinerevue 1978)

Robert Reford-- cinerevue janvier 1979

Le cavalier électrique

Jane Fonda, Robert Redford
LE CAVALIER ELECTRIQUE

Enfin Le cavalier électrique en 1979 de Sydney Pollack (qui avait réalisé Willie Boy et Jeremiah Johnson), est une sorte de western moderne, dans lequel il a encore un rôle de solitaire, celui d’un ancien champion de rodéo qui devient le modèle d’une marque de céréales, habillé d’un costume avec des ampoules électriques ; le jour où il découvre que Rising Star, le cheval destiné à son show a été drogué, il l’emmène pour le remettre en liberté, il devient alors un voleur. Une journaliste (Jane Fonda) s’intéresse à lui…
Redford a aussi joué dans des séries western comme The Deputy (59), Le Virginien.

On doit à Redford réalisateur Et au milieu coule une rivière en 1992, dont l’action se situe au début du 20e s. au Montana, tout comme L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux en 1998. Et la série historique The American West (2016).

Autres films :
L’ARNAQUE (1973) avec Paul Newman

Il était envisagé pour jouer le rôle du prêcheur de Red headed stranger (1986), mais Willie Nelson (producteur) tint à le jouer lui-même.

Cheval. Comme BB, Robert Redford se bat contre le massacre des chevaux. « Le massacre des chevaux n’a pas de place dans notre culture » dit-il

Robert Redford-

cinerevue 1978

 (cinerevue janvier 1980)

Le cavalier électrique

un des plus beaux couple du cinéma : Redford et Natalie Wood dans PROPRIETE INTERDITE


Butch Cassidy et le kid (Butch Cassidy and the Sundance kid) De George Roy Hill (1968-69) *****
20th Century Fox

Scénario : William Goldman et George Roy Hill
Musique : Burt Bacharach. Chanson Raindrops keep falling on my head interprétée par B.J. Thomas
Photo : Conrad L. Hall
Durée : 110 mn

Avec Paul Newman : Butch Cassidy
Robert Redford : Sundance Kid
Katharine Ross : Etta Place
Strother Martin : Percy Place
Henry Jones : le vendeur de bicyclettes
Jeff Corey : le sheriff Bledsoe
Cloris Leachman : Agnès
Ted Cassidy : Harvey Logan
Kenneth Mars : le marshall
Sam Elliott : un joueur de cartes
Claude Akins : un employé de banque
Et Richard Farnsworth (cascades)

dessin de Didgiv

dessin de Didgiv

Pilleurs de banques, Butch Cassidy et le Sundance Kid sillonnent l’Amérique du début du XXè s. Ils viennent d’attaquer avec leur bande à deux reprises un train en faisant sauter un wagon rempli d’or. Mais ils sont surpris par une patrouille et ont juste le temps de prendre la fuite.
Après avoir semé leurs poursuivants, ils trouvent refuge chez l’institutrice Etta Place, amie du Kid… L’agence de détectives Pinkerton est embauchée par l’Union Pacific pour mettre un terme à leurs agissements. Les deux compères décident de se faire oublier en Bolivie…

dessin de Didgiv

Ce sont les canailles les plus sympathiqes du 7è Art ! Robert Redford est propulsé avec ce film en 1970 au rang de superstar, Newman, habitué jusqu’ici aux rôles de solitaires endurcis, apporte une note d’humour dans son personnage, qui va déterminer de nouveaux angles dans sa carrière, sa complicité avec Robert Redford offre des moments magiques et uniques.

Paul Newman, Katharine Ross

C’est une belle balade nostalgique et poétique avec de nombreuses pauses humoristiques et pleine de tendresse ; il y a aussi de belles scènes d’action, au début ou le final époustouflant et tragique.
Le tandem efficace Redford/Newman, le joli visage de Katharine Ross et le refrain musical de Burt Bacharach, avec la chanson Raindrops keep fallin’ on my head de Bacharach et le parolier Hal David (qui reçut pour cette balade un Oscar, tout comme le directeur de la photographie, le scénario et la musique), gravée dans les mémoires, y sont pour beaucoup. La chanson fut le grand tube de début 1970 aux USA et le film un énorme succès critique et public. Unique western de George Roy Hill.
Seul hic, la vérité n’est pas toujours respectée : Sundance Kid survécut et ouvrit une usine de machines à calculer aux Etats-Unis… La fin aussi : seuls deux soldats et quelques policiers ont piégé les deux bandits, alors qu’ils sont beaucoup plus nombreux dans le film.

Un « prequel » de leurs aventures sera tourné en 1979 avec Tom Berenger : Les joyeux débuts de Butch Cassidy et le kid, Katharine Ross reprendra le rôle d’Etta Place dans un téléfilm en 1976 (Wanted : the sundance woman) et Elizabeth Montgomery la jouera aussi dans un autre téléfilm, La femme du Kid (1974).
George Roy Hill réunira à nouveau Newman et Redford dans L’ARNAQUE en 1973… nouveau chef d’oeuvre où ils montrent leur formidable complicité.

♣ Casting. Les producteurs pensaient au départ à Dustin Hoffman ou Marlon Brando pour jouer le rôle de Butch, et à Steve McQueen puis Warren Beatty pour celui de Sundance. Paul Newman, qui était à l’origine du projet, préféra pousser un débutant qui deviendra une star grâce au film : Robert Redford.

♦ La chanson et l’une des plus belles scènes du film :


The horse whisperer (L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux)
de Robert Redford (1998) **** 

Marquée par un accident qui coûta la vie à sa meilleure amie et causa d’irréparables lésions à son cheval, une jeune fille vit repliée sur elle-même. Sa mère se lance à la recherche d’un dompteur de chevaux capable de guérir l’animal de sa peur…

Avec Robert Redford, Kristin Scott Thomas, Sam Neill, Scarlett Johansson, Dianne West, Chris Cooper, Jeanette Nolan…

Adapté du magnifique roman de Nicholas Evans, ce film -5e réalisation de Redford- fut un énorme succès, engrengeant plus de 186 millions de dollars de recettes internationales.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *