browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

New York 1997 (Escape from New York) / The Thing

Posted by on 3 janvier 2015

New York 1997
Anglo-américain de John Carpenter (1981) **** 


1997. La navette présidentielle fait un crash dans Manhattan, qui est une immense prison fortifiée. Un voleur de banque a 24 heures pour retrouvrer et libérer le Président captif d’une bande.
Avec Kurt Russell, Lee Van Cleef, Ernest Borgnine, Donald Pleasance, Isaac Hayes, Harry Dean Stanton, Jamie Lee Curtis (voix).

Le cinéma d’anticipation avec un grand A. NEW YORK 1997 fut un gros succès de l’année 1981 : 25 millions de dollars de recettes pour un budget de 6 millions. John Carpenter réalise un film avec un suspense à couper le souffle et une atmosphère glauque et oppressante, s’inspirant d’un roman de Harry Harrison. Il imagine un New York futuriste (quelques années seulement après l’année de réalisation du film) où le crime aurait augmenté de 400%, et où Manhattan serait devenue une vaste prison surpeuplée et fortifiée à ciel ouvert, où les bandes seraient livrées à elles-mêmes, un Mad Max urbain en quelque sorte ! Interprétation sans faille de Kurt Russell, super-héros borgne tout en muscles, lancé à la rescousse d’un Président couard joué par le talentueux Donald Pleasance (l’évadé aveugle de LA GRANDE EVASION).
Métaphore de la délinquance qui explose alors dans les grandes villes américaines, ce chef d’œuvre est devenu culte, le génie de la caméra Carpenter -qui signe aussi la musique- livre un western ultra-moderne violent et futuriste décrivant un univers clos rempli de délinquants/guerriers humains. Carpenter est un fan de westerns (de nombreux seconds rôles du film sont des habitués du genre) : son ASSAUT de 1976 était une variante moderne de RIO BRAVO… et déjà un reflet d’un monde urbain dominé par l’anarchie.
La Fox a racheté les droits de licence du film et prévoit un remake dans les années prochaines.

NY97


The thing
de John Carpenter (1982) *** 


Musique : Ennio Morricone

Les membres d’une expédition américaine en Antarctique ramènent au centre une créature répugnante gisant dans la glace et le cadavre gelé d’un chien. Le chien se transforme en monstre horrible avant d’être brûlé au lance-flammes par MacReady. Les membres de l’équipe disparaissent les uns après les autres, victime de cette « Chose » venue d’une autre planète…

Avec Kurt Russell, Wilford Brimley, T.K. Carter, Keith David, Richard Masur, Donald Moffat.

The Thing, c’est un peu Alien en Antarctique, un huis-clos oppressant, premier de la trilogie de l’Apocalypse de Carpenter, avec PRINCE DES TENEBRES et L’ANTRE DE LA FOLIE. L’originalité ici est la façon qu’à l’extraterrestre de prendre l’apparence de celui qu’il a mangé et digéré : ‘Je suis qui je mange’. Le décor glauque et blanc, l’univers glacé dans un blizzard permanent –tout fut tourné dans des studios réfrigérés- donne aussi au film une atmosphère angoissante. L’histoire est adaptée de La bête d’un autre monde, de John Campbell, et le remake de LA CHOSE d’UN AUTRE MONDE de Christian Niby et Howard Hawks, réalisé en 1951, avec James Arness. Et remake canado-américain en 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *