browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Mylène Demongeot/La case de l’Oncle Tom

Posted by on 29 septembre 2020

Née un 29 septembre…
Mylène Demongeot
(Marielle Demongeot) (Mylene Demongeot) (Mylène-Demongeot) ( Myléne Demongeot)
(Née à Nice en 1936)

Cine revue 1967

Révélée par LES SORCIERES DE SALEM en 1957, mariée à Marc Simenon, fils de l’écrivain et réalisateur, la blonde Mylène Demongeot a aussi produit une comédie, SIGNE FURAX en 1981 avec Pierre Tchernia. C’est un des grands sex-symbols européens des années 50-60, son premier rôle en vedette est dans SOIS BELLE ET TAIS-TOI en 1958, puis elle donne la réplique à David Niven, Alain Delon, Steve Reeves, Roger Moore.
Sa notoriété grandit avec le rôle de Milday dans LES TROIS MOUSQUETAIRES en 1961 et la trilogie des FANTOMAS en 1964-65-67…

Mylène Demongeot -

Cine revue mars 1970

Deux westerns à son actif : Le cavalier noir (1961) -un western avec des voitures- et La case de l’oncle Tom (1965), signalons aussi une série western en 1996, Chercheurs d’or et La piste du télégraphe, en 1994, un scénario digne d’un western (tourné en Ukraine) : les aventures d’une femme suivant à pied la ligne du télégraphe entre New York et le Détroit de Béring en 1927.
Elle est une prostituée dans PAR LE SANG DES AUTRES (1974), puis gagne en grade : maîtresse de bordel dans FLICS DE CHOC (83).
Elle vient de jouer en vedette dans 3 MARIAGES ET UN COUP DE FOUDRE, un téléfilm avec Héléna Noguerra.

Mylène Demongeot

Cine revue 1966

Mylène Demongeot – Cine revue 1966

Mylène Demongeot

Cine revue mai 1970

Mylène Demongeot

Cine revue juin 1971

Mylène Demongeot

cinerevue 1979

Mylène Demongeot

 Cine revue 1973

Mylène Demongeot

Festival 1958

Mylene Demongeot

1977 – cinerevue

Mylène Demongeot♥ Dans MES MONSTRES SACRES (Flammarion), Mylène Demongeot évoque des souvenirs de célébrités masculines qu’elle a connues : Jean Gabin, Omar Sharif, qui lui faisait, en vain, la cour, Alain Delon, Joe Dassin, Dirk Bogarde, Michel Serrault, Cary Grant, Otto Preminger, Bebel, David Niven, George Stevens, George Lautner, Depardieu, Johnny Hallyday… et d’autres.
De courts chapitres sur chaque célébrité écrits dans un style direct avec de savoureuses anecdotes.

♥ J’ai rencontré Mylène Demongeot à la fête des livres de Nice en juin 2015. Nous avons parlé du Cavalier noir, et elle m’a dédicacé quelques photos et un portrait que j’ai fait d’elle, aux feutres. C’est pour moi une des plus grandes actrices françaises des années 1960-70… comme Brigitte Bardot ou Michèle Mercier.
Je me souviendrai de sa gentillesse, de sa sincérité et de son franc-parler.

Mylène Demongeot par Didgiv

Mylène Demongeot


La case de l’Oncle Tom (Onkel Toms Hütte) (La capanna dello zio Tom)
Franco-italo-germano-yougoslave de Géza von Radvanyi (1965)


Kentucky, avant la guerre de Sécession, un propriétaire de plantation maltraite ses esclaves qui se révoltent.

Avec
John Kitzmiller, Mylène Demongeot, Herbert Lom, Olive Moorefield, O.W. Fischer, Catana Cayetano, Michaela May, Charles Fawcett, Juliette Gréco, Eleonora Rossi Drago, Jeffrey Hunter (voix off version anglaise), Eartha Kitt.

♦ Adaptation européenne du roman de Harriet Beecher-Stowe. Alors qu’on reconnaît sa voix dans une scène où elle chante, Juliette Gréco a été doublée pour les dialogues par une autre comédienne dans la version française.
Version au montage remaniée par Al Adamson réduite à 90 minutes sortie aux USA en 1976 pour surfer sur la « blacksploitation ».

♣ Après l’édition de l’album original allemand de 1965, VO ensuite éditée dans plusieurs pays, dont un vinyle américain en 68, titrée Uncle Tom’s Cabin mettant en avant les noms de Juliette Gréco, Eartha Kitt et George Goodman.

♥ Dans ses mémoires, Mylène Demongeot se souvient :
« Me voici partie en Yougoslavie, à Belgrade ou àLjubljana, je ne me rappelle plus, tourner sous la direction de Géza von Radvanyi La Case de l’oncle Tom. Je m’ennuie comme un rat mort là-bas. Heureusement que sur le plateau d’à côté il y a Omar Sharif qui devient mon flirt attitré ».

♠ Dénonçant l’esclavage aux USA, le film a évidemment été acclamé dans la Russie soviétique des années 1960 (tout comme de nombreux westerns « rouges » défendaient à cette époque la cause des Indiens d’Amérique), le réalisateur étant nommé pour le « Grand Prix du Festival international du film de Moscou » en 1965.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *