browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Joel McCrea / Coups de feu dans la Sierra (Ride the high country) / Le shérif aux mains rouges (Gunfight at Dodge City) / Le juge Thorne fait sa loi (Stranger on horseback)

Posted by on 17 août 2013

JOEL McCREA (5-11-1905/20-10-1990)

Grande star du western, l’éclectique Joel McCrea a commencé sa carrière juste avec l’arrivée du parlant, en 1927, et a interprété aussi bien les aventuriers, bandits ou justiciers, que les jeune premiers, dans des drames, comédies ou films d’action, tout au long des années 30 à 50.

dessin de Didgiv

D’abord à la RKO, il passe ensuite à la Paramount, où il va enchaîner les westerns les uns après les autres, devenant une figure incontournable du genre dans les années 40-50, il aura régulièrement des rôles de justiciers, comme Randolph Scott, et de « nettoyeurs » (l’homme qui arrive dans une cité et nettoie sa vermine, il tombe souvent amoureux d’une beauté locale et se trouve des alliés, ou alors mène le combat seul).

S’il est resté dans l’ombre des Randolph Scott, Robert Taylor et Gary Cooper, c’est qu’il n’a pas vraiment souvent travaillé avec des cinéastes importants, plutôt des réalisateurs de séries B, mais sa seule présence même dans des films, même peu ambitieux, suffisait à rendre crédible une histoire…
Il débute dans le genre avec un Otto Brower, Scarlet River (1933) puis c’est Ville sans loi (1935) avec Miriam Hopkins, Le vandale (Come and get it) (1936) de Howard Hawks et William Wyler avec Frances Farmer… Puis, il est en vedette d’Une nation en marche (1937), l’histoire de la Wells Fargo, compagnie de diligences.
En 1939, une autre superproduction, Pacific express de Cecil B. DeMille va donner un tournant à sa carrière. Il a le rôle principal et ce western est un énorme succès.

Il va enchaîner de plus en plus de westerns, devenant une star cotée du genre : il incarne la légende de l’Ouest Buffalo Bill dans la version de 44 de Wellman, avec la magnifique Linda Darnell en Indienne.
Puis McCrea est dans Le traître du Far-West (46), un remake du Virginien, Femme de feu (Ramrod) (1947) et Four faces West (1948).

Dans Les chevaliers du Texas (49) de Ray Enright, il incarne un sudiste qui voit son ranch détruit et devient hors-la-loi, se lançant dans le trafic d’armes… avec la belle Alexis Smith !

Toujours en 1949, dans La fille du désert, de Raoul Walsh, il est un hors-la-loi qui s’évade de prison et rejoint d’anciens compères pour monter un coup…
Le convoi maudit (1950) évoque le thème du transport de l’or, suivent en 1950 Stars in my crown de Jacques Tourneur, où il est un pasteur, vétéran de la guerre de Sécession, qui se fait la parole du Christ, Saddle tramp de Hugo Fregonese, et enfin La femme sans loi (Frenchie) (1950) avec Shelley Winters.
L’enfant du désert (Cattle drive) (1951), La madone du désir (La belle de San Francisco) en 52, puis deux George Sgerman : The lone hand (53) et Les rebelles (54) avec Yvonne De Carlo…
Black horse canyon (54) avec Mari Blanchard.

Le juge Thorne fait sa loi (Stranger on horseback) de Jacques Tourneur (55) qui le dirige aussi dans Un jeu risqué (Wichita) (55) où il joue Wyatt Earp ; Attaque à l’aube (56) de Byron Haskin ; Fureur sur l’Oklahoma (57) de Francis D. Lyon avec Brad Dexter ; Femme d’Apache (57) de Charles Marquis Warren avec Barbara Stanwyck ; Violence dans la vallée (57) de Thomas Carr avec Virginia Mayo ; Gunsight Ridge (57) de Francis D, Lyon… Cattle empire (1958)…

Dans Fort Massacre (58), un de ses meilleurs rôles, McCrea est le Sergent Vinson, qui a une haine aveugle des Apaches depuis que sa famille a été massacrée par des Indiens, c’est un rôle de militaire cruel, un des rares personnages entièrement négatifs que McCrea ait tournés dans un western ; il retrouve un rôle de nettoyeur, comme il les affectionne, dans Le shérif aux mains rouges (59) avec Julie Adams : celui d’un homme qui devient shérif dans une bourgade et affronte la vermine locale.

C’est alors que Joel McCrea est la vedette d’une série TV, avec son propre fils, Jody : Wichita town en 1960, il y joue le marshal Dunbar, inspiré bien sûr de Un jeu risqué (Wichita) (1955) dans lequel il campait Wyatt Earp.

… Et il va jouer dans ce que beaucoup considèrent être son meilleur western : Coups de feu dans la sierra de Peckinpah, en 1962. Il trouve un de ses meilleurs rôles en incarnant, dans un jeu tout en nuances, le vieux copain de Randolph Scott avec qui il va mener un convoi d’or… des péripéties les attendent !

Il se fera plus rare dans les années 60 et 70, avec The young rounders (66), Sioux nation (70), Le dernier des Apaches (70), réalisé par son fils Jody. Dans son dernier film, Mustang country (76), McRea est une célébrité des rodéos dont la route croise celle d’un garçon orphelin amérindien, alors qu’il chasse un cheval sauvage.

Buffalo Bill

Joel McCrea

Fort Massacre


Coups de feu dans la Sierra (Ride the high country) (Guns in the afternoon) De Sam Peckinpah (1962) ****

Scénario : N.B. Stone Jr.
Photo : Lucien Ballard-Musique : George Bassmann
Durée : 1h30

Avec Randolph Scott : Gil Westrum
Joel McCrea : Steve Judd
Mariette Hartley : Elsa Knudsen
Ronald Starr : Heck Longtree
Edgar Buchanan : juge Tolliver
R.G. Armstrong : Joshua Knudsen
James Dury : Billy Hammond
Et Jennie Jackson, L.Q. Jones, John Anderson, Warren Oates.

Steve, un shérif jadis redouté et sans ressource, accepte de transporter une chargement d’or venant de la mine de Coarse Gold. Il s’adjoint de deux aides, Gil, un vieil ami et Heck, un jeune aventurier. Sur la route, ils font la connaissance d’Elsa Knudsen, une jeune fille qui quitte son père et qui va épouser à la mine Billy Hammond, elle les rejoint.
Une nuit, Gil décide de partir avec Elsa et Heck et de s’emparer de l’or, Steve les surprend et les fait prisonnier. Au filon d’or, Elsa découvre, après s’être mariée, que Billy et ses frères ne sont que des pillards.

Très belles images signées Lucien Ballard pour ce 2e western de Peckinpah, à la fois classique et crépusculaire, baroque aussi (il y a plus de Chinois que d’Indiens et des chameaux font office de cheval)… Peckinpah ressort un des grands thèmes puisés dans le Far West, le transport de l’or, et choisit deux gloires déjà vieillissantes, McCrea et Scott, pour livrer sa vision mélancolique du vieil Ouest.

Sam Peckinpah (dessin de didgiv)

Sam Peckinpah (dessin de didgiv)

L’histoire montre l’opposition entre Randolph Scott et Joel McCrea, qui ont au départ un but commun -ce qui fait penser au tandem Burt Lancaster/Gary Cooper de Vera Cruz. La mort de McCrea symbolise celle du vieil Ouest et de valeurs perdues (loyauté, amitié…).

Il y a aussi le thème fordien des fausses apparences, qui peut s’appliquer à chaque personnage -sauf McCrea- : celui par exemple dont la fille croit qu’il est un mari idéal (James Drury, excellent), en fait un voyou ; et aussi le thème de l’or/argent, qui détruit ici une amitié, ou qui attire les chercheurs d’or cupides et aventuriers.

La violence qui explosera plus tard dans les films du cinéaste (La horde sauvage) est implicite. C’est, avec Alamo, un des derniers grands westerns classiques, un pur chef d’oeuvre.

 


Le shérif aux mains rouges (Gunfight at Dodge City)

De Joseph M. Newman (1959) **

Masterson, un joueur professionnel (Joel McCrea) entreprend de nettoyer une ville de sa vermine et de châtier l’assassin de son frère, qui était shérif.

Et avec : Nancy Gates, Julie Adams, Richard Anderson, Don Haggerty, John McIntire, Jim Westerfield, Walter Coy, Harry Lauter, Mauritz Hugo, Abdullah Abbas, Gregg Barton, Timothy Carey, John Mitchum, Cap Somers…

Western psychologique -avec quelques belles scènes d’action aussi- dont le sujet est la rivalité entre deux shérifs en période d’élection. Le thème du « nettoyeur » -justicier qui nettoie une ville de sa vermine- est un thème récurrent du western, depuis Les conquérants (1939) avec Errol Flynn, il a été ensuite abordé dans des films comme San Antonio (1945) avec Flynn encore, L’homme au fusil (avec Mitchum), Le nettoyeur (1954) avec Audie Murphy, dans plusieurs westerns avec Clint Eastwood…

… Et aussi Un jeu risqué (1955), avec McCrea dans le rôle de Wyatt Earp, les deux scénarios présentent de nombreuses ressemblances d’ailleurs. Ce sont en général des westerns urbains (comme Rio Bravo), dont sont absents les magnifiques paysages qui constituent le décor habituel des westerns.
George Montgomery avait interprété le justicier Bat Masterson dans La terreur des sans-loi (1954).

McCrea – dessin de Didgiv


 

Le juge Thorne fait sa loi (Tu seras jugé) (Stranger on horseback)
de Jacques Tourneur (1955) ***

Avec Joel McCrea, Miroslava, Kevin McCarthy, John McIntire, John Carradine, Nancy Gates, Emile Meyer, Walter Baldwin

Un juge apporte un homme soupçonné de meurtre à la justice…

Très bonne série B d’après un roman de Louis L’Amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *