browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

John McCabe (McCabe & Mrs. Miller) / Julie Christie / Warren Beatty

Posted by on 4 décembre 2013

John McCabe (McCabe & Mrs. Miller) (1971) ***

De Robert Altman
D’après un roman de Edmund Naughton
Musique : Leonard Cohen

Avec Warren Beatty : McCabe
Julie Christie : Constance
Rene Auberjonois : Sheehan
William Devane : l’homme de loi
Et Shelley Duvall, Keith Carradine, Linda Sorensen.

Warren Beatty et Julie Christie

En 1902, dans la petite communauté minière de Presbyterian Church, au Nord-Ouest, un ancien truand devenu joueur de poker professionnel ouvre une salle de jeu avec trois prostituées installées sous des toiles de tente. Constance Miller, originaire des bas-fonds londoniens, lui propose une association : elle s’occupera du bordel et lui de la salle de jeu. Il accepte.
McCabe s’enlise dans l’alcool tandis que Constance fréquente la fumerie d’opium des mineurs chinois.
Un trust financier s’intéresse aux terrains miniers et à l’affaire de McCabe et Constance, qui refusent leur proposition ; trois tueurs à gages sont envoyés pour tuer McCabe…

L’auteur du roman, Edmund Naughton, est un journaliste exilé en France pendant 16 ans à cause du McCarthysme. Quatre de ses romans ont été édités dans la Série Noire, John McCabe est inspiré de La Belle Main, paru en 1960. Naughton qualifia son œuvre d’ »anti-western ».

Altman veut au départ avoir Elliot Gould pour le rôle de McCabe, mais la production refuse.
Le film est tourné dans la région de Vancouver au Canada et les prises de vue, fait assez rare, ont suivi le fil de l’histoire. La ville de Presbyterian Church est construite au fur et à mesure que le tournage avance. Des bûcherons coupent le bois des forêts alentours, des charpentiers sont engagés sur place et rejoints par de jeunes Américains émigrés au Canada pour échapper à la guerre du Vietnam, ils font office de figurants.
La production acquiert dans une vente aux enchères un véritable tracteur à vapeur, c’est celui qui amène Mrs Miller et qu’on voit lors de l’incendie de l’église. Warren Beatty demande souvent à Altman de recommencer ses prises. Le réalisateur s’amuse en demandant qu’une scène éprouvante car dans la neige, soit retournée 25 fois !
La musique de Leonard Cohen inspirera les compositeurs de celle de KEOMA (1976) de l’Italien Enzo G. Catsellari.

Au final, le film, un western pessimiste et désenchanté, « révisionniste » pour certains, et plutôt réfrigérant, est un échec et est considéré depuis comme une œuvre mineure, malgré la nomination de meilleure actrice qu’a reçue Julie Christie aux Oscars de 1971, et de bonnes critiques en Europe.

(Source : Collection westerns de légende en DVD, éditions Atlas)


Julie Christie (14-4-1941 à Assam, en Inde)

Hippie Christie 

Julie Christie a été l’une des premières incarnations de la femme libérée et indépendante dans les années 60, elle a connu une célébrité internationale grâce au personnage d’héroine romantique qu’elle incarnait dans DOCTEUR JIVAGO de David Lean.

Elle tourne sous la direction de Schlesinger (DARLING), Truffaut (FAHRENHEIT 451), Richard Lester (PETULIA), Joseph Losey (LE MESSAGER) ou encore Altman (NASHVILLE). Elle a failli interpréter le rôle que tient Ursula Andress dans le premier James Bond, Dr NO, mais les critères pour les seins ne correspondaient pas aux mensurations voulues par la production !


Elle joue en 1971 avec Warren Beatty dans le western John McCabe, acteur dont elle été une des plus longues conquêtes. C’est le premier des trois films qu’ils firent ensemble. Elle  a été nominée à l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle de propriétaire de bordel-saloon qu’elle tient dans ce film, une femme originaire des bas-fonds londoniens.
Beatty dira que c’est « 
la plus belle mais aussi la plus nerveuse personne qu’il ait jamais fréquentée ».

Dans les années 80, Julie Christie retournera en Angleterre et deviendra la Jane Fonda british, militant pour plusieurs causes dont les droits des animaux et le désarmement nucléaire.

 

Julie Christie by klk68

Julie Christie by klk68

Julie Christie by Didgiv 

DON’T LOOK NOW


Warren Beatty (30-3-1937)

Warren Beatty

 

Une rumeur dit à Hollywood que l’acteur et réalisateur Warren Beatty aurait eu plus de 12 000 conquêtes, parmi lesquelles Vivien Leigh, Natalie Wood, Madonna, Brigitte Bardot, Liz Taylor, Isabelle Adjani !

Si le chiffre parait fantaisiste, Warren Beatty a la réputation, comme Errol Flynn, d’avoir été eu de nombreuses conquêtes, la plupart ses partenaires à l’écran.
Le frère de Shirley MacLaine a été révélé en 1961 par Elia Kazan avec LA FIEVRE DANS LE SANG. Tout le monde se souvient aussi de BONNIE AND CLYDE et du duo épatant qu’il formait avec Faye Dunaway, symbole de toute une génération.

En 1971, il écrit le scénario de JOHN McCABE, un western désenchanté et poétique de Robert Altman, dans lequel il incarne un ancien truand devenu joueur professionnel, et qui ouvre une salle de jeu dans une petite ville minière, avec sa maîtresse, venue des bas-fonds londoniens, jouée par Julie Christie (une autre de ses conquêtes).
Le tournage se déroulait à Vancouver, et Beatty exigeait d’Altman qui prenne de nombreuses prises de vue, pour l’embêter, le réalisateur lui imposa de retourner 25 fois une scène éprouvante, car dans la neige.
C’est son seul western, et un échec au box-office, malgré de bonnes critiques en Europe et le musique prenante de Leonard Cohen.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *