browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Elsa Martinelli / Perversion story / L’Histoire de Belle Starr (Il mio corpo per un poker)

Posted by on 13 juillet 2017

Elsa Martinelli (30 janvier 1935-8 juillet 2017)

 

Elsa fait la couv de Cinémonde en mai 65…

En 1955, pour son premier film en tant que producteur, le western La rivière de nos amours, Kirk Douglas cherche une jolie Indienne et la trouve en la personne de l’Italienne Elsa Martinelli…

Kirk Douglas, Elsa MartinelliIl avait remarqué son joli visage à la Une d’un magazine.
« J’ai tourné ce film pour changer l’image des Indiens mais aussi pour plonger Elsa Martinelli toute nue dans un bain », dira le réalisateur André de Toth ! (LOL).

Elsa Martinelli, Marcello Mastroianni (La 10e victime)

Elsa Martinelli

(cinérevue 25 oct.66)

Elsa Martinelli (de son vrai nom Elsa Tia) s’est depuis partagée entre la France, l’Italie et les Etats-Unis, pour des films d’aventures, d’espionnage et des comédies chaque fois très divertissants comme MANUEL (1957), LE CAPITAN (1960), LA FABULEUSE AVENTURE DE MARCO POLO (1965), LE PLUS VIEUX METIER DU MONDE (1967), LES CHEMINS DE KATMANDOU (1969), le giallo PERVERSION STORY (69)  ou encore OSS 117 PREND DES VACANCES (69). Des drames sentimentaux comme L’INASSOUVIE aussi, film de Dino Risi (1960), où elle partageait l’affiche avec Mylène Demongeot.

heureux guépard ! (Hatari)

Dans HATARI (1962) d’Howard Hawks, elle interprétait une photographe italienne qui recueille des éléphanteaux et conquiert le coeur d’un John Wayne bourru. Le même année, elle donnait la réplique à Charlton Heston dans LE PIGEON QUI SAUVA ROME. Et à Robert Mitchum, l’année suivante, dans MASSACRE POUR UN FAUVE.

(mars 68 cinérevue)


Elsa Martinelli était aussi la vedette d’un second western (italien) en 1968, Il mio corpo per un poker (The Belle Starr Story), où elle incarnait la célèbre reine des bandits, amie de Jesse James, Belle Starr. Elle y chantait No Time for love.

Gialli :
PERVERSION STORY (1969) de Lucio Fulci

Elsa Martinelli

(janvier 69 Ciné revue)

Elsa Martinelli

(sept.69 cinérevue)

Elsa Martinelli

(1971 – Ciné revue)

Elsa Martinelli mars 1974

Elsa Martinelli

(cinerevue 1976)

Elsa Martinelli

Frou Frou : rare !

avec Marisa Mell dans PERVERSION STORY

Elsa Martinelli en vacances (cine revue aout 1976)

Elsa Martinelli by Didgiv

(cinerevue 1978)

Elsa Martinelli

par Angelo Frontoni (cinerevue 1976)

 

(cinerevue 1978)

Elsa Martinelli -

(cinerevue 1979)

Hatari

Elsa Martinelli

(cinerevue august 1979)

Belle Starr Story

 

 

Elsa Martinelli par Didgiv

LA NOTTE BRAVA (1959) :


THE BELLE STARR STORY (en entier) :

INETRVIEW : De l’amour

 

Et mourir de plaisir (1960)

 

 

 

 

 

 


Perversion story (Una sull’altra) (Una historia perversa) (La machination)
Italo-franco-espagnol de Lucio Fulci (1969) *** 

La femme d’un médecin, en mauvaise santé, est tuée. Il entretenait une liaison avec une photographe et se retrouve soupçonné du meurtre. Il rencontre une strip-teaseuse qui est le sosie de sa défunte épouse, mais elle est blonde et a les yeux verts, alors que sa femme avait les yeux marron et était brune…

Avec Jean Sorel, Marisa Mell, Elsa Martinelli, Alberto de Mendoza, John Ireland, Ricardo Cucciola, Bill Vanders, Franco Balducci, Giuseppe Addobati, Jesus Puente, George Rigaud, Jean Sobieski, Faith Domergue, Malisa Longo

Distribution internationale éclatante  pour cette histoire de machination diabolique, avec une paire d’as sexy : l’Italienne Elsa Martinelli et l’Autrichienne Marisa Mell, qui font toutes deux leur entrée au pays du giallo. Etonnante métamorphose de Marisa Mell dans un double rôle d’épouse asthmatique délaissée et de strip-teaseuse femme fatale, qui peut faire penser au personnage joué par Kim Novak dans le SUEURS FROIDES d’Hitchcock. Tourné dans San Francisco en pleine époque hippie, un zeste de violence, et d’érotisme (avec un strip-tease très chaud sur une moto) pour ce thriller policier hot et haletant qui demeure une référence du genre.
Un des titres en français est LA MACHINATION, à ne pas confondre avec le même titre d’un film différent avec Marisa Mell et Léa Massari, sorti la même année.

Les strip-tease sur la moto de Marisa Mell :

Image associée


L’Histoire de Belle Starr (Il mio corpo per un poker) (The Belle star story) (The Belle Starr story)
Italien de Piero Cristofani et Lina Wertmüller (1968) ***

Les péripéties de la femme bandit Belle Starr (Elsa Martinelli) et de son amant et compère Larry Blackie (George Eastman).

Et avec Robert Woods, Francesca Righini, Bruno Piergentili, Vladimir Medar, Eugene Walter

Découverte par Kirk Douglas, dans le western américain La rivière de nos amours, où elle jouait une Indienne, l’Italienne Elsa Martinelli incarne cette fois un cow-boy, la Reine des bandits Belle Starr et chante No time for love, le générique affiche d’entrée de jeu sa belle plastique. Et le titre italien est bien plus accrocheur : mon corps pour un poker…

Le western-spaghetti de cette époque est un genre viril pour ne pas dire macho où il est rare de voir des héroïnes au premier plan. Et c’est le seul western-spaghetti réalisé par une femme. Quelques scènes bien fichues, comme la partie de poker entre Elsa Martinelli, cigare aux lèvres, et George Eastman, où celle où on la voit se baigner, clin d’oeil amusant à La rivière de nos amours. Un fin assez violente clot ce western atypique qui mérite d’être redécouvert.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *