browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Johnny Mack Brown / La ville du diable (Born to the West) (Hell Town)

Posted by on 14 août 2013
Johnny Mack Brown (1-9-1904/14-11-1974)

Roi du serial western des années 40

Johnny Mack Brown, Wallace Beery BILLY THE KID

Comme John Wayne -avec qui il a joué dans La ville du diable-, c’était un grand gaillard (1m85) champion de football dans son université, il signa un contrat avec la MGM en 1926,  commença à jouer dans des films d’aventures et comédies romantiques aux côtés de vedettes comme Jackie Coogan, Norma Shearer, Greta Garbo ou Mary Pickford.

Premier rôle important sous la direction de King Vidor, en 1930, c’est Billy le Kid, film sans musique et avec des intertitres, comme les muets, un succès.

John Wayne – Johnny MackBrown

Son contrat à la MGM étant fini, il peut continuer de jouer dans des westerns pour des petites compagnies comme Mascot ou Supreme Pictures, puis Universal, où il tourne Wild west days en 1937. Il rejoint en 1943 la célèbre firme Monogram, une machine à fabriquer du western en série : il en fera une soixantaine ! Il est le marshal Nevada Jack McKenzie dans la série Rough riders, et se fait bientôt appeler Johnny.

Les personnages qu’il incarne vont tantôt s’appeler Johnny Williams, Johnny Murdock, John, etc.

Il est souvent tout de noir vêtu, avec des gants en cuir, contrairement aux Tom Mix et Gene Autry immaculés de blanc…
Comme d’autres stars cow-boy, il était à cette époque le héros d’un vaste public juvénile, et parmi les dix qui engendraient le plus de recettes entre 1942 et 1950.

Son déclin arriva dès le début des années 50, au même moment que Broncho Billy Anderson (dont le dernier western était d’ailleurs avec Mack Brown ) avec celui des serials : à ne pas confondre avec « séries », ce sont des séries B ou Z ne dépassant rarement une heure, et à petit budget.

Ses westerns :

The vanishing frontier (1932) de Phil Rosen
Fighting with Kit Carson (1933) de Colbert Clark, Armand Schaefer
Ce n’est pas un péché (1934) avec Mae West
The rustlers of red dog (1935) de Lew Lander
Branded a coward (35) de Sam Newfield
Between Men (35) de RN Bradbury
The courageous avenger (35) de RN Bradbury
Valley of the lawless (1936) de Robert N. Bradbury
Desert Phantom (35) de S. Roy Luby
Rogue of the range (1936) de S. Roy Luby
The crooked trail (1936) de S. Roy Luby

Guns in the dark (1937) de Sam Newfield
Trail of vengeance (37) de Sam Newfield
Bar Z bad men (37) de Sam Newfield
A lawman is born (37) de Sam Newfield
Boot hill brigade (37) de Sam Newfield
Lightnin’ Crandall (37) de Sam Newfield
The gambling terror (37) de Sam Newfield
Wild west Days (1937) de Ford Beebe
Une nation en marche (1937) de Frank Lloyd
La ville du Diable avec John Wayne…

Flaming frontier (1938) de Alan James, Ray Taylor
Oklahoma Frontier (1939) de Ford Beebe
The Oregon trail (1939) de Ford Beebe…
7 Ray Taylor en 1940 : Badman from red butte… Boss of Bullion City… West of Carson City… Riders of Paco Basin… Ragtime cowboy Joe… Law and order… Pony Post.

1941 :
Son of roaring Dan... Arizona cyclone
Bury me not on the lone prairie ; Law of the range ; Rawhide rangers ; Man from Montana ; Fighting Bill Fargo

1942 :
Deux nigauds cowboy avec Abbott et Costello… Stagecoach Buckaroo The silver bullet
Boss of hangtown mesaDeep in the heart of Texas
Little Joe the wranglerThe old Chishlom trail

1943 :
Cheyenne round up de Ray Taylor… The ghost ridersRaider of San JoaquinThe stranger from PecosSix gun gospel
The lone star trailOutlaws of stampede pass
The Texas Kid… 1944 : Ghost guns de Lambert Hillyer… Gun smoke (1945) de Howard Bretherton.

En 1945 :
The navajo trail, Strangers from Santa Fe.
Flame of the West.
The lost trail.
Frontier feud.

1947 :
Les vengeurs du Sud de Lambert Hillyer. Valley of fear, Trailing danger, Land of the lawless, Code of the saddle, Flashing guns, Prairie express, Gun talk.

1948
Gunning for Justice de Ray Taylor et Overland trails, Crossed trails, Frontier agent, Black trail, The fighting ranger, The sheriff of Medicine Bow, Hidden danger.

1949
Panique sauvage au Far West/Stampede L. Selander avec Rod Cameron… Law of the West, Trails end, West of El Dorado, Range justice, Western renegades.

1950
Law of the panhandleWest of Wyoming, Over the border, Six gun mesa, Outlaw gold

1951
Colorado Ambush, Man from Sonora, Blazing bulletts, Montana Desperado, Whistling hills, Alerte aux hors-la-loiLe gang du Texas.

1952
Canyon ambush, Texas City, FargoMen from the Black Hills, Dead man ‘s trail.

Derniers westerns de Johnny dans les années 50 : The marshal’s daughter (1953) de William Berke. Puis Le glas du hors-la-Loi (1965), le glas de Mac Brown serait on tenté de dire…

Chasseur de primes de Spencer G. Bennet (1965) qui est le dernier western de Broncho Billy Anderson, autre star du genre dans les années 40.

Il apparait en 58 dans la série Tales of Wells Fargo, dans le rôle d’un shérif, son dernier western est Sur la piste des Apaches (65), il joue un shérif nommé Ben.

Il est mort alors qu’il était devenu vendeur de voitures d’occasion à Las Vegas, en 1974.


La ville du diable (Born to the West) (Hell Town)-De Charles Barton (1937)

Production : Paramount

Scénario : Stuart Anthony, Robert Yost, d’après le roman de Zane Grey (Born to the West).
Photo : J. D. Jennings.
Durée : 59 mn.

Avec  John Wayne : Dare Rudd
Marsha Hunt : Judith Worstall
Johnny Mack Brown : Tom Fillmore
Monte Blue : Bart Hammond
Syd Taylor : Dinkey Hooley
Et John Patterson, James Craig, Art Mix

* Alan Ladd est crédité dans de nombreux génériques (y compris dans des bios sur John Wayne), ce qui serait une erreur à la base dans les informations fournies par la Paramount.

John Wayne, Marsha Hunt

La musique qu’on entend pendant la partie de poker est la même que l’on entend dans le film des Marx Brothers HORSE FEATHERS (1932).
Le cow-boy itinerant Dare Rudd arrive dans une ville du Montana avec son compère Dinkey Hooley, il y retrouve son cousin Tom Fillmore, un grand éleveur de bovins et banquier.
Dare en pince pour la fiancée de ce dernier, Judith, qui soigne Tom qui vient  d’être blessé à la tête. Elle demande à son fiancé de de donner du travail à Dare et à son copain.
Tom lui propose alors de conduire et de vendre une partie de son bétail dans une ville lointaine, une tâche importante dont il est persuadé que Dave n’arrivera pas à venir à bout.

Dare va tout faire pour prouver qu’il est capable de mener à bien cette mission, ce qu’il réussit. Mais les bandits le piègent dans une partie de poker –Dare est accro au jeu- où il perd tout ce qu’il a gagné, leur tricherie est démasquée et l’un d’eux tire sur Tom. Les cousins et Dinkey arrivent à récupérer leur argent et s’enfuient… Fillmore laisse Judith aller vers celui qu’elle aime le plus… Dare.

Ce western est un remake de BORN TO THE WEST (1926) avec Jack Holt.
C’est le seul film à l’époque pour la Paramount de John Wayne, qui était sous contrat avec Universal puis la Republic. Il joue un cow-boy itinérant (stetson blanc), au côté d’une autre grande vedette de westerns, Johnny Mack Brown (stetson noir), qui, quelques années plus tôt, aurait eu le premier rôle.

John Wayne, Johnny MackBrown. Les cartes utilisées dans la partie de poker ont des numéros dans leur coin, ce qui n’était pas le cas des cartes imprimées à l’époque où se situe l’action…

De belles séquences montrent les cow-boys avec le bétail, de belles poursuites à cheval et fusillades dès le début, deux belles scènes d’action ensuite dans le récit (l’attaque nocturne du bétail et la course d’un cheval emballé que monte l’héroïne désemparée) montrent l’efficacité du réalisateur Charles Barton. Syd Taylor est un bon sidekick pour John Wayne, même s’il n’a rien d’un George Hayes.

John Wayne – Johnny MackBrown

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *