browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Carole Lombard / I take this woman

Posted by on 3 octobre 2014

CAROLE LOMBARD (6-10-1908/16-1-1942)

Reine des comédies loufoques 

Carole LombardDécouverte par Allan Dwan, celle qui allait devenir la deuxième femme de Clark Gable et connaitre une fin tragique, dans un crash d’avion alors qu’elle distribuait des bons de guerre, est connue pour ses « screwball comedy » -comédies loufoques et joyeuses-, elle-même étant réputée pour être pleine d’humour et de fougue. Elle pouvait avoir un côté frêle et fragile aussi bien que ‘femme fatale’ séduisante et glamour.

Cette très belle blonde au teint de porcelaine et aux yeux clairs a commencé à la fin du muet dans des westerns avec Buck Jones : trois westerns en 1925, Durand and the bad lambs, Gold and the girl et Hearts and spur de W.S. Van Dyke.

1930 : The Arizona kid avec Warner Baxter, en bandit au grand cœur qui s’amourache d’une fille de la Cote Est ; puis, elle donne la réplique à Gary Cooper dans I take this woman, comédie sentimentale dans l’univers des cowboys -le rôle était prévu au départ pour Fay Wray-, avant de tourner exclusivement des comédies et des mélodrames.

En 1934, elle connait un triomphe avec la comédie TRAINS DE LUXE de Howard Hawks, et en 1937, elle était une des actrices les mieux payées au monde ; nul doute qu’on aurait continué à la voir dans les grands westerns épiques des années 40, si le destin n’en avait hélas décidé autrement.

♥ Jill Clayburgh interprète Carole Lombard dans GABLE AND LOMBARD en 1976.

Carole Lombard, Clark Gable par Svetliaciok

Citation. « Elle a apporté de la joie à ses proches et à ceux qui la connaissaient en tant qu’actrice. Elle s’est donnée sans compter pour servir son pays. Elle est et restera une star inoubliable à qui nous sommes reconnaissants ». (Franklin D. Roosevelt).

avec William Powell

Carole Lombard-Clark Gable


I take this woman (1931) *

De Marion Gering
Scénario : Vincente Lawrence

Avec
Gary Cooper : Tom McNair
Carole Lombard : Kay Dowling
Helen Ware : la tante Bessie
Lester Vail : Herbert Forrest

Et Clara Bandick, Charles Trowbridge, Syd Syalor.

Kay est une riche et belle héritière, gâtée par son père depuis l’enfance. Celui-ci, furieux de ses écarts, lui propose de choisir un séjour de trois mois dans son ranch du Wyoming et un mariage avec Herbert Forrest, un soupirant un peu niais, Kay choisit le ranch. Elle s’ennuie et  flirte avec un employé du ranch, Tom, qui lui propose de l’épouser.
Elle accepte et son père la déshérite. Pour montrer à son père de quoi elle est capable, elle travaille à rendre habitable la ferme qu’elle partage avec Tom. Quelques mois après, elle décide de réintégrer le domicile paternel. Tom la suit à New York pour la convaincre de ne pas demander le divorce, puis, voyant le luxe dans lequel elle vit, accepte le divorce.
Mais Kay rejoint alors Tom qui s’est fait engager dans un cirque comme cowboy, il refuse de se remettre avec elle. Il fait une chute de cheval et est conduit dans sa remorque. Kay est là, bien décidée maintenant à s’occuper de lui…

Carole Lombard interprète avec subtilité l’héritière fantasque pourrie par l’argent et Gary Cooper le modeste cow-boy aux sentiments sincères. Un duo qui devait être interprété au départ par Cooper et Fay Wray… laquelle se consolera dans les bras de KING KONG en 1933 !

Des critiques assez dures à sa sortie, I TAKE THIS WOMAN est une comédie sentimentale légère qui reste un film mineur dans la carrière de Gary Cooper, il tourne la même année dans HIS WOMAN avec Claudette Colbert.
I TAKE THIS WOMAN est aussi le titre d’un film de 1940 avec Spencer Tracy. L’ossature du scénario –une riche et jeune bourgeoise et un cowboy naïf- est identique à celle que l’on va retrouver dans des comédies sentimentales comme MADAME ET SON COWBOY, petit bijou de comédie western avec Gary Cooper et Merle Oberon tourné quelques années plus tard.  Ou encore en 1943 dans LA FILLE ET SON COWBOY, avec Jean Arthur et John Wayne… mais là, Gary Cooper n’était pas de la partie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *