browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

L’Indien (Flap) (The last warrior) / Claude Akins

Posted by on 10 décembre 2014
CLAUDE AKINS
de Carol Reed (1971) ** 


Le peau-rouge Flapping Eagle (Flap) veut venger les brimades dont sont victimes les Indiens dans les réserves. Il lance une révolte…

Avec Anthony Quinn, Shelley Winters, Claude Akins, Tony Bill, Victor Jory, Don Collier, Victor French, Rodolfo Acosta, Susana Miranda, Athony Caruso, John War Eagle

Film sur un mouvement de révolte d’Indiens, avant les événements de 1973, l’année où Marlon Brando refusa l’Oscar au nom de la défense du peuple des Natifs américains.

Avec la chanson de Kenny Rogers (If nobody loves). Richard Harris fut initialement engagé pour le rôle vedette, et remplacé après le début des premières prises par Anthony Quinn, car en désaccord avec la production. D’origine mexicaine, Quinn, qui jouait les Indiens au début de sa carrière dans les westerns des années 30 et 40, campe un Indien porté sur l’alcool, qui organise une lutte pour l’affirmation des droits des siens.

Anthony Quinn (pyrogravure de Didgiv)

Anthony Quinn, déjà Indien dans les vieux films de Cecil B. DeMille


Calude Akins (25-5-1918 ou 1926/27-1-1994)

 

Avec son allure taurine et pas commode du tout, sa gueule boucanée et ses yeux en lame de couteau, grand, la voix cassée, on lui a souvent collé des silhouettes de canailles perfides et de durs dans nombre de westerns des années 50-60 comme dans Comanche station ou L’Homme au fusil.

Il débute au théâtre à Broadway, en 1951, puis l’année suivante au cinéma avec TANT QU’IL Y AURA DES HOMMES.
Howard Hawks lui donne un coup de pouce en l’enfermant dans sa prison de Rio Bravo en 1958. Il joue Joe Burdette, un des bandits qu’affrontent le shérif John Wayne et son adjoint Dean Martin.

avec Yul Brynner dans Le retour des 7

Son deuxième rôle le plus marquant est celui du chasseur de primes brutal de Comanche station qui veut tuer une femme dont le mari promet une rançon à quiconque la ramènera morte ou vivante. Elle a été libérée des mains des Indiens par Randolph Scott. On leur doit un des plus beaux duels de l’histoire du western.

L’or des pistoléros

1954 : Bitter Creek ; Le raid de Hugo Fregonese
1955 : L’homme au fusil de Richard Wilson
1956 : Johnny Concho de Don McGuire
Collines brûlantes de Stuart Heisler
1957 : Jicop le proscrit
Joe Dakota de Richard Bartlett
1959 : Le géant du grand Nord de Gordon Douglas
1961 : L’homme qui tua Liberty Valance
1964 : La charge de la 8e Brigade de Raoul Walsh
1965 : Sans foi ni loi de Earl Bellamy
1966 : Marqué au fer rouge de Bernard Mc Eveety
Le retour des sept de Burt Kennedy
1967 : Claude Akins s’auto-parodie dans le désastreux Or des pistoléros
1969 : Le plus grand des hold-ups avec Kim Novak
1970 : Un homme nommé Sledge avec James Garner. L’Indien
1971 : Lock, Stock and barrel – Téléfilm de Jerry Thorpe
1991 : The gambler returns : The luck of the draw – Téléfilm

Il a  joué  également dans une pléthore de séries :
Cheyenne, La grande caravane, Zane Grey Theater, Bonanza, The deputy, Le Virginien, Rawhide, Gunsmoke, Au nom de la loi, La grande vallée, Have gun will travel, Laramie. Il joua dans plusieurs épisodes de Tales of Wells Fargo et fut auditionné pour un des rôles principaux de Laredo mais ne joua que dans 5 épisodes.

Enormément apprécié du public américain grâce au shérif Lobo de B.J. and the Bear (1970) et le spin-off The misadventures of sherif Lobo

Il joue un officier primate dans LA BATAILLE DE LA PLANETE DES SINGES (1973)

♥ Claude Akins arrondit les fins de mois avec une publicité…

saison 2 de Bonanza

Colline brulantes en espagnol, en entier :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *