browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

L’étrange incident (The Ox-Bow incident) / Jane Darwell

Posted by on 11 août 2013

L’étrange incident (The Ox-Bow incident)
De William Wellman (1943)***

Production et scénario : Lamar Trotti, d’après le roman de Walter Van Tilburg Clark Photo : Arthur Miller Musique : Cyril J. Mockridge (deux Negro spiritual chantés par Spark : Lonesome Valley et Great Camp Meeting in the Promised Land et le traditionnel Red River Valley) Durée : 1h15 Noir et Blanc-20th Century Fox

Henry Fonda – Dana Andrews

Henry Fonda : Gil Carter ; Dana Andrews : Donald Martin ; Anthony Quinn : Francisco, le Mexicain ; Mary Beth Hughes : Rose Mapen ; Jane Darwell : Ma Grier ; Henry Morgan : Art Crofts ; Henry Davenport : Arthur Davies
Et : George Chandler, Francis Ford, Tom London.

Bridger’s Wells, Nevada, 1885. Deux cowboys, Gil Carter et Art Croft, arrivent dans ce petit village. Une rumeur dit que Kincaid, un fermier a été tué et son bétail volé. Le shérif étant absent, des habitants, sous la houlette du Major Tetley, un officier sudiste à la retraite, organisent une expédition punitive, à laquelle prennent part   Gil et Art. Dans la nuit, ils arrêtent trois suspect, Donald Martin, le « Mexicain » et le « Vieux », Donald, en possession de bêtes appartenant à l’éleveur… Donald affirme qu’il les a achetées mais n’a pas de preuve d’achat. Après un vote au sein du groupe, ils les pendent illico. Plus tard, à l’aube, le shérif est de retour avec une bonne nouvelle : l’éleveur n’a pas été volé ni tué. Mauvaise nouvelle pour les lyncheurs qui réalisent alors qu’ils ont fait une terrible erreur. Les responsables du lynchage organisent cette fois une collecte pour la veuve de l’un des pendus… Gil et Art, qui avaient voté contre l’exécution, se rendent chez la veuve de Donald Martin pour l’aider…

Sur le thème du lynchage et de l’hystérie collective, très peu abordé car le sujet ne passionne guère les foules, un western à petit budget très sombre dénonçant la justice expéditive et les phénomènes de groupe (c’est de la pure psychologie sociale !). Le récit renferme aussi un message contre le fascisme, nous sommes en pleine guerre et c’est aussi un peu une œuvre de propagande, qui montre comment de dangereux personnages peuvent manipuler un groupe… ou des foules, emportées par la peur, la haine ou le racisme (un des pendus, joués par Anthony Quinn, est d’origine mexicaine). On retrouve ce thème précisément dans Johnny Guitare en 1954.

Anthony Quinn, Dana Andrews

Anthony Quinn, Dana Andrews

Le film ne sort qu’en 1945 et reçoit une nomination aux Oscars pour le meilleur film mais est un échec au box-office, même si la critique l’encense (il est depuis devenu culte). Un remake condensé du film sera tourné en 1955 par Gerd Oswald pour le petit écran, avec Robert Wagner.

♥ Le lynchage au cinéma
D’autres réalisateur ont déjà abordé le thème du lynchage au cinéma : Fritz Lang (FURIE) ou Mervyn Le Roy (QUAND LA VILLE GRONDE), le thème du processus de décision au sein d’un groupe est analysé dans un autre film avec Henry Fonda, dans le cas d’un jury qui doit délivrer un verdict, dans le superbe DOUZE HOMMES EN COLERE. Dans les westerns, c’est un thème qu’on retrouvera notamment chez Ted Post, en 1968 (Pendez-les haut et court) avec Clint Eastwood ou chez William Wiard, à la fin -très difficilement supportable- de Tom Horn (1980) et donc aussi Johnny Guitare.


JANE DARWELL (1879-1967)

C’était Ma Joad des RAISINS DE LA COLERE de John Ford (1940), qui lui valut un Oscar et Ma Grier dans le western L’étrange incident (43) de William Wellman, deux compositions inoubliables. «  J’ai joué la mère d’Henry Fonda si souvent que quand nous nous rencontrions, je l’appelais ‘Fils’ et lui ‘Ma’ »… Elle joue les senora ou les femmes pionnières dans ses premiers westerns, puis les grand-mères savoureuses.
Autres westerns avec Jane Darwell :
1913 : At Shiloh ; The cowboy magnate ; War of the cattle range ; The white squaw
1914 : Rose of the Rancho
1930 : Tom Sawyer
1931 : Huckleberry Finn  ; Fighting caravans
1934 : David Harum
1937 : Le dernier négrier
1939 : Le brigand bien-aimé ; Autant en emporte le vent
1940 : L’odyssée des Mormons ; La belle écuyère
1942 : Men of Texas
1946 : La poursuite infernale
1947 : The red stallion
1948 : Le fils du desert
1949 : Le mustang noir
1950 : Le convoi des braves ; Surrender  ; Redwood forest trail
1953 : Le soleil brille pour tout le monde (The Sun Shines Bright) de John Ford
1955 : deux séries : Rintintin – La grande caravane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *