browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Les filles du golden saloon (Les orgies du golden saloon) / Sandra Julien / Chantal Broquet

Posted by on 24 mai 2014

Les filles du golden saloon (Les orgies du golden saloon) (The girls of the golden saloon)
Franco-belge de Gilbert Roussel (1975) * 


Un homme déguisé en femme aide trois filles à s’échapper du bordel le Golden Saloon.

Avec Sandra Julien, Evelyne Scott, Alice Arno, Roger Darton, Gilda Arancio, France Nicolas, Chantal Broquet

Un des plus fameux westerns érotiques parodiques des années 70. Il reprend des scènes de La griffe du coyote (1963) de Mario Caiano

Chantal Broquet -1971-cinerevue

 ————————————–

Sandra Julien (Sandra Jullien) (Sandra Barry) (née le 14 février 1950)

Actrice française d’origine italienne (née Sandra Calaputti à Toulon) élevée par les Soeurs à Cannes, suit les cours du Conservatoire de Nice puis vedette de films érotiques au début des années 70. Des débuts de danseuse et au cinéma dans les films de Jean Rollin. Vue dans le western parodique érotique Les orgies du golden saloon (son dernier film) et dans les films de Max Pécas, poursuit sa carrière au Japon, le hardcore met un terme à sa carrière et elle redevient mannequin, joue dans des comédies comme LE GENDARME ET LES GENDARMETTES et monte sur les planches au théâtre de Marigny.


Caresses sous un kimono (1972)


Chantal Broquet


Actrice du cinéma d’exploitation avec des titres comme JUSTINE DE SADE (1972) ou LES GOURMANDINES et LES GLOUTONNES (1973) où elle croise souvent sa soeur Alice Arno, elle compte deux films d’action à son glorieux palmarès, MACISTE CONTRE LA REINE DES AMAZONES en 1974, signé Jess Franco, et le western parodique Les orgies du golden saloon (Les filles du golden saloon) (1975), elle quitte les circuits cinématographiques dès l’arrivée du hardcore.

cinérevue 1971

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *