browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Peter Lee Lawrence / La malle de San Antonio (Pistolets pour un massacre) (Una pistola per cento bare) (El sabor del Odio)

Posted by on 11 août 2013

Peter Lee Lawrence (21-2-1944/20-4-1974)

CALIBRE 32

Surnommé par une publication Atlas « Le kid de l’eurowestern », l’Allemand Peter Lee Lawrence (Karl Hyrenbach, né en Bavière) dégaine pour la première fois dans Et pour quelques dollars de plus en 1965. Avec son physique de blond dandy séduisant, il se produit dans de nombreux western-spaghettis, plusieurs fois en vedette, des gialli (AMORE E MORTE NEL GIARDINO DEGLI DEI – 1972 et SUR LE FIL DU RASOIR -73) avant d’échouer dans des polars  érotiques et même un Tarzan espagnol.
Une carrière interrompue par une mort précoce, à 29 ans, il avait une tumeur au cerveau.

Peter Lee Lawrence, Sherill Morgan
CALIBRE 32

Ses autres westerns :
UN DOIGT SUR LA GÂCHETTE (1967), il est Billy Le Kid dans L’HOMME QUI A Tué BILLY LE KID (1967), CALIBRE 32 (1967), FURIE AU MISSOURI (67), La malle de San Antonio (68), Qui a tué Fanny Hand ? (68), LES PISTOLETS DE l’OUEST (69), GARRINGO (1969), Quand Satana empoigne le colt (1970), Arriva Sabata ! (1970), DES DOLLARS POUR McGREGOR (70), Les quatre pistoleros de Santa Trinita (1971), Ça VA CHAUFFER, SARTANA REVIENT ! (1971), UN DOLAR DE RECOMPENSA (72), Je signe avec du plomb… Garringo (72).

L’HOMME QUI A TUE BILLY LE KID


La malle de San Antonio (Pistolets pour un massacre) (Una pistola per cento bare) (El sabor del Odio)
Italo-espagnol de Umberto Lenzi  (1968-69) *

Avec Peter Lee Lawrence, John Ireland, Gloria Osuna, Julio Pena, Eduardo Fajardo, Franco Pesce, Raf Baldassare, Piero Lulli, Andrea Scotti, Frank Brana, Paola Natale, Alfponso Rojas…

De retour au ranch familial après la guerre de Sécession, Jim Slade trouve sa famille massacrée. Il traque les quatre assassins.

Une intrigue comme on en a vu invariablement dans des dizaines de western-spaghetti, assaissonée de violence. Vaut le détour pour ses interprètes, l’Allemand Peter Lee Lawrence, star du genre dans les années 60-70, surnommé « le kid de l’Eurowestern », et l’Américain John Ireland. Sorti en France en 1970.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *