browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Burt Lancaster / Valdez is coming / Les tueurs (The killers) / Les professionnels (The professionals)

Posted by on 11 août 2013

Burt Lancaster (2-11-1913/20-10-1994)

Vera Cruz-dessin de Didgiv

Né Burton Stephen Lancaster dans un quartier pauvre de New-York, Burt Lancaster décide de devenir acrobate dans un cirque, on le prend comme trapéziste. Il mène la vie des gens du voyage pendant plusieurs années, un accident à la main l’empêche de poursuivre dans cette voie et il se retrouve à la rue. Burt exerce plusieurs métiers (vendeur, maçon, garçon de café…) avant de s’engager comme GI pendant la guerre dans les campagnes d’Afrique et d’Italie.

Un jour, en allant chercher sa femme, secrétaire d’un producteur de radio, un homme le repère dans l’ascenseur -difficile de passer inaperçu avec ses 1,98 m. et son allure d’athlète !- et lui propose un petit rôle à Broadway, Hal Wallis le remarque et le prend sous contrat. C’est un film noir de Robert Siodmak qui le lance : LES TUEURS (1946). La suite est connue…

dessin de Didgiv

Lancaster est devenu un des plus grands acteurs du XXè s., magnifique et magistral dans les films de guerre, de corsaires comme dans les drames de Visconti ou encore les comédies, les polars. Pour rester libre dans ses choix, comme son ami Kirk Douglas ou encore Charlton Heston, il fonde même sa propre société de production en 1948 avec son agent Harold Hecht. C’est ainsi qu’il a pu réaliser en 1955 son propre western L’Homme du Kentucky, hélas un échec retentissant. « Je n’aime pas la mise en scène, disait-il. Mais il nous arrive à nous comédiens, de vouloir réaliser un film lorsque nous sommes seuls à pouvoir bien raconter une histoire qui nous est chère et que nous ressentons ».

Comme comédien, il affiche en revanche une palette de très beaux westerns, à commencer par La vallée de la vengeance en 1951, puis avec deux films de Robert Aldrich qu’il produit en 1954 : le magnifique Bronco apache, où il campe Massaï, l’Apache rebelle qui refuse de se soumettre aux lois des Blancs, après la reddition de Geronimo. Un des plus beaux westerns de l’histoire du cinéma.

Le deuxième est Vera Cruz, tourné au Mexique. Il joue un mercenaire cynique, que Gary Cooper tue en duel à la fin du film. Puis, un petit western avec Katharine Hepburn, Le faiseur de pluie en 1956. L’année 1957 est celle d’un de ses plus beaux films, Règlement de comptes à OK Corral de John Sturges, il est l’inoubliable Wyatt Earp réglant leurs comptes aux voyoux du clan Clanton, avec l’aide de son ami Doc Holliday (Kirk Douglas), une amitié se noue entre les deux personnages…

Les professionnels avec Claudia Cardinale

En 1959, Lancaster campe Ben, le chef de la fratrie des Zachary, qui subissent les assauts d’Indiens voulant récupérer leur sœur, qui a été élevée chez eux jadis… C’est le sublime Le vent de la plaine de John Huston, que Lancaster produit, un chef d’oeuvre… Il retrouve John Sturges pour le western parodique Sur la piste de la grande caravane (1965).

avec John McIntire (Bronco apache)

L’année suivante, le western « moderne » (car l’action se situe en 1917) Les professionnels, Burt Lancaster interprète Dolworth, l’orfèvre en dynamitage qui avec trois autres mercenaires, part au Mexique libérer la femme d’un milliardaire américain. L’acteur sait choisir des réalisateurs efficaces qui font mouche à tous les coups : ici, c’est le talentueux Richard Brooks…

En 1968, humour, action et violence au menu des Chasseurs de scalps, excellent divertissement signé Sydney Pollack ; Lancaster est cette fois un trappeur qui échange ses fourrures contre un esclave noir avant de se lancer à la poursuite de redoutables chasseurs de scalps.

Dans Valdez (1970), il joue un vieux métis se retrouvant impliqué dans le meurtre d’un Noir qu’il voulait en fait défendre contre un puissant propriétaire terrien. Il enlève la fiancée (Susan Clark) de ce dernier et exige une rançon.
Et dans L’Homme de la Loi (70) de Michael Winner, il est un shérif incorruptible, luttant contre un puissant propriétaire terrien.

A nouveau un western de Robert Aldrich en 1972 : Fureur Apache, il joue un vieil éclaireur guidant un peloton de cavalerie qui veut retrouver un Apache rebelle échappé avec sa bande de sa réserve. Son nom est John McIntosh, clin d’œil à John McIntire, un acteur de second plan qui avait interprété le même type de rôle dans Bronco apache en 54, d’Aldrich aussi… Il a un rôle secondaire dans Buffalo Bill et les Indiens en 1970 de Robert Altman, celui de Ned Buntline, un ivrogne qui ne cesse de clamer depuis son comptoir que Buffalo Bill le directeur du cirque Le Buffalo Bill’s Wild West, a usurpé sa réputation. Fidèle au genre, Burt Lancaster tourne un dernier western en 1981 : Bill Doolin le hors-la-loi, c’est encore un second rôle et le dernier western de sa remarquable carrière.

Polar :
LES TUEURS (1946) de Robert Siodmak
LA FURIE DU DESERT (1946) (mélange de polar et de western)
L’HOMME AUX ABOIS (1948) de Byron Haskin

La vallée de la vengeance

Des débuts dans les films noirs de la Paramount : L’homme aux abois, avec Kirk Douglas et Lizabeth Scott.

Burt Lancaster by FCARLOS

Burt Lancaster et les actrices…

avec Claudia Cardinale (LE GUEPARD)

avec Natalie Wood aux Oscars de 1969…

avec Gina Lollobrigida

… et Audrey Hepburn


Les tueurs (The killers)
de Robert Siodmak (1946) **** 

Avec Burt Lancaster, Ava Gardner, Edmond O’Brien, Albert Dekker, Sam Levene, William Conrad, Jeff Corey, Gino Corrado

Un détective démêle l’écheveau d’un puzzle complexe pour une enquête que lui demande d’effectuer une compagnie d’assurances, sur le meurtre d’un homme par deux tueurs à gages.

Subtil récit sur la fatalité, agencé en flash-backs, pour ce fleuron du film noir qui marque les débuts à l’écran de Burt Lancaster, et donne à Ava Gardner un de ses plus beaux rôles de femme fatale. Le début du film est inspiré d’une nouvelle d’Ernest Hemingway publiée en 1927. Ce fut un gros succès pour Robert Siodmak, et un formidable tremplin pour Burt Lancaster, qui allait devenir une des grandes vedettes de l’âge d’or hollywoodien, il forme avec Ava Gardner un des couples les plus légendaires du Film noir.



Valdez is coming
De Edwin Sherin (1970-71) ***


En Arizona, un vieux métis, shérif mexicain (Burt Lancaster) se retrouve impliqué dans le meurtre d’un Noir qu’il voulait défendre contre un puissant propriétaire terrien cruel (John Cypher). Il enlève la fiancée (Susan Clark) de ce dernier et exige une rançon de… 100 dollars !

Et avec Barton Heyman, Richard Jordan, Frank Silvera, Hector Helizondo, Roberta Haynes, Maria Montez…

Tourné dans le sud de l’Espagne, un très bon western tiré d’un roman d’Elmore Leonard, mais assez violent, avec un Burt Lancaster maquillé à outrance, surprenant en métis mexicain ; le film dénonce, comme Le clan des Mac Masters la même année, la ségrégation raciale. Un petit air de western-spaghetti avec un sens du rythme et une palette d’acteurs remarquables, dont la Canadienne Susan Clark qui était le docteur Arnold dans Willie Boy.

Courtesy Everett Collection


Les professionnels (The professionals)
De Richard Brooks (1966) ***

Scénario : Frank O’Rourke (d’après son roman), Richard Brooks


Burt Lancaster : Dolworth
Lee Marvin : Fardan
Robert Ryan : Ehrengard
Woody Strode : Jake
Jack Palance : Raza
Claudia Cardinale : Maria
Ralph Bellamy : Grant
Et Jorge Martinez de Hoyos, Maria Gomez, Vaughn Taylor

En 1917, en pleine révolution mexicaine, quatre mercenaires partent à la recherche de l’épouse mexicaine d’un milliardaire américain nommé Grant, qui a été enlevée par le bandit Raza, celui-ci réclame une rançon de 100 000 dollars…

Comme La horde sauvage sorti en 1969, également sur le thème d’une horde de mercenaires, un western dur au punch incroyable, sans temps mort, et que certains ont vu comme une métaphore sur l’intervention au Viet-Nam : quels idéaux les mercenaires partant combattre un révolutionnaire mexicain (Jack Palance) poursuivent-ils ? Celui-ci n’est-il qu’une canaille, ou au contraire, comme eux, un idéaliste ?

Nul doute que ce film, tourné dans la Vallée de la Mort, a influencé Peckinpah pour sa  Horde sauvage. On y retrouve le thème des héros vieillissants  venant d’une autre époque, plongés dans un monde moderne en pleine mutation… le Mexique, et Robert Ryan, qui domine une belle distribution.
Un film aussi sur l’honneur et l’amitié virile.
Musique trépidante de Maurice Jarre.

Richard Brooks parlait de son film :

 » Dans les limites de leur action présente, ces professionnels possèdent toujours les mêmes critères moraux et ne veulent pas les changer. Bien qu’ils n’aient plus été enrôlés dans la révolution, ils ont tâché de conserver ses valeurs de pureté, d’idéal, même dans leur métier de mercenaire.
Ils pouvaient être « loués », mais ils devaient connaître le but de leur acte.
Si c’était valable, ils étaient même prêts à perdre la vie. Si c’était un mensonge, ils se retireraient; se retourneraient même, comme cela se passe à la dernière minute…
Ils préférent ne pas être payés que de trahir ce pourquoi ils s’étaient battus (…)
Ce film
  n’est autre que l’histoire d’hommes en lutte contre leur époque. Les quatre hommes se réunissent pour prouver qu’ils peuvent encore avoir leur utilité. Ils ont participé autrefois à une grande cause. Ils n’y appartiennent plus aujourd’hui« .

Woody Strode… dessin de Didgiv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *